Alimentation, santé globale 2 min

Le microbiote des tiques : son rôle dans le portage et la transmission d'agents pathogènes

COMMUNIQUE DE PRESSE - Les tiques sont parmi les premiers vecteurs d’agents pathogènes pour l’Homme et les animaux, et présentent donc un problème de santé publique et vétérinaire préoccupant. Outre les agents pathogènes qu’elles transmettent, les tiques possèdent leur propre microbiote composé de microorganismes vivant en symbiose avec elles. Des équipes de recherche d’INRAE et de l’université de Saragosse (Espagne) ont mené une étude de terrain durant trois ans pour analyser le microbiote de la tique Ixodes ricinus, vectrice des bactéries responsables de la maladie de Lyme, et pour comprendre son rôle dans l’acquisition et la transmission des agents pathogènes. Leurs résultats, publiés le 3 juillet 2021 dans Microbiome, montrent que la structure et la composition du microbiote des tiques évoluent au cours du temps et mettent en évidence des interactions entre certains membres du microbiote et plusieurs agents pathogènes. Ils ouvrent ainsi de nouvelles perspectives de recherche pour le développement de stratégies de contrôle et de lutte biologique contre les tiques.

Publié le 07 juillet 2021

illustration Le microbiote des tiques : son rôle dans le portage et la transmission d'agents pathogènes
© INRAE

En Europe, les tiques représentent les premiers vecteurs d’agents pathogènes pour les humains et les animaux. Ixodes ricinus est l’espèce de tique la plus abondante en Europe et est notamment vectrice de l’agent pathogène responsable de la maladie de Lyme. Afin de développer de nouvelles stratégies de contrôle et de lutte contre les tiques, des pistes de recherche s’orientent vers l’identification et la compréhension du rôle d’un composant majeur des tiques : leur microbiote. En effet, outre les agents pathogènes, les tiques sont également porteuses d’autres microorganismes qui forment leur microbiote. Mais quelle est la composition du microbiote des tiques et son évolution au cours du temps ? Et quel est son rôle dans l’acquisition et la transmission des agents pathogènes ? Pour répondre à ces questions, des scientifiques d’INRAE et de l’Université de Saragosse ont mené une étude de terrain d’une durée de trois ans sur la tique Ixodes ricinus. Au cours de l’étude ils ont récolté, chaque mois, des tiques sur une parcelle déterminée de la forêt de Sénart en Île-de-France. Sur près de 1000 tiques, ils ont tout d’abord testé si elles étaient porteuses ou non d’agents pathogènes.  A l’aide d’une approche de séquençage haut débit, ils ont ensuite analysé la composition du microbiote de 557 tiques et ont identifié à l’aide d’analyses statistiques spécifiques les interactions entre les composants du microbiote et les agents pathogènes.

Une composition du microbiote qui évolue selon les saisons et la présence de certains agents pathogènes

Grâce à différentes analyses statistiques, l’équipe de recherche montre que la composition du microbiote des tiques varie au fil des mois selon un schéma qui se répète d’une année sur l’autre. Ainsi le microbiote a une composition dynamique qui semble évoluer des mois de mars et avril jusqu’aux mois de septembre et octobre. Les scientifiques ont également mis en évidence des interactions spécifiques entre certains membres du microbiote des tiques avec des agents pathogènes, notamment des bactéries du genre Rickettsia qui, lorsqu’elles sont transmises à l’Homme peuvent provoquer des fièvres, des céphalées et des éruptions cutanées. La composition du microbiote est également différente entre les tiques porteuses d’agents pathogènes et celles qui n’en portent pas. Enfin les équipes ont également mis en évidence des interactions entre certains membres du microbiote notamment les bactéries du genre Spiroplasma et d’autres bactéries dont la présence traduirait l’infection des tiques par une guêpe parasitoïde. Les bactéries du microbiote pourraient avoir dans ce cas un rôle défensif contre ce parasite des tiques.

