4 min

Frédérique Vidal à INRAE Nouvelle-Aquitaine Bordeaux

COMMUNIQUE DE PRESSE - Dans le cadre de son tour de France des « Territoires de savoirs », la ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, a fait étape en Nouvelle-Aquitaine les 8 et 9 octobre 2020. L’occasion pour Philippe Mauguin, PDG d’INRAE, et Olivier Lavialle, président du centre INRAE Nouvelle-Aquitaine Bordeaux, d’accueillir Frédérique Vidal sur le « campus vert » de Villenave d’Ornon pour échanger autour de deux sujets majeurs : l’infectiologie végétale et la transition agroécologique en viticulture.

Publié le 12 octobre 2020

illustration Frédérique Vidal à INRAE Nouvelle-Aquitaine Bordeaux
© INRAE - ALain Girard


La visite s’est déroulée en présence notamment des partenaires académiques (Manuel Tunon de Lara, président de l’Université de Bordeaux, Sabine Brun directrice de Bordeaux Sciences Agro et Alain Blanchard, directeur de l’ISVV) ainsi que de Bernard Farges (président du CIVB et de la CNAOC) et d’élus (Nathalie Delattre, Vice-Présidente du Sénat, Christelle Dubos, députée de la Gironde). Les scientifiques leur ont exposé des thématiques ancrées dans le territoire et répondant à de forts enjeux scientifiques et sociétaux : le projet d’un pôle en infectiologie végétale localisé sur le site, et des sujets liés à la transition agroécologique en viticulture, comme le nouveau projet VITAE coordonné par le centre, ou l’implication d’INRAE dans le projet VitiREV, un Territoire d’innovation, piloté par la Région.

 

Un pôle en infectiologie végétale à vocation internationale

Thierry Candresse, directeur de l’unité INRAE « Biologie du fruit et pathologie » a détaillé à l’attention de la ministre et de l’ensemble de l’assistance, un projet visant à doter INRAE et la France d’un dispositif d’infectiologie végétale en conditions confinées ambitieux, et à la hauteur des défis actuels.

En effet, comme en santé humaine ou animale, on observe en santé végétale une accélération de la fréquence et de l’ampleur des crises sanitaires, sous l’influence de divers facteurs : mondialisation des échanges, changement global, modification des pratiques agricoles et de l’usage des territoires… Ces crises résultent souvent de phénomènes d’émergence ou d’invasions liées au transfert d’un bioagresseur vers de nouvelles zones géographiques (exemples récents : Xylella, nématode du pin, chalarose sur frêne), et peuvent compromettre la sécurité alimentaire des populations ou avoir des conséquences économiques ou écologiques majeures. Face à cette menace croissante, la capacité d’anticipation avec en particulier la capacité à proposer des solutions avant même l'arrivée et l'installation des bioagresseurs responsables constitue un enjeu majeur pour nos sociétés. 

Le projet porté par INRAE vise à développer sur le centre INRAE Nouvelle-Aquitaine Bordeaux une infrastructure de recherche d’un niveau et d’une ambition uniques en France et à l’échelle internationale : disposer d’une plateforme d’étude et de lutte contre les maladies végétales émergentes, permettant la manipulation simultanée de plantes, d’organismes pathogènes de quarantaine et de leurs vecteurs. Le campus vert de Villenave d’Ornon du centre INRAE Nouvelle-Aquitaine Bordeaux a été retenu pour héberger ce dispositif en raison de ses multiples atouts, dont la présence de nombreuses compétences complémentaires (mycologie, bactériologie, virologie, entomologie, pathologie forestière…) et la proximité avec d’autres infrastructures de recherche , l’expertise en termes de confinement d’agents phytopathogènes, ou encore l’existence de collections de références d’agents pathogènes gérées par des équipes du site.

INRAE et la transition agroécologique en viticulture 

Yann Raineau, coordonnateur de VitiREV, a présenté ce projet, lauréat en 2019 de l’Appel à Projets Territoire d’Innovation et dont l’idée a été lancé à l’initiative de l’Institut dès 2018. VitiREV piloté aujourd’hui par la Région Nouvelle-Aquitaine doit permettre de franchir un nouveau pas vers une viticulture performante et respectueuse de l’environnement.  

