Agroécologie 4 min

Plus les poules ont de pépins, moins en ont leurs poussins

COMMUNIQUE DE PRESSE - Dans le cadre de l’élevage de volailles destinées à la consommation de viande, appelés aussi poulets de chair, la sélection génétique sur la croissance musculaire a conduit à des problèmes de santé liés notamment au surpoids, à l’accumulation de graisse et au stress. Une équipe d’INRAE, en collaboration avec la société INDENA, a étudié l’intérêt d’ajouter des extraits de pépins de raisin dans l’aliment des poules reproductrices, mères des futurs poulets de chair. Leurs résultats, publiés dans MICROORGANISMS et PLOS ONE, montrent que ce complément améliore l’équilibre du microbiote intestinal des poules, réduit leur production de graisse et améliore la qualité de leurs œufs, ainsi que la croissance et la viabilité des poussins qui en sont issus.

Publié le 05 août 2020

illustration Plus les poules ont de pépins, moins en ont leurs poussins
© INRAE

Depuis quelques décennies, les poulets de chair sont sélectionnés pour accélérer leur vitesse de croissance. L’objectif des éleveurs est de produire plus de muscles et moins de gras, pour une meilleure qualité de la viande destinée à la consommation humaine. Cependant, cette sélection s’est accompagnée de plusieurs problèmes de santé pour les volailles, notamment des troubles musculo-squelettiques, cardiaques ou des problèmes de fertilité, et les a rendues plus sensibles au stress oxydatif1. Pour pallier ces problèmes, les éleveurs appliquent très tôt un régime alimentaire strict qu’ils ajustent régulièrement. Les pépins de raisin, issus de la fabrication du jus de raisin et du vin, sont sources de nombreux flavonoïdes, des composés qui ont des propriétés anti-oxydantes. Plusieurs études chez les mammifères montrent que ces composés réduisent le stress oxydatif et sont susceptibles de réduire également le risque de maladie cardio-vasculaire. Les chercheurs ont étudié les effets de l’ajout d’extrait de pépins de raisin dans l’alimentation des poules reproductrices. Les résultats obtenus chez les poules elles-mêmes, sur leurs œufs et sur leur descendance viennent d'être publiés dans 3 articles.

Un effet bénéfique pour les œufs et pour les poussins

Les chercheurs ont ajouté 1 % d’extraits de pépins de raisin dans l’alimentation de 324 poules reproductrices et étudié les effets de cette supplémentation durant 40 semaines. L’ajout de pépins de raisin dans l’alimentation des poules reproductrices, que ce soit dès la naissance ou à partir de la 4ème semaine après éclosion, améliore la qualité de leurs œufs en diminuant le nombre de double jaune d’œufs, en augmentant la solidité de la coquille et en réduisant la proportion de radicaux libres dans le jaune d’œuf qui peuvent provoquer le stress oxydatif. Plus inattendu, leurs résultats montrent également une augmentation de la vitesse de croissance et de la viabilité des poussins, ainsi qu’une réduction du risque de stress oxydatif, suggérant un effet transgénérationnel bénéfique.

Un meilleur microbiote pour les poules et une réduction de leur production de graisse

Une seconde expérience a porté sur 3 groupes de 12 poules : un groupe nourri avec un niveau moyen (1 % de l’alimentation) d’extrait de pépins de raisin dès le jeune âge, un groupe nourri avec un niveau élevé d’extrait de pépins de raisin (2 % de l’alimentation) pendant deux semaines durant la période de ponte et un groupe contrôle ne recevant pas d’extrait du tout. Les résultats montrent qu’un régime alimentaire enrichi en extrait de pépins de raisin réduit la production de graisse des poules et améliore leur microbiote intestinal et les différentes fonctions qui en résultent comme la santé intestinale et la reproduction. L’ajout de 2 % d’extrait de pépins de raisin pendant deux semaines est suffisant pour améliorer le métabolisme des poules et la qualité de leurs œufs grâce à la modification de leur microbiote.

Un régime alimentaire enrichi en extrait de pépins de raisin est bénéfique non seulement pour la poule, pour ses œufs, mais aussi pour ses descendants. Dans un objectif de développement des principes de l’agroécologie en élevage, l’utilisation de cette bio-ressource disponible en grande quantité au sein des filières de production de jus et de vin, est particulièrement pertinente pour les éleveurs. De plus, cette supplémentation pourrait être une solution à court-terme pour améliorer le bien-être de l’animal, en attendant des changements dans les critères de sélection des lignées de poulets de chair. 

 

1 Etat de l’organisme résultant d’une production de composés nocifs issus de la respiration cellulaire supérieur à celle des défenses anti-oxydantes de l’organisme.


