Alimentation, santé globale 10 min

Marie-Caroline Michalski reçoit la Médaille Chevreul 2022

La Société française pour l'étude des lipides (SFEL) a attribué la médaille Chevreul 2022 à Marie-Caroline Michalski, directrice de recherche INRAE, pour l’excellence de ses travaux scientifiques menés au cours de ces dernières années dans le domaine de la nutrition humaine et des lipides. C’est au cours d’un symposium sur les lipides laitiers et la santé , le 23 septembre dernier, que Marie-Caroline a reçu cette distinction.

Publié le 07 octobre 2022

illustration Marie-Caroline Michalski reçoit la Médaille Chevreul 2022
© Guillaume Blanchon

Marie-Caroline Michalski est chercheuse dans le laboratoire CarMeN, dédié à la recherche dans le domaine des maladies cardiovasculaires, du métabolisme, de la diabétologie et de la nutrition du centre INRAE Lyon-Grenoble Auvergne-Rhône-Alpes. Elle est responsable de l’équipe DO-IT qui étudie l’impact des aliments sur le métabolisme et la santé afin de proposer des stratégies de prévention et de traitement des maladies chroniques, notamment par l’élucidation de mécanismes mis en jeu dans l’intestin.

Marie-Caroline Michalski voit aujourd’hui ses travaux récompensés : coup de projecteur sur sa carrière.

Une carrière au service des lipides

Marie-Caroline Michalski est diplômée de l’École nationale supérieure d’agronomie et industries alimentaires (Ensaia). C’est au cours de sa thèse sur les propriétés interfaciales des huiles et des émulsions qu’elle commence à s’intéresser aux lipides. Un intérêt qu’elle confirme au cours de son post-doctorat à Lisbonne (Portugal). Recrutée comme chargée de recherche à l’Inra (devenu depuis INRAE), elle rejoint le laboratoire CarMeN en 2006 où elle continue de s’intéresser aux lipides, versant pathologies et prévention.

Impliquée dans plusieurs projets d’envergure, nationaux et internationaux, Marie-Caroline Michalski a notamment coordonné le projet VALOBAB - Valorisation durable du babeurre : bénéfices nutritionnels, intérêt fonctionnel dans les aliments et perception par le consommateur (Agence nationale de recherche, 2012-2016 ; Programme hospitalier de recherche clinique interrégional, 2015-2017).

Ses compétences et son savoir-faire sont également largement mobilisés au sein de nombreux groupements scientifiques et de sociétés savantes en France , par exemple le Groupe d'étude et de recherche en lipidomique (GERLI), le Groupe lipides et nutrition (GLN), la Société française pour l'étude des lipides (SFEL) ou encore la Société française de nutrition (SFN) et à l’étranger. CItons par exemple, l'American Oil Chemists' Society - AOCS (en français, Société américaine des chimistes des huiles et corps gras), l’International Society for the Study of Fatty Acids and Lipids - IFSSAL (en français, Société internationale pour l'étude des acides gras et des lipides), l’Euro Fed Lipid ou l’American Society for Nutrition - ASN (en ffrançais, Société américaine pour la nutrition).

Des travaux récompensés

Photo Guillaume Blanchon

Aujourd’hui, Marie-Caroline Michalski reçoit la médaille Chevreul pour l’ensemble de ses travaux qui portent sur les impacts métaboliques des matières grasses (globules gras du lait, lipides différemment émulsionnés, oméga 3, lécithines végétales) pour la santé humaine.

La médaille Chevreul

En 1963, sur proposition de son président d’honneur, le professeur Emile André, le groupement technique des corps gras, décide d’attribuer chaque année, une médaille aux personnalités françaises ou étrangères qui ont contribué de façon significative au développement des connaissances ou des réalisations industrielles dans le domaine des corps gras. Cette médaille est porte le nom de " Médaille Chevreul " pour rappeler que c’est en France, grâce aux travaux de ce savant illustre qui a notamment découvert les acides gras, que sont nées la chimie des corps gras et la lipochimie. Pour en savoir +

Elle a notamment mené des essais cliniques dans lesquels elle a démontré le concept de  lipides rapides ou lents, c'est-à-dire que les lipides émulsifiés entraînent, après le repas, une absorption et un afflux de lipides dans le sang plus rapides que des lipides consommés sous forme tartinée. Ces travaux ont révélé que cette forme rapide  renforce même leur utilisation par l’organisme comme source d’énergie dans les heures qui suivent le repas, plus particulièrement chez les sujets obèses.

Ses travaux montrent également que les lipides polaires présents dans les produits laitiers peuvent contribuer à la santé cardiovasculaire. Des études cliniques ont été réalisées auprès de femmes ménopausées et en surpoids, particulièrement sujettes à ce risque. Les résultats montrent que dans l’intestin, ces lipides polaires peuvent se lier au cholestérol et former des complexes qui n’ont pas la faculté d’être entièrement assimilés : ils peuvent alors interagir avec le microbiote avant d’être éliminés dans les selles. La consommation quotidienne d’un fromage enrichi en lipides polaires laitiers (par un concentré de babeurre) pendant 4 semaines a ainsi abouti, chez ces volontaires, à une diminution importante des principaux marqueurs lipidiques du risque cardiovasculaire.

