Agroécologie 2 min

Expérimentations à la ferme : un mouvement mondial pour accélérer les transitions du monde de l’agriculture

COMMUNIQUE DE PRESSE - Une nouvelle génération d’expérimentations à la ferme co-construites avec les agriculteurs, les « On-Farm Experimentation » (OFE), propose de nouvelles façons d’innover en agriculture. Une équipe de recherche internationale rassemblant 8 pays (Argentine, Australie, Canada, Chine, Etats-Unis, France, Malaisie, Maroc, Royaume-Uni), impliquant en France INRAE et l’institut #DigitAg, s’est constituée pour établir les principes fondamentaux de ce mouvement « OFE » et pour argumenter en faveur de sa reconnaissance institutionnelle. Leur analyse, publiée le 23 décembre dans Nature Food, montre que ce modèle collaboratif qui se développe dans le monde entier pourrait permettre d’accélérer les transitions agroécologique et digitale.

Publié le 23 décembre 2021

illustration Expérimentations à la ferme : un mouvement mondial  pour accélérer les transitions du monde de l’agriculture
© SupAgro

Les recherches intégrant des expérimentations à la ferme existent depuis près de deux siècles et évoluent désormais dans un contexte croissant d’innovation ouverte. Une équipe internationale de scientifiques s’est attachée à expliquer en quoi le mouvement OFE, d’ampleur mondiale, diffère des expériences passées et pourrait apporter un renouveau pour accompagner la transformation de l’agriculture.

Au moins 30 000 exploitations agricoles impliquées: les grands principes OFE

Le mouvement OFE ancre des travaux de recherche expérimentale dans les activités d’une exploitation agricole, à travers une collaboration combinant les intérêts de chaque participant - agriculteurs, chercheurs, acteurs du secteur agro-alimentaire. Concrètement, les initiatives OFE suivent un processus où, étape après étape, l’agriculteur et le chercheur définissent ensemble les questions à investiguer et établissent des expérimentations adaptées au contexte de la ferme.

L’équipe a identifié de nombreuses initiatives OFE dans le monde avec au moins 30 000 exploitations impliquées, mais, à ce jour, cette approche n’a été ni formalisée ni systématiquement institutionnalisée.

Malgré la diversité des objectifs, des approches, des écosystèmes sociotechniques et des lieux géographiques, l’équipe a pu faire ressortir six principes directeurs des OFE :

  • Conditions réelles - Les expérimentations sont conduites sur des exploitations, et s’insèrent dans l’itinéraire technique.
  • Centrées-agriculteur - Elles sont centrées sur les questions de l’agriculteur et co-dirigées, au minimum, par l’agriculteur et les scientifiques.
  • Basées sur les données - Elles sont fondées sur l’analyse de données de terrain et, en ce sens, facilitées (mais pas conditionnées) par les technologies numériques.
  • Co-apprentissage - Elles sont focalisées sur l’échange entre les participants qui, à travers l’élaboration des expérimentations, partagent leurs visions et expériences, apprennent ainsi les uns des autres, et développent de nouvelles idées ensemble.
  • Apport d’expertises - Elles facilitent les apports externes, permettant la prise en main de nouveaux outils et la considération de points de vue variés.
  • Destinées au changement d’échelle - Elles sont menées dans un objectif de généricité des connaissances.

Un dispositif qui favorise la création de connaissances locales et appliquées

Dans le contexte actuel de transitions de l’agriculture (agroécologique, numérique, alimentaire, sanitaire…), il est important de mieux comprendre le potentiel transformateur des OFE qui intègrent les bénéfices de l’innovation ouverte.

De nombreuses approches, présentes et passées, partagent des cadres de référence proches, comme la recherche participative. Le mouvement OFE se distingue par la valeur qu’il crée pour chacun : d’un côté, les agriculteurs évaluent des pratiques directement applicables à leur exploitation, de l’autre, les scientifiques collectent des données de terrain et des connaissances informelles qui enrichissent leurs recherches et ouvrent de nouvelles perspectives. Les différents types de savoirs - issus de la science, de l’agriculteur mais aussi des conseillers et des partenaires de l’industrie - sont mobilisés conjointement. Ainsi OFE devient une méthode concrète pour accélérer la création de connaissances locales et appliquées.

En France, un exemple d’OFE est le réseau des fermes Dephy, auquel participent près de 3000 agriculteurs en collaboration avec les acteurs du développement et de la recherche, pour expérimenter autour de la réduction de l’usage de pesticides. Plus récemment le Living Lab Occitanum est un projet porté par INRAE en Occitanie impliquant 48 partenaires, dans lequel les agriculteurs mettent en œuvre des technologies numériques et, avec la recherche, évaluent leurs performances économiques, environnementales et sociales.

Les six principes des OFE soulignent les changements profonds qui se sont opérés sur la manière d’expérimenter en agriculture. L’expérimentation n’est plus un outil pour valider des théories, mais bien une méthode concrète pour encourager la création de savoirs locaux et appliqués. Cela soulève de nouvelles questions de recherche : comment hybrider les connaissances (formelles, expertes ou issues de données) ? quel statut pour les données produites ? comment évaluer les valeurs créées et les distribuer équitablement ? Pour les traiter et accélérer les transitions essentielles de l’agriculture, les chercheurs de l’étude appellent à renforcer la communauté des OFE.

