Agroécologie 4 min

Innover au service de la transition agroécologique : INRAE et Inria renforcent leur partenariat autour du numérique responsable

COMMUNIQUE DE PRESSE - Ce lundi 20 juin, Philippe Mauguin, président directeur général d’INRAE et Bruno Sportisse, président directeur général d’Inria, ont signé un nouvel accord de partenariat pour 4 ans. Dans un contexte socioéconomique et environnemental en pleine mutation, que ce soit face à des aléas climatiques extrêmes, à l’évolution des demandes des consommateurs en termes de naturalité, de bien-être animal, de circuits d’approvisionnement, la transition agroécologique est un enjeu majeur. Le numérique offre aujourd’hui de nouvelles opportunités pour doter le monde agricole d’outils, de ressources et de connaissances nouvelles, au service de toutes les agricultures. C’est notamment dans ce contexte que s’inscrit le renforcement de la collaboration entre INRAE et Inria, avec l’ambition de renforcer leur impact conjoint. Ce nouvel accord-cadre vise à consolider les liens existants et initier de nouveaux projets de recherche communs, pour favoriser l'innovation dans les domaines de l'agriculture, de l'alimentation et de la préservation de l'environnement. Dans ce contexte, INRAE et Inria ont par ailleurs rendu public début mars un livre blanc intitulé « Agriculture et Numérique ».

Publié le 21 juin 2022

illustration Innover au service de la transition agroécologique : INRAE et Inria renforcent leur partenariat autour du numérique responsable
© INRAE - Bertrand Nicolas

Le numérique ouvre des opportunités en matière de nouveaux agroéquipements connectés, de collecte, gestion, croisement et traitement de données de tout ordre, de modélisations, d’outils d’aide à la décision et de réseaux d’information. Au-delà de la production de connaissances, il peut ainsi contribuer à l’évolution de l’agriculture, au bénéfice des agriculteurs, des consommateurs et plus généralement de la société. La recherche publique dans le domaine de l’agriculture numérique doit permettre de construire ces nouvelles technologies adaptées à tous les agriculteurs et toutes les formes d’agriculture, et préserver leur autonomie. Partenaires de longue date, INRAE et Inria sont désormais copilotes du PEPR « Agroécologie et Numérique : au service de la transition agroécologique et de l’adaptation aux aléas climatiques »[1].

Un partenariat ancré dans la durée – l’exemple réussi de Pl@ntNet

Initié dès 2005, le partenariat scientifique entre l’Inra (devenu INRAE en 2020) et Inria s’est poursuivi par la signature d’un premier accord-cadre en 2010, renouvelé par la suite. La vitalité du partenariat entre INRAE et Inria aujourd’hui repose notamment sur :

5 équipes projets communes, 2 unités mixtes de services, et la participation conjointe à de nombreux projets du Programme d’investissements d’avenir (ex. : instituts convergence DigitAg et DaTAIA ; 3IA « Côte d’Azur », IDEX et I-Site), à plusieurs structures et groupements (GIP, GIS, Alliances, RMT) ainsi que des collaborations étroites au sein de projets des établissements : défis Inria et métaprogrammes INRAE (ex. : métaprogramme DIGIT-BIO « Biologie numérique pour explorer et prédire le vivant »).

Les résultats scientifiques obtenus déjà sont nombreux et se concrétisent par 405 publications scientifiques, des développements logiciels et 15 thèses initiées conjointement sur la période 2016-2020.  Issu de travaux de recherche communs, le logiciel Pl@ntNet est une plateforme collaborative, basée sur le deep learning et aujourd'hui utilisée par une dizaine de millions de personnes pour l'identification de plantes. INRAE participe au consortium mis en place pour assurer la pérennité de Pl@ntNet, avec Inria, le Cirad et Agropolis Fondation.

