Alimentation, santé globale 3 min

Lancement du projet Le French Gut : mieux connaître le microbiote français

DOSSIER DE PRESSE - Les 66 millions de Français sont tous différents, leur microbiote intestinal aussi. Ces millions de microorganismes avec qui nous vivons dévoilent un monde fascinant, mais encore mystérieux. Les recherches récentes à ce sujet montrent pourtant à quel point le microbiote influe sur la bonne santé d’un individu. L’objectif du projet Le French Gut : un appel à la contribution nationale pour cartographier et comprendre les microbiotes intestinaux français. Ce projet inédit de sciences participatives, porté par MetaGenoPolis/INRAE et l’AP-HP, s’inscrit dans une dynamique mondiale et ouvre des perspectives prometteuses pour le développement d’approches innovantes en santé.

Publié le 15 septembre 2022

illustration Lancement du projet Le French Gut : mieux connaître le microbiote français
© INRAE

Le French Gut appelle les Français majeurs à contribuer à la cartographie du microbiote intestinal national. Son ambition ? D’ici 2027, recueillir 100 000 échantillons fécaux, avec les informations nutritionnelles et cliniques associées. Une première phase pilote est lancée en septembre 2022 pour recueillir 3 000 échantillons.

Initié et porté par INRAE et son unité MetaGenoPolis, Le French Gut rassemble de nombreux établissements français qui allient leurs forces pour accélérer la science du microbiote. Ce projet mené en collaboration avec l’AP-HP, qui en sera l’investigateur, est mené en partenariat avec des institutions publiques et des acteurs privés du domaine du microbiote. Ainsi, le consortium Le French Gut rassemble actuellement 4 institutions publiques (INRAE, AP-HP, Inserm, AgroParisTech) et 11 partenaires privés (Biocodex, Biofortis, Danone Nutricia Research, GMT Science, Gnosis by Lesaffre, Institut Pasteur, Lallemand Health Solutions, GREENTECH, Nahibu, Nexbiome Therapeutics, AdareBiome).

Ce projet ambitieux, estimé à 32 M€ sur 5 ans, s’inscrit dans le concept One health et contribue à un des objectifs stratégiques d’INRAE 2030 de favoriser une approche globale de la santé. L’objectif est de comprendre l’hétérogénéité des microbiotes intestinaux sains français, les facteurs qui les impactent, ainsi que leurs déviations dans les maladies chroniques.

Avec l’aide des Français, de nombreuses connaissances scientifiques seront générées, permettant à terme d’aller vers une nutrition préventive personnalisée. Elles ouvriront également la voie à des diagnostics et des thérapies innovantes, notamment pour lutter contre les maladies chroniques, en augmentation constante et incontrôlée depuis 60 ans. Les participants, en retour, seront sensibilisés au monde du microbiote et à son lien avec la santé et l’alimentation.

Le French Gut s’articule autour de 3 axes scientifiques :

  • cartographier le microbiote intestinal des Français ;
  • modéliser et prévoir les changements du microbiote intestinal associés aux maladies chroniques (diabète, obésité, cancer, maladies inflammatoires chroniques intestinales), aux troubles neurodéveloppementaux (autisme, bipolarité...) et aux maladies neurodégénératives (maladie de Parkinson) ;
  • Décrire les variations du microbiote intestinal associées à la présence et au développement des maladies et désordres fonctionnels nommés au point précédent.

Ce projet a été approuvé par le Comité de protection de personnes (CPP) et la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL).

En savoir plus : https://lefrenchgut.fr

Une première phase pilote a été lancée en septembre 2022 pour recueillir 3 000 échantillons. En 10 jours l’objectif était largement dépassé (plus de 10 000 demandes). Un lancement réussi !

Revoir la conférence de presse

Avec les interventions de Philippe Mauguin, Président directeur général d’INRAE, Carole Caranta, Directrice générale déléguée Science et Innovation d'INRAE, Stéphanie Decoopman, Directrice générale adjointe de l’AP-HP et Thomas Lombès, Directeur général délégué à la stratégie de l’Inserm.

Présentation en détails du projet (fonctionnement, calendrier, étapes) par les coordinateurs Joel Doré, directeur de recherche spécialiste du microbiote intestinal à INRAE et Robert Benamouzig, chef du service de gastro-entérologie et oncologie digestive de l'hôpital d'Avicenne AP-HP à Bobigny.

En savoir plus

Alimentation, santé globale

Quand le microbiote intestinal joue le médiateur entre le stress et la mémoire

COMMUNIQUE DE PRESSE - Le stress modifie le microbiote intestinal, qui à son tour perturbe la mémoire. C’est en étudiant un modèle surprenant, la caille japonaise, qu’une équipe d’INRAE a mis en lumière l’interconnexion entre stress, état du microbiote et troubles de la mémoire. Ces conclusions sont publiées dans la revue Psychoneuroendocrinology le 20 novembre 2021.

22 novembre 2021

Alimentation, santé globale

Microbiote intestinal : fonctionnement d’une bactérie vampire

COMMUNIQUE DE PRESSE - « Les antibiotiques, c’est pas automatique ! … » Ils sont essentiels pour lutter contre les maladies infectieuses, mais utilisés à mauvais escient, ils déciment les bactéries du microbiote, laissant place à des bactéries infectieuses résistantes aux traitements. Parmi elles, Enterococcus faecalis, une bactérie présente dans l’intestin et normalement inoffensive qui peut devenir pathogène et responsable d’infections urinaires et cardiaques. Pour se développer, elle a besoin d’une molécule de l'hôte qu’elle ne sait pas fabriquer, mais qui lui est toxique à forte dose : l’hème. Des chercheurs d’INRAE, en collaboration avec le CEA, ont montré qu’Enterococcus faecalis piège et utilise l’hème présent dans l’intestin tout en évitant sa toxicité. Leurs travaux, publiés le 2 février 2021 dans mBio, mettent en lumière l’existence d’un capteur qui permet à la bactérie de détecter la présence d’hème, et de contrôler finement ses apports pour ne pas subir sa toxicité. Bloquer ce mécanisme pourrait constituer une piste pour le développement de traitements contre cette bactérie.

18 janvier 2021

Alimentation, santé globale

Mise en lumière de virus bactériens prometteurs cachés au sein du microbiote

COMMUNIQUE DE PRESSE - Et si la compréhension des interactions entre les bactéries et les bactériophages (virus des bactéries) du microbiote pouvait déboucher sur de nouvelles armes de lutte contre les bactéries résistantes aux antibiotiques ? Des chercheurs d’INRAE ont cultivé des bactériophages et des bactéries à partir d’échantillons fécaux humains et étudié pour la première fois leurs interactions. Leurs résultats, parus le 17 janvier 2020 dans la revue Nature communications montrent qu’au sein du microbiote intestinal étudié, deux catégories de bactériophages émergent, avec des capacités d’infection fortement contrastées. Les plus infectieux pourraient s’avérer utiles en phagothérapie, une alternative aux traitements antibiotiques.

17 janvier 2020