 

Références

Barbe A, Mellouk N, Rame´ C, Grandhaye J, Staub C, Venturi E, et al. (2020) A grape seed extract maternal dietary supplementation in reproductive hens reduces oxidative stress associated to modulation of plasma and tissue adipokines expression and improves viability of offsprings. PLoS ONE 15(4): e0231131, 13 avril 2020 https://doi.org/10.1371/journal.pone.0231131

Barbe A, Mellouk N, Rame´ C, Grandhaye J, Anger K, Chahnamian M, et al. (2020) A grape seed extract maternal dietary supplementation improves egg quality and reduces ovarian steroidogenesis without affecting fertility parameters in reproductive hens. PLoS ONE 15(5):e0233169, 14 mai 2020. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0233169

Grandhaye J, Douard V, Rodriguez-Mateos A, XU Y, Cheok A, Riva A, Guabiraba R, Zemb O, Philippe C, Monnoye M, Staub C, Venturi E, Barbe A, Ramé C, Dupont J, Froment P, Microbiota changes due to grape seed extract diet improved intestinal homeostasis and decreased fatness in parental broiler hens, Microorganisms. 2020 Jul 28;8(8):E1141. doi: 10.3390/microorganisms8081141.

 

CP_Volaille_pepin-raisin_VF.pdfpdf - 1,023.61 KB

Service presse INRAE

Contacts scientifiques

Pascal Froment UMR Physiologie de la Reproduction et des Comportements (INRAE / CNRS /Université François Rabelais de Tours / IFCE)

Joëlle Dupont UMR Physiologie de la Reproduction et des Comportements (INRAE / CNRS /Université François Rabelais de Tours / IFCE)

Le centre

Le département

En savoir plus

Alimentation, santé globale

Poulets en plein air : dis-moi comment tu raisonnes, je saurai comment tu explores

COMMUNIQUE DE PRESSE - Au sein d’un élevage en plein air de poulets de chair, certains animaux explorent beaucoup le parcours extérieur alors que d’autres l’explorent très peu. Des chercheurs d’INRAE et de ISA Lille - Yncréa Hauts-de-France révèlent que cette différence de comportement est associée à des capacités cognitives distinctes. Pour la première fois, ils montrent que - de manière contre-intuitive - les poulets qui explorent le moins le parcours traitent les informations de leur environnement avec plus d’attention, ce qui se traduit par une plus forte inhibition comportementale. Publiés dans Biology Letters le 22 janvier 2020, ces résultats mettent en évidence l’importance d’étudier les capacités cognitives des animaux d’élevage pour mieux comprendre leur comportement dans différentes situations et à terme concevoir des élevages encore plus adaptés et ainsi, plus respectueux du bien-être animal.

22 janvier 2020

Agroécologie

Evaluer le potentiel des extraits de plantes pour renforcer l’immunité des volailles en élevage

COMMUNIQUE DE PRESSE - L’utilisation d’extraits de plantes est une piste prometteuse pour réduire l’usage des antibiotiques en élevage et lutter contre l’antibiorésistance. Mais comment évaluer la qualité et l’action des extraits de plantes en élevage ? INRAE, en collaboration avec l’ITAVI, l’Iteipmai et Nutricia*, a mené une étude pour répondre à cette question en incorporant de l’extrait de mélisse** dans les aliments des poulets de chair. Les résultats, publiés le 22 octobre 2021 dans Frontiers in Veterinary Science, proposent une méthodologie pour évaluer la qualité des extraits de mélisse et des aliments additionnés de ces extraits ainsi que leurs effets sur les volailles, notamment sur le système immunitaire. Des outils de sélection et d’évaluation, applicables à tout type d’extraits de plantes sont désormais disponibles pour les firmes services, fabricants d’aliments, vétérinaires et organisations de production et ainsi guider leurs choix.

28 octobre 2021

Alimentation, santé globale

Dossier de presse - Vers des systèmes alimentaires sains et durables : quand la recherche accompagne la transition

DOSSIER DE PRESSE - Comment assurer la production d’aliments sains, nutritifs et accessibles tout en étant respectueux de l’environnement ? Les recherches d’INRAE intègrent ces différentes dimensions en se plaçant dans une perspective de santé globale, qui considère les enjeux de santé au cœur des évolutions à conduire simultanément sur les plans agricole, alimentaire et environnemental. Ces évolutions mettent en jeu nos manières de produire notre alimentation et nos manières de consommer, à travers l’adaptation de nos pratiques et régimes alimentaires. INRAE cherche ainsi à catalyser et accompagner la transition alimentaire que nous devons mettre en œuvre pour répondre aux enjeux de santé, environnementaux et sociaux auxquels nous avons à faire face.

09 novembre 2020