Ce travail a permis de caractériser l’évolution du microbiote des tiques au cours de trois années consécutives et ses interactions avec des agents pathogènes. Les résultats obtenus suggèrent que plusieurs membres du microbiote des tiques favorisent ou empêchent la présence d’agents pathogènes au sein des tiques. Les recherches se poursuivent maintenant en laboratoire pour valider ces observations de terrains et caractériser le rôle des différentes interactions observées. Cette première étude ouvre la voie aux recherches sur l’utilisation du microbiote des tiques comme outil biologique pour lutter contre les agents pathogènes transmis par cet acarien.

Référence

Lejal E, Chiquet J, Aubert J, Robin S, Estrada-Peña A, Rue O, Midoux C, Mariadassou M, Bailly X, Cougoul A, Gasqui P, Cosson JF, Chalvet-Monfray K, Vayssier-Taussat M, Pollet T. Temporal patterns in Ixodes ricinus microbial communities: an insight into tick-borne microbe interactions, Microbiome  03 July 2021 DOI : https://doi.org/10.1186/s40168-021-01051-8

CP_Microbiote-tiques-pathogenes.pdfpdf - 743.67 KB

Service de presse INRAE

Contacts scientifiques

Thomas Pollet UMR ASTRE, Animal, Santé, Territoires, Risques et Ecosystèmes (INRAE, Cirad, Montpellier Université d’Excellence)

Julien Chiquet UMR MIA-Paris, Mathématique et Informatique Appliquées (INRAE, AgroParisTech, Université Paris Saclay)

Les centres

En savoir plus

Alimentation, santé globale

Tiques, maladie de Lyme et autres maladies à tiques

DOSSIER PRESSE - On trouve des tiques absolument partout dans le monde. 869 espèces différentes sont à ce jour recensées. Les scientifiques d’INRAE les étudient pour leur rôle dans la transmission de maladies, en particulier la maladie de Lyme. Au niveau mondial, les tiques sont le deuxième vecteur de maladies pour l’Homme et le premier chez l’animal. Tour d'horizon des derniers résultats de recherche d'INRAE.

15 mai 2020

Alimentation, santé globale

"Signalement Tique" : nouvelle version de l’application pour signaler les piqûres de tiques

COMMUNIQUE DE PRESSE - Depuis 2017, CiTIQUE, un programme de recherche participative coordonné par INRAE, implique les citoyens pour mieux connaître l’écologie des tiques et des maladies associées, dont la maladie de Lyme, afin d’améliorer la prévention des risques liés aux piqûres de tique. Un des moyens : tout citoyen peut signaler des piqûres de tiques sur lui-même ou sur un animal. Le 18 mai, CiTIQUE lance la nouvelle version de l’application « Signalement Tique », plus ergonomique et plus précise, pour cartographier le risque de piqûre de tique en France.

15 mai 2020

Alimentation, santé globale

Cartographier le risque de piqûre de tique en France : derniers résultats du programme CiTIQUE et nouveau volet sur le risque de proximité

COMMUNIQUE DE PRESSE - Plus de 56 000 signalements de piqûres de tiques sur l’ensemble du territoire (humains et animaux confondus), plus de 35 000 tiques transmises et archivées dans la seule « tiquothèque » française de tiques piqueuses, plus de 2 500 tiques analysées : c’est le bilan remarquable du programme de recherche participative CiTIQUE, coordonné par INRAE depuis près de quatre ans, dans le cadre du Labex ARBRE, en partenariat avec l’Université de Lorraine, de l’ANSES et du CPIE Nancy Champenoux. Ce programme mobilise les citoyens et les chercheurs pour mieux comprendre l’écologie des tiques et des maladies associées, dont la maladie de Lyme. Face à une hausse des signalements de piqûres dans les jardins privés, représentant jusqu’à 47% des piqûres signalées lors du confinement strict du printemps 2020, un nouveau volet du programme participatif cible de manière expérimentale les jardins privés des communes du Grand Nancy et alentours. Ce nouveau pan du programme a vocation à s’étendre pour consolider la fonction d’observatoire permanent et de cartographie des risques liés aux tiques sur le territoire, qui nécessite de renforcer le soutien à ce programme dans un objectif de santé publique.

27 avril 2021