François Delmotte, directeur de l’unité INRAE « Santé et agroécologie du vignoble » et Laurent Delière, directeur de l’unité expérimentale INRAE « Vigne Bordeaux » ont ensuite illustré l’implication de l’Institut dans VitiREV à travers plusieurs actions, et décrit d’autres initiatives menées pour accompagner la transition agroécologique en viticulture :

Bacchus, laboratoire d’Innovation Territoriale (LIT) du projet VitiREV, s’intéresse à la dynamique de la biodiversité et des services associés dans les paysages viticoles. Il s’agit d’un dispositif long-terme en contexte de production pour analyser le fonctionnement écologique des paysages viticoles, et accompagner le déploiement de solutions agroécologiques chez les producteurs. 40 parcelles sont ainsi suivies.

Oscar, l’Observatoire national du déploiement des cépages résistants à l’oïdium et au mildiou, né en 2017 d’un partenariat INRA-IFV, pour acquérir des données et partager les informations sur ces premières expérimentations en grandeur réelle de l’utilisation de cépages résistants aux maladies foliaires (oïdium, mildiou). Les données sur les pratiques phytosanitaires montrent une forte diminution de l’usage des produits phytos dans le réseau.

BC2Grape, INRAE et l’IFV ont fédéré leurs compétences et leurs installations pour créer cette plateforme expérimentale dédiée à l’évaluation des produits de biocontrôle de la vigne.

François Delmotte a conclu la séquence en présentant le projet VITAE « Cultiver la vigne sans pesticides » lancé le 23 septembre dernier. Doté de 3 millions d'euros sur 6 ans, VITAE est un projet interdisciplinaire qui aborde des fronts de science peu explorés jusqu’ici tout en questionnant l’ampleur des changements sociaux nécessaires pour favoriser cette rupture agroécologique.

La visite, dense et riche d’échanges avec Frédérique Vidal, s’est ainsi achevée en début de soirée.

 

Communication Nouvelle-Aquitaine Bordeaux

Contact

Communication Nouvelle-Aquitaine Bordeaux

Le centre

Le département

En savoir plus

Agroécologie

Cécile Détang-Dessendre : la diversité des agricultures

L’agriculture française est restée l’une des plus diverses d’Europe, même après le mouvement de standardisation et d’intensification de l’après-guerre. Il faut maintenant tirer parti de cette diversité pour aller vers des systèmes plus durables sur les plans environnementaux, économiques et sociaux. Interview de Cécile Détang-Dessendre, directrice scientifique adjointe Agriculture d'INRAE.

19 décembre 2019

Agroécologie

Carole Caranta, stratège sereine

Depuis le 1er janvier 2020, Carole Caranta est directrice générale déléguée adjointe à la Science et l'Innovation. Elle était précédemment cheffe d’un département scientifique qui regroupe plus de 70 % des forces de recherche en biologie et amélioration des plantes à l’échelle nationale, Carole Caranta a des fonctions clé dans la stratégie scientifique et partenariale d'INRAE (anciennement Inra). Son itinéraire mêle passion pour la science et ouverture aux autres, à l’équilibre entre recherche fondamentale, finalisée et partenariat socio-économique.

20 décembre 2019

Agroécologie

3 questions à… Christian Huyghe, sur le PPR « Cultiver et protéger autrement »

Le PPR, qu’est-ce que c’est ? Le Programme prioritaire de recherche (PPR) « Cultiver et protéger autrement » a pour objectif de mobiliser les leviers de l’agroécologie, du biocontrôle et de la prophylaxie pour arriver à une agriculture performante et durable. C’est pour répondre à une demande sociétale forte, à des objectifs des politiques publiques et de programmation de la recherche que ce programme a été mis en place à un niveau national pour des systèmes de production mobilisant des modes de protection des cultures autres que les phytosanitaires. Christian Huyghe, directeur scientifique Agriculture d'INRAE, répond à nos questions.

27 février 2019