La transition agroécologique au cœur de la collaboration renforcée entre INRAE et Inria

Les objectifs de la collaboration renouvelée et renforcée entre INRAE et Inria sont notamment de :

  • poursuivre la dynamique sur les domaines sur lesquels travaillent déjà les équipes communes, en particulier dans les domaines de la biologie numérique,
  • intensifier les collaborations dans le domaine de l’agriculture numérique : bâtiments connectés, bien-être animal, réduction de la pénibilité de certains travaux, robotique, capteurs, optimisation de réseaux pour disposer de données, d’outils d’aide à la décision, qui permettent d’améliorer les pratiques agricoles (réduction des intrants notamment) et d’autonomiser les agriculteurs face à ces outils,
  • développer les outils participatifs comme Pl@ntnet qui, couplés avec d’autres modalités de mesure, permettent de caractériser l’état sanitaire d’une culture, alerter d’une carence…
  • renforcer la collaboration sur la prévention et la gestion des risques environnementaux.

 

« Conjuguer transition agroécologique et accélération numérique présente de formidables défis. Il est de notre responsabilité d'instituts de recherche publics de conjuguer nos expertises, celles d’INRAE et d’Inria, pour avoir un plus grand impact, en produisant des connaissances nouvelles et en innovant, en appui à des politiques agricoles ambitieuses aux échelles nationale et européenne. » Bruno Sportisse, PDG d’Inria

 « Les défis au croisement de l’alimentation, de l’agriculture et de l’environnement sur lesquels travaille INRAE nécessitent de nouvelles approches pour aborder des questions complexes. Mobiliser la science des données et les technologies du numérique, aux côtés d’Inria, notre partenaire de longue date, est essentiel pour réussir la transition agroécologique et apporter au monde agricole l’autonomie nécessaire face à ces outils. » Philippe Mauguin, PDG d’INRAE

 

[1] Programme et équipement prioritaire de recherche (PEPR) doté de 65 M€, débuté en 2022.

2e rang : Hervé Monod, chef de département MathNum d’INRAE – Cyril Kao, directeur Enseignement supérieur, Sites et Europe d’INRAE – Carole Caranta, directrice générale déléguée Science et Innovation d’INRAE - Sandrine Mazetier, directrice des affaires publiques d’Inria – Jean-Frédéric Gerbeau, directeur général délégué à la science d'Inria - Jacques Sainte-Marie, directeur scientifique adjoint d’Inria.
1er rang : Philippe Mauguin, président directeur général d’INRAE – Bruno Sportisse, président directeur général d’Inria.

En savoir plus

Agroécologie

« Agriculture et numérique » : un Livre Blanc d’Inria et INRAE pour construire les bases d’une agriculture numérique responsable

COMMUNIQUE DE PRESSE - Pour faire face aux enjeux de sécurité alimentaire, climatiques et environnementaux, le numérique est envisagé comme une opportunité à saisir pour contribuer à l’évolution de l’agriculture, au bénéfice des agriculteurs, des consommateurs et plus généralement de la société. Il s’agit de construire une agriculture numérique socle de développement de modes de production et de consommation responsables, au service de toutes les agricultures et de tous les agriculteurs. Quel rôle la recherche peut-elle jouer dans la construction de cette agriculture numérique responsable ? Le Livre Blanc « Agriculture et numérique » produit conjointement par INRAE et Inria, se concentre sur cette question, en recherchant les synergies à consolider entre la transition numérique, et la transition agroécologique d’une part et les systèmes alimentaires d’autre part.

28 février 2022

Occitanum, un territoire d’innovation pour l’agriculture numérique

Les Territoires d'innovation sont des dispositifs qui ont vocation à encourager "le potentiel d’innovation des acteurs territoriaux" pour accompagner et accélérer les "grandes transitions", notamment environnementales et agro-écologiques. Entretien avec Véronique Bellon-Maurel, coordinatrice du Territoire d’Innovation Occitanum.

07 juillet 2020

Agroécologie

Technologie et numérique en agriculture : un objectif social renforcé

Le secteur de l’agriculture peine à recruter. Il doit maintenir ses capacités de production et répondre aux enjeux de l'agroécologie, notamment la réduction de l'usage des phytosanitaire. Entre pénibilité physique, manque de main d’œuvre et gestion des risques quelles solutions technologiques existent pour accompagner les agriculteurs à faciliter leurs quotidiens ?

31 mars 2021