Agroécologie 3 min

Des résultats originaux : la décomposition des mulch

La couverture des sols est l'un des trois piliers de l'agriculture de conservation. Ces couverts peuvent être soit des cultures intermédiaires vivantes, soit des « mulch », formés par les résidus des cultures précédentes qui s’accumulent à la surface des sols. Des résultats originaux ont été obtenus sur les processus encore peu étudiés de décomposition des mulch, qui enrichissent le sol en matière organique. Les mulch se décomposent d’autant plus vite qu’ils retiennent mieux l’eau et qu’ils sont soumis à un régime de pluie régulier.

Publié le 12 novembre 2013

illustration  Des résultats originaux : la décomposition des mulch
© INRAE, Stéphane de Tourdonnet

Les échantillons de sols et de mulch sont prélevés dans des colonnes et soumis à des températures contrôlées et à un simulateur de pluies. Les chercheurs mesurent l’évolution de la biomasse végétale du mulch, son humidité, sa teneur en carbone et en azote.
Les échantillons de sols et de mulch sont prélevés dans des colonnes, soumis à des températures contrôlées et à un simulateur de pluies. Les chercheurs mesurent la biomasse du mulch, son humidité, sa teneur en carbone et en azote.

La couverture du sol est un des trois piliers de l’agriculture de conservation. Ces couverts peuvent être soit des cultures intermédiaires vivantes, soit des « mulch », formés par les résidus des cultures précédentes qui s’accumulent à la surface des sols. Conserver des mulch pendant l’interculture permet de lutter contre l’érosion, mais aussi de maintenir une humidité appréciable dans les régions sèches, d’enrichir le sol en matières organiques, d’empêcher éventuellement la repousse des mauvaises herbes si le mulch est suffisamment dense.

 Des indicateurs d’efficacité des mulch

Les mulch sont dégradés par les microorganismes du sol. Cette dynamique de décomposition est déterminante car elle conditionne l’aptitude des mulch à remplir leurs fonctions, mesurable par différentes grandeurs comme le taux de couverture et la durée au sol, les quantités d’azote et de carbone organique fournies au sol, l’adsorption et la dégradation des pesticides. Dans le cadre du projet PEPITES (1), des chercheurs de plusieurs équipes d'INRAE ont mis au point un modèle qui permet de calculer ces grandeurs clés, pour différentes plantes et selon différentes conditions de sols et de climats. « Nous avons adapté un modèle existant (PASTIS) et  obtenu des résultats originaux, car la plupart des modèles simulant les processus dans le sol ne prennent pas en compte les mulch » explique Patricia Garnier.

 Un paramètre clé : la capacité de rétention d’eau du mulch

Si on veut lutter contre l’érosion, on préfère des mulch qui restent plus longtemps au sol.

« Nous avons montré que la capacité de rétention d’eau d’un mulch est un facteur déterminant pour sa dynamique de décomposition. Il se décompose plus vite s’il capte et conserve l’eau de pluie. Par exemple, un mulch composé d’une association entre maïs et dolique conserve mieux l’humidité qu’une association entre blé et luzerne et va donc être dégradé plus vite par les microorganismes ».

C’est un résultat original car jusqu’à présent, on considérait plutôt que la décomposition dépendait des propriétés biochimiques des végétaux, ce qui est bien le cas dans les situations où les résidus végétaux sont incorporés par labour. Quand les végétaux restent en surface, les paramètres physiques, comme la rétention d’eau, deviennent prépondérants par rapport aux propriétés biochimiques. Dans le cadre du projet PEPITES, les chercheurs ont montré qu’il suffit de mesurer la densité de la plante (masse/volume) pour connaître sa capacité de rétention d’eau.

Ces résultats devraient permettre de raisonner le choix des espèces en fonction des objectifs visés : si on veut lutter contre l’érosion, il vaut mieux des mulch qui restent plus longtemps au sol, donc à décomposition lente, alors que ce sera le contraire si on privilégie l’enrichissement rapide du sol en azote minéral pour la culture suivante.

 Autre facteur déterminant : le régime des pluies

Les mulch peuvent les intercepter et dégrader les pesticides.

Le régime des pluies est déterminant pour la dynamique de décomposition des mulch. Les pluies fréquentes de nos climats accélèrent la décomposition du mulch qui reste souvent humide. Dans les régions tropicales où les pluies sont fortes, mais espacées par des périodes de forte évaporation, le mulch reste sec et la décomposition est ralentie. Sous un régime de pluies continues, les mulch peuvent se décomposer aussi vite en surface que s’ils sont enfouis par labour.

Quant aux pesticides, les mulch peuvent les intercepter et les dégrader. Les conditions tropicales sont plus propices à un lessivage des pesticides du mulch vers le sol, ce qui peut accentuer leur transfert vers les nappes phréatiques. Un risque important de lessivage des pesticides existe aussi en conditions sèches et sols argileux où peuvent se créer des « fentes de retrait ».

 Raisonner le choix des couverts

Le modèle permettra de choisir les couverts les plus appropriés à des conditions données de sol et de climat. Il peut s’appliquer à toutes sortes d’espèces de nos pays : blé, maïs, pois, luzerne, soja, etc. mais aussi à des espèces tropicales : dolique (Dolichos lablab), Stylosanthes, riz, Cajanus, Braccharia. « On peut aussi tester virtuellement des associations d’espèces, dont le comportement ne peut être déduit de la simple addition des propriétés de chacune d’entre elles » conclut Patricia Garnier.

(1) Projet ANR PEPITES (2009-2013), dédié à l’agriculture de conservation. Voir la présentation de S. Recous et P. Garnier (Séminaire final du projet PEPITES, Montpellier, 27-28 juin 2013)

Retour au dossier  

Dynamique des matières organiques, présentation (25 pages)pdf - 2.04 MB

Pascale Mollier Rédactrice

Contacts

Patricia Garnier Environnement et Grandes Cultures

Sylvie Recous Fractionnement des AgroRessources et Environnement

Les centres

Les départements

En savoir plus

Agroécologie

L'agriculture de conservation

DOSSIER - Le terme d’ « agriculture de conservation » a été créé par la FAO en 2001 lors du « First World Congress on Conservation Agriculture », à Madrid. Que cherche-t-’on à conserver ? Essentiellement la fertilité des sols agricoles, en les préservant contre les processus de dégradation qui peuvent les affecter, en particulier en luttant contre l’érosion.

18 décembre 2019

Agroécologie

Avis sur le bien-être des animaux d’élevage

Ce 7e avis du comité consultatif commun d’éthique pour la recherche agronomique Inra-Cirad a pour sujet le bien-être des animaux d’élevage. Il souligne que le bien-être animal doit constituer un des paramètres de l’élevage mais aussi l’une de ses finalités. Il s'agit également d'un objet de recherche en soi, devenu important aujourd’hui pour l’Inra et le Cirad, et amené à être renforcé.

14 avril 2016