Marie-Caroline MICHALSKI au micro

" Manger gras fait-il forcément grossir ? " Emission Grand bien vous fasse ! France Inter à réécouter en podcast
" Le babeurre et les lipides polaires : une découverte étonnante "  - Emission Allo Docteurs – France 5 –
à visionner
"
Faut-il encore consommer du lait et des produits laitiers ? " - Emission Grand bien vous fasse ! France Inter à réécouter en podcast
" Vices et vertus du lait "  - Emission Grand bien vous fasse ! France Inter à réecouter en podcast.

Mini CV

  • Parcours professionnel
    Depuis 2010 : Directrice de recherche - UMR CarMeN (INRAE, Inserm), INRAE Lyon-Grenoble Auvergne Rhône Alpes
    2007-2010 : Chargée de recherche - UMR CarMeN 

    2006 : Chargée de recherche - UMR Mécanismes moléculaires du diabète (INRAE, Inserm), INRAE Lyon Auvergne Rhône Alpes
    1999-2007   : Chargée de recherche - UMR Science et technologie du lait et des œufs (STLO) (INRAE, L’Institut Agro), INRAE Bretagne-Normandie
    2003 -2005 : Mise à disposition - Institut multidisciplinaire de biochimie des lipides) & responsable de la thématique matière grasse laitière de l’UMR STLO.
  • Formation
    1998-1999 - Post-doctorat à l’Institut supérieur technique de Lisbonne (Portugal)
    1998 - Doctorat - Adhésion des huiles et émulsions alimentaires aux surfaces de matériaux solides (ENSAIA, Institut national polytechnique de Lorraine)

    1995 - Diplôme d’ingénieur (École nationale supérieure d’agronomie et des industries alimentaires)
  • Distinctions
    2022 : Médaille Chevreul
    2015 : Chevalier de l’Ordre du Mérite agricole
    2007 : Médaille de la Ville de Rennes
    2006 :
    Prix du jeune scientifique européen en matière de lipides, Euro Fed Lipid.

Adeline DubostRédactrice

Marie-Caroline Michalski UMR1397 CarMeN Cardiovasculaire, métabolisme, diabétologie et nutrition (Inserm, INRAE, Univ. Lyon 1)

Le centre

Le département

En savoir plus

Alimentation, santé globale

Innover dans le monde de la restauration : l’INSTITUT PAUL BOCUSE et INRAE signent un accord au service d’une alimentation durable hors domicile

COMMUNIQUE DE PRESSE - Ce 18 novembre, Philippe Mauguin, Président-Directeur général d’INRAE et Dominique Giraudier, Directeur Général de l’INSTITUT PAUL BOCUSE ont signé leur premier accord de coopération qui vient officialiser et renforcer des liens existant depuis 2010. A travers son Centre de recherche, dispositif unique au sein des écoles supérieures d’hôtellerie-restauration, l’INSTITUT PAUL BOCUSE et INRAE souhaitent travailler ensemble sur le thème de la restauration hors domicile. Saveurs et goût, perception et qualité des aliments, de la préparation des aliments à la consommation au restaurant : autant de sujets de recherche à explorer, notamment grace à la mise à disposition du restaurant expérimental de l’INSTITUT PAUL BOCUSE. Cette coopération renforcée doit aboutir à la création de méthodes, produits et services dans un souci de qualité et durabilité de l’alimentation hors domicile.

17 novembre 2021

Alimentation, santé globale

Des lipides laitiers pourraient contribuer à diminuer le risque cardiovasculaire chez des populations à risque

COMMUNIQUE DE PRESSE - Un consortium français piloté par l’Inra, en collaboration avec l’Inserm, les universités de Lyon et de Clermont Auvergne, les Hospices civils de Lyon, les centres de recherche en nutrition humaine Rhône-Alpes et Auvergne, vient de montrer que la consommation de certains lipides présents naturellement dans les produits laitiers (appelés « lipides polaires ») pourrait réduire le risque cardiovasculaire chez les femmes ménopausées et en surpoids, en réduisant leur taux sanguin de cholestérol LDL (dit mauvais cholestérol) et de triglycérides. Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs ont intégré pendant un mois un produit fromager enrichi en lipides polaires laitiers dans l’alimentation habituelle des volontaires. Les scientifiques ont montré certains mécanismes dans l’intestin pouvant expliquer les effets observés. Ces composés naturels pourraient ainsi être à l’origine d’une nouvelle stratégie nutritionnelle visant à réduire le risque cardiovasculaire parmi les populations à risque. Ces travaux sont publiés le 12 juin dans la revue Gut.

24 décembre 2019

Alimentation, santé globale

Les produits laitiers, nos alliés santé !

De nouvelles études montrent régulièrement des bienfaits ou des effets positifs des produits laitiers, au-delà des controverses persistantes. Les chercheurs INRAE d’Auvergne-Rhône-Alpes s’intéressent tout particulièrement à leur impact santé dans une optique de prévention des maladies métaboliques par la mise au point de nouvelles stratégies nutritionnelles.

02 juin 2020