Biodiversité 8 min

Un guide pour mieux connaître la processionnaire du chêne et s’en protéger

Les chercheurs INRAE en partenariat avec l’ONF viennent de publier un guide d’aide à la décision pour protéger forêts et arbres contre la processionnaire du chêne. Il est téléchargeable gratuitement, ou vous pouvez également en demander un exemplaire papier.

Publié le 19 juin 2020

illustration Un guide pour mieux connaître la processionnaire du chêne et s’en protéger
© INRAE

Le guide La processionnaire du chêne, comment s'en protéger vient d'être publié  à destination  du grand public et des professionnels de la forêt.

Ce document est le fruit  d'une collaboration entre des scientifiques  de deux centres INRAE et  et du personnel de l'ONF. Il a pour objectif de permettre au lecture de mieux comprendre la biologie et le comportement de ce ravageur afin de s'en protéger.

 
 
 En six grands chapitres et douze pages, les auteurs présentent le cycle de vie de ce papillon, ses ennemis naturels et des pistes de luttes. Ils rappellent également les risques sanitaires, et bons gestes à avoir en cas de contact. Ce guide a été réalisée avec le soutien financier de l'Offiche National des Forêts (ONF) et du Laboratoire d'Excellence (LabEx) ARBRE
 
 
 
 

Savoir reconnaitre la bonne chenille !

 
La processionnaire du chêne, (Thaumetopoea processionea) est un lépidoptère ravageur, spécifique des chênes à feuilles caduques, présents en Europe de l'ouest et dans les régions Nords Est de la France. Ces chenilles sont très grégaires et se déplacent en procession, mange de jour comme de nuit le feuillage de leur arbre hôte et se regroupent en colonies sur les troncs des chênes au fur et à mesure de leur développement. 
 
A ne pas confondre avec Bombyx Disparate lui aussi ravageur inféodé au chêne, ou la processionnaire du pin qui comme son nom l'indique préfère les résineux.

Où en est la science ?

 

Pour une lutte efficace dans le temps et respectueuse de l'environnement, il est conseillé de combiner différentes méthodes

Cinq pistes de luttes sont présentées dans ce guide au vu des connaissances scientiifques actuelles. 
  1.     Le piégeage des papillons 
  2.     La gestion paysagère et viticole
  3.     La lutte microbiologique (au Bacillus thuringiensis kurstaki)
  4.     La lutte mécanique 
  5.     La pose de nichoirds
 Confusion sexuelle, piégeage, dispersion des colonies, études des parasites, ... Plusieurs études sont également sont en cours pour apporter des solutions de biocontrôle des populations de processionaires
 
Elles sont menées par des équipes INRAE (Unité expérimentale Entomologie et Forêt Méditerranéenne / Interactions Arbres Micro-organismes) en partenariat avec l'Office National des Forêts (ONF)  et le Département Santé des Fôrets (DSF)
 

Christophe Bailly Technicien INRAEInteractions Arbres Microorganismes (UMR IAM)

Anne-Sophie BrinquinIngénieur d'étude INRAE Unité Expérimentale Entomologie et Forêt Méditerranéenne (UEFM)

Jean-Claude MartinIngénieur d'étude INRAEUnité Expérimentale Entomologie et Forêt Méditerranéenne (UEFM)

Hubert SchmuckCorrespondant Observateur ONF

Les centres

Le département

En savoir plus

Biodiversité

Qui a mangé mes chenilles ? Appel aux écoles pour un projet de science participative

Des scientifiques de l’Inra, et de huit pays européens, lancent un appel aux élèves et enseignants pour contribuer à un vaste projet de science participative. Ce projet vise à affiner la connaissance du rôle des prédateurs sur le contrôle des dégâts d’insectes sur les arbres à l’échelle continentale. L’enjeu est important, car les insectes herbivores peuvent causer des dégâts considérables et entrainer des retards de croissance, voire la mort des arbres. Du Portugal à la Suède, les chercheurs se sont associés pour cacher au printemps prochain des centaines de fausses chenilles en pâte à modeler dans des chênes. Les traces de dents, de bec ou de mandibules leur révéleront l’activité des prédateurs de ces chenilles.

12 avril 2020

Alimentation, santé globale

AGIIR contre les insectes invasifs, une « appli » de science participative

Face aux menaces agronomiques, écologiques ou de santé publique que représentent les insectes invasifs, INRAE a développé AGIIR, une application mobile qui permet de les identifier, de mieux les connaître, de signaler voire de gérer leur présence. Elle s'inscrit dans une opération de sciences participatives qui mobilise les citoyens pour surveiller le territoire et participer à la détection d'insectes invasifs.

24 février 2020

Agroécologie

Développer des outils d’aide à la décision pour optimiser l’usage du biocontrôle

Aujourd’hui l’agriculture doit faire face à un défi de taille, produire plus tout en limitant son impact environnemental. Pour cela, l’utilisation d’intrants chimiques doit être réduite et des pratiques plus respectueuses comme le biocontrôle sont à mettre en place. Ces alternatives aux pesticides sont prometteuses mais doivent cependant être améliorées pour gagner en efficacité. Dans ce contexte, Thomas Pressecq, en thèse à l’unité Pathologie Végétale et à l’unité Ecodéveloppement d’INRAE, étudie les outils d’aide à la décision (OAD) afin d’optimiser l’usage du biocontrôle dans les cultures.

18 juin 2020