Biodiversité 3 min

Savez-vous de quel bois on se chauffe ?

Faire feu de tout bois. Montrer de quel bois on se chauffe. Il n'est bois si vert qui ne s'allume. Il n'est feu que de bois vert. Ces expressions populaires ont un sens figuré mais sont parfois fausses dans leur sens littéral. Se chauffer au bois est-il écologique ? L’exploitation pour produire du bois énergie est-elle durable ? Préserve-t-elle la biodiversité forestière ? Que devient le bois resté au sol ?

Publié le 28 septembre 2020 (mis à jour : 29 septembre 2020)

illustration Savez-vous de quel bois on se chauffe ?
© Studio 3Dlight

Ce quiz vous permettra d'en savoir plus...

 

Comment gérer durablement les forêts de la région Centre-Val de Loire en produisant du bois énergie (BE) ?

Dans le cadre du projet régional DEFIFORBOIS, les chercheurs d’INRAE (unités EFNO et BIOFORA) et leurs partenaires du FCBA, de l’ONF, du CNPF, d’Unisylva et d’Arbocentre ont analysé les techniques de récolte de bois pour la production de plaquettes forestières. 

Comment récolter du bois dans les forêts pauvres de la région Centre-Val de Loire pour produire durablement des matériaux et énergies renouvelables ?

Depuis dix ans, pour les peuplements pauvres ou dépérissants, se développe une pratique de récolte mécanique suivie d’un broyage des arbres entiers pour produire des plaquettes forestières à destination des chaufferies biomasses. En broyant petites branches, brindilles, parfois feuilles et bois mort, on exporte des parcelles forestières beaucoup plus de minéraux, au risque de diminuer la fertilité des sols et de supprimer des habitats, ce qui est contraire à la gestion durable des forêts. Alors que la société demande plus de matériaux et d’énergie renouvelable, comment récolter et gérer ces peuplements sans détériorer la faible fertilité des sols ? Quel reboisement pour leur donner un avenir après récolte ? 

Quelques résultats sur le BE en région Centre Val de Loire :

  • Le bois forestier des chaufferies provient à 40% de taillis sous futaie convertis en futaies, à 30% de coupes rases de taillis pauvres et à 30% de travaux d’entretien ou de récupération de branches.
  • Les sols de la région Centre-Val de Loire sont très majoritairement pauvres et acides, fortement carencés en phosphore (P), potassium (K) et magnésium (Mg). 
  • Environ 10% de la biomasse récoltée reste au sol sous forme de branches, brindilles, morceaux de tronc, avec de grandes différences observées selon les chantiers.
  • La récolte des arbres entiers double les exports de nutriments par rapport à une exploitation traditionnelle. Associée à l’export de bois morts et de feuilles, elle peut conduire à la perte de fertilité des sols pauvres et supprimer des habitats utiles à la biodiversité.
  • Pour une gestion durable des forêts, et notamment pour la préservation de la fertilité des sols, il est recommandé de laisser une certaine quantité de menus bois au sol après l’exploitation. En se décomposant, les nutriments qu’ils contiennent retournent au sol et favorisent la croissance des arbres. Ces menus bois sont également une ressource (alimentaire et en habitat) pour une diversité de flore et de faune.

Quelques notions complémentaires :

  • Avec 16 millions d’hectares, la forêt française métropolitaine représente plus du quart du territoire national, et se situe au 3e rang des domaines forestiers les plus vastes de l’union Européenne
  • Représentation des compartiments de l’arbre :

Représentation des compartiments de l'arbre

 

Bois fort (vert) = 70% de la biomasse mais 40% des nutriments
Menus bois : branches et tiges ayant un diamètre inférieur à 7 cm  (orange) = 30% de la biomasse mais 60% des nutriments

 

 

  • Lors des coupes de bois pour la production de plaquettes, il est recommandé de laisser au sol au moins 10% des résidus dans les zones à enjeux faibles de biodiversité, et au moins 30 % dans les zones reconnues pour leur richesse biologique. Les entreprises de travaux forestiers sont encouragées à respecter les recommandations de gestion durable et des outils sont en développement pour faciliter le diagnostic.

 

Exploitation en arbres entiers pour la production de plaquettes forestières
Exploitation en arbres entiers pour la production de plaquettes forestières

 

Suivi technico-économique du chantier par l’équipe du FCBA : chronométrage des temps de coupe
Suivi technico-économique du chantier par l’équipe du FCBA : chronométrage des temps de coupe

 

Suivi environnemental du chantier par l’équipe d’INRAE : relevé dendrométrique avant coupe
Suivi environnemental du chantier par l’équipe d’INRAE : relevé dendrométrique avant coupe

Crédit photos : Bertrand NICOLAS, INRAE
 

Partenaires du projet régional DEFIFORBOIS
Partenaires du projet Défiforbois
En savoir plus
Poster de présentation du projet Défiforbois (PDF)

Nathalie KorboulewskyContact scientifiqueUnité de recherche Ecosystèmes forestiers Nogent-sur-Vernisson (EFNO)

Contact

Laurent Cario RédactionCommunication centre INRAE Val de Loire

Le centre

Le département

En savoir plus

Changement climatique et risques

Préparer les forêts du futur en Méditerranée

Avec une augmentation des températures et une baisse des précipitations au printemps et en été, la région méditerranéenne est particulièrement touchée par le changement climatique, et d’autant plus vulnérable aux incendies. De 1998 à 2017, la région a subi plusieurs séries d’années exceptionnellement chaudes et sèches. Les scientifiques d'INRAE analysent la réponse des écosystèmes forestiers au changement climatique et aux incendies pour préparer les forêts du futur.

17 janvier 2020

Bioéconomie

Une nouvelle étape dans l’optimisation de la récolte des microalgues

Les microalgues représentent aujourd’hui une ressource prometteuse, notamment pour la production de biocarburants. Cependant, leur récolte est actuellement un frein à leur exploitation à grande échelle. Des chercheurs du Laboratoire d’Ingénierie des Systèmes Biologiques et des Procédés (LISBP, Toulouse) ont mené des travaux ouvrant de nouvelles perspectives dans l’optimisation de méthodes de récolte efficaces.

17 janvier 2020

Changement climatique et risques

Pleins feux sur les incendies du futur

Comment le risque incendie va-t-il évoluer dans les prochaines décennies ? Les scientifiques d’INRAE cherchent à mieux comprendre les facteurs responsables des incendies de forêt dans un contexte de changement global. Zoom sur les grandes tendances qui se dégagent et qui influeront sur les politiques de prévention et de lutte contre ce risque naturel.

13 janvier 2020