OFE2021, la première conférence internationale sur les initiatives OFE, a été organisée en octobre 2021 à Montpellier par l’institut #DigitAg - piloté par INRAE - et l’ISPA (International Society for Precision Agriculture), avec un focus sur les technologies numériques. Les 170 participants issus de 36 pays ont échangé sur différents aspects des OFE - la création de valeur, l’analyse des données, les écosystèmes d’innovation, les politiques publiques - tout en rappelant le rôle central des agriculteurs dans l’innovation agricole.

Référence

Lacoste M, …, Bellon-Maurel V., …, Huygue C. et al. On-Farm Experimentation to transform global agriculture. Nature Food 23th december 2021 – DOI : https://www.doi.org/10.1038/s43016-021-00424-4

 

CP_Experimentations-ferme-mouvement-mondial-accelerer-transitions-agricolespdf - 901.26 KB

Service de presse INRAE

Contacts scientifiques

Myrtille Lacoste UMR INNOVATION Innovation et Développement dans l'Agriculture et l'Alimentation

Véronique Bellon-MaurelCheffe adjointe du département MATHNUMUMR ITAP - Technologies et méthodes pour les agricultures de demain

Le centre

En savoir plus

Agroécologie

H2020 IPMWorks - réduction de l’usage des pesticides - vers la mise en place d’un réseau européen de démonstration sur le modèle des fermes DEPHY

COMMUNIQUE DE PRESSE - Réduire de 50% les usages de pesticides d’ici 2030, c’est l’objectif de l’Union Européenne affirmé dans le Green Deal et sa stratégie « Farm to Fork », du champ à l’assiette. Priorité affichée dans les politiques agricoles partout en Europe, la mobilisation des agriculteurs est essentielle pour assurer ce changement de pratiques. Inspiré de l’expérience française du réseau de fermes DEPHY, le projet européen H2020 IPMWORKS a pour objectif de mettre en place un réseau d’agriculteurs à l’échelle européenne pour faire la démonstration de stratégies de Protection Intégrée des Cultures (IPM, pour Integrated Pest Management, en anglais) à faible usage de pesticides, et promouvoir l’adoption de ce type de stratégies en favorisant l’échange d’expériences et de connaissances entre agriculteurs. Coordonné par INRAE, et engageant 31 partenaires de 16 pays européens, dont Acta - les instituts techniques agricoles et l'APCA - Chambres d’agriculture France, IPMWORKS est officiellement lancé cet automne 2020 pour une durée de quatre ans.

20 novembre 2020

Changement climatique et risques

LACCAVE : dix ans de recherche en partenariat pour l’adaptation de la viticulture au changement climatique

COMMUNIQUE DE PRESSE - Après dix ans de travaux sur l’adaptation de la viticulture au changement climatique, le projet LACCAVE s’achève. Rassemblant depuis 2012 une centaine de chercheurs pour étudier les conditions de l’adaptation au changement climatique dans le secteur de la vigne et du vin, ce projet a été financé et coordonné par INRAE, et mené en partenariat avec le CNRS, des universités, l’institut Agro et Bordeaux Sciences Agro, ainsi que les principales organisations de la filière, l’INAO, FranceAgriMer, les chambres d’Agriculture, l’IFV, les interprofessions et syndicats d’appellation. Le projet a été clôturé à Montpellier par un séminaire scientifique (24-26 novembre) puis une série de conférences et d’ateliers participatifs au salon professionnel du SITEVI (30 novembre-2 décembre). Les conclusions des chercheurs réunis le soulignent : les impacts du bouleversement climatique sur les vignobles s’accentuent, mais des solutions pour l’adaptation sont possibles si l’augmentation de la température moyenne est contenue à moins de 2°C et si la mobilisation conjointe des acteurs de la filière, des pouvoirs publics et de la recherche se poursuit.

07 décembre 2021

Agroécologie

Réduire l’usage des pesticides en agriculture sans perte de performances

COMMUNIQUE DE PRESSE - Dans le cadre du réseau DEPHY-Ferme, action majeure du plan gouvernemental EcoPhyto visant à réduire et améliorer l’usage des produits phytosanitaires, les chercheurs d'INRAE, en collaboration avec l’entreprise Agrosolutions, ont étudié la relation entre le niveau d’usage de pesticides et les performances des systèmes de culture en termes de productivité et de rentabilité. Les résultats, publiés dans Nature Plants le 27 février 2017, montrent qu’une réduction significative de l’usage de pesticides est possible sans dégrader, à l’échelle de l’exploitation agricole, les performances productive et économique, à condition d’adaptations conséquentes des pratiques agricoles. La mise en œuvre de nouvelles pratiques n’est pas nécessairement facile et requiert un accompagnement des agriculteurs.

12 février 2020