Société et territoires 4 min

Gestion de l’eau en agriculture : lancement de la chaire partenariale Eau, agriculture et changement climatique

COMMUNIQUE DE PRESSE - Avec le dérèglement climatique, la France est confrontée à des défis majeurs concernant la gestion de l’eau en agriculture. C’est pourquoi l’Institut Agro et INRAE ont lancé la chaire partenariale Eau, agriculture et changement climatique (EACC) rassemblant instituts de recherche et de formation, entreprises, acteurs publics et représentants du monde agricole. L’objectif des 11 partenaires est d’explorer ensemble pendant 4 ans des solutions concrètes pour une meilleure gestion de l’eau à l’échelle des territoires.

Publié le 04 juillet 2022

illustration Gestion de l’eau en agriculture : lancement de la chaire partenariale Eau, agriculture et changement climatique
© PIXABAY

Les régions voisines de la Méditerranée sont parmi les plus impactées par le changement climatique. La hausse des températures, de l’ordre de 2 °C par rapport au début du XXe siècle, y est déjà supérieure de 50 % à la moyenne globale et l’augmentation de la fréquence et de l’intensité des sécheresses devrait se poursuivre et même s’accentuer selon les dernières projections du GIEC (rapport de 2022). Raccourcissements des cycles végétatifs, pics de chaleur, moindre disponibilité de l’eau dans les sols, les rivières, les nappes et les réservoirs, ainsi que les intrusions salines et risques de précipitations intenses vont fortement impacter l’agriculture et ses usages de l’eau.

L'agriculture, stratégique tant pour l’autonomie alimentaire que pour l’économie et l’aménagement des territoires, représente en France environ 10 % des prélèvements d’eau annuels, mais plus de 50 % – et localement jusqu’à 90 % – de l'eau consommée en période estivale. La tension sur la ressource en eau en été est déjà importante, et va s'aggraver à l’avenir. Les débits naturels des cours d’eau et la recharge des nappes souterraines vont diminuer. Dans le même temps, les besoins en eau des plantes vont augmenter, avec une évapotranspiration maximale pouvant atteindre + 30 % d’ici la fin du siècle selon les régions et les scénarios climatiques. De plus, ce besoin en eau concernera également des cultures traditionnellement non irriguées.

Face à ce constat, il est nécessaire d’explorer et d'actionner tous les leviers d’adaptation et de transformation possibles pour une gestion et un partage durables des ressources en eau, grâce à des approches territoriales concertées, intégrées et respectueuses des écosystèmes :

  • repenser des systèmes de production agricole, des filières et des systèmes alimentaires plus sobres et moins vulnérables vis-à-vis des aléas climatiques,  
  • poursuivre les efforts en matière d’économie d’eau en agriculture irriguée par l’amélioration technique et l’accompagnement des acteurs pour des pratiques plus efficientes, 
  • développer le recyclage et la réutilisation des eaux et des nutriments dans une logique d’économie circulaire,
  • stocker davantage d’eau, dans les sols et le sous-sol grâce des solutions fondées sur la nature, ainsi que dans de nouvelles retenues dans les meilleures conditions environnementales et de concertation territoriale possibles.

La mise en œuvre de ces solutions nécessite la mobilisation de l'ensemble des acteurs impliqués : agriculteurs, aménageurs, collectivités et puissance publique, entreprises privées, citoyens, recherche et enseignement.

C’est l’objectif de la chaire EACC, qui structure un réseau d'acteurs et de territoires de recherche, d'innovation et de pédagogie sur la gestion de l'eau en agriculture face au changement climatique dans le grand Sud de la France (Occitanie, Sud PACA, Auvergne Rhône-Alpes).

Replay de la conférence de presse :

Intervenants :

  • Sami Bouarfa, chef adjoint du département AQUA d'INRAE et coordinateur scientifique de la chaire
  • Jacques Wery, chef du pôle stratégique de l'Institut Agro de Montpellier
  • René Revol, vice-président de Montpellier Méditerranée Métropole, délégué à la Gestion raisonnée, écologique et solidaire de l’eau et de l’assainissement
  • Nicolas Daurensan, directeur général délégué de la Compagnie d'aménagement des côteaux de Gascogne
  • André Bernard, président de la Chambre régionale d'agriculture Sud PACA
  • Yvon Pellet, vice-président du Conseil départemental de l'Hérault, délégué à l'économie agricole et à l'aménagement rural.

Membres de la chaire

 

En savoir plus sur la chaire : https://chaire-eacc.fr

Contact : contact@chaire-eacc.fr

CP-Chaire-Eau-Agriculture-Changement-Climatiquepdf - 854.39 KBDossierPresse-Chaire-EACCpdf - 2.80 MB

Chantal Dorthe Chargée de communication INRAE Occitanie-Montpellier

Ghyslaine Besançon Responsable presse de l'Institut Agro Montpellier

Service presse INRAE

Contacts

Sami Bouarfa Coordinateur scientifique de la chaire EACCINRAE - Département AQUA

Gilles Belaud Coordinateur scientifique de la chaire EACCInstitut Agro Montpellier

Julien Leconte UMR G-EAU

Le centre

Le département

En savoir plus

Changement climatique et risques

Des démarches participatives pour penser ensemble la gestion de l’eau et des territoires

PARUTION - Numéro spécial de la revue Science, Eaux et Territoires. … Au travers de différents témoignages et de retours d’expérience, ce nouveau numéro thématique de la revue Sciences Eaux & Territoires se fait l’écho de travaux INRAE et Cirad menés en France et à l’international dans le domaine de la gestion de l’eau et des territoires, notamment au sein de l'unité « Gestion de l'eau, acteurs et usages » ( UMR G-Eau). Il ambitionne de rendre compte de la diversité des pratiques et des méthodes employées pour faire participer les différents acteurs, dont les citoyens, à la gestion de l’eau et des territoires.

09 juillet 2021

Changement climatique et risques

Stratégies de gestion de l’eau face aux impacts du changement climatique : lancement du projet Explore2

COMMUNIQUE DE PRESSE - Face à l’augmentation des températures qui pourraient dépasser +4°C et la baisse des précipitations estivales à horizon 2100 en France, il est probable que certains territoires français soient au cours du XXIème siècle plus durement et plus fréquemment touchés par des épisodes de sécheresse l’été. Cela aura pour conséquence une moindre disponibilité des ressources en eau dans les rivières et un impact sur les nappes. Véritable bien commun, l’eau est indispensable à de nombreux usages : les activités économiques (agricoles, industrielles, touristiques), les besoins en eau potable de la population locale et ceux inhérents à la préservation de la qualité des milieux aquatiques. La rareté de cette ressource naturelle pourrait entraîner des conflits qu’il faut anticiper.

19 juillet 2021