Biodiversité 3 min

Effets du climat sur les interactions entre arbres, insectes et prédateurs : résultats d’un projet original de sciences participatives en Europe

COMMUNIQUE DE PRESSE - Les chercheurs d’INRAE ont initié en 2018 un projet de sciences participatives intitulé « Gardiens des chênes » impliquant des écoliers, collégiens et lycéens de différents pays européens pour étudier les mécanismes de résistance des chênes aux insectes herbivores, sous différents climats . Pendant deux ans, 82 enseignants et leurs élèves, et 30 scientifiques, appliquant le même protocole, ont mesuré les dégâts causés par les insectes herbivores sur les arbres, le long d'un gradient allant de l'Espagne à la Finlande, couvrant ainsi l’aire de répartition du chêne pédonculé dans 17 pays européens. Leurs premiers résultats sont publiés le 15 février 2021 dans la revue Global Ecology and Biogeography. Ils montrent que tous les insectes herbivores ne sont pas influencés de la même manière par le climat ou les défenses des arbres.

Publié le 22 février 2021

illustration Effets du climat sur les interactions entre arbres, insectes et prédateurs : résultats d’un projet original de sciences participatives en Europe
© INRAE - Michel MEURET

Le changement climatique modifie profondément les relations entre les êtres vivants et donc le fonctionnement des écosystèmes. Il est indispensable de comprendre comment le climat d'aujourd'hui influence les interactions entre les êtres vivants pour anticiper ce qu'elles pourraient être dans un monde plus chaud et plus sec.

Un travail de sciences participatives original

Près de 10 000 fausses chenilles en pâte à modeler ont été installées dans près de 300 arbres puis récupérées, et plus de 9 000 feuilles collectées, tout ce matériel étant renvoyé aux chercheurs d’INRAE pour analyses.

C'est une tâche ambitieuse à laquelle chercheurs et élèves se sont attelés dans une démarche de sciences participatives en utilisant le chêne pédonculé comme espèce modèle. Pendant deux ans (2018-2019), ce sont 112 partenaires de 17 pays européens qui ont appliqué un même protocole scientifique. Ils ont ainsi mesuré les dégâts causés par les insectes herbivores sur le chêne le long d'un gradient allant de l'Espagne à la Finlande. Ils ont également cherché à comprendre si le climat modifiait la capacité des arbres à se défendre contre les attaques d'insectes, soit directement en produisant eux-mêmes des défenses chimiques, soit avec l’aide des oiseaux insectivores.

Près de 10 000 fausses chenilles en pâte à modeler ont été installées dans près de 300 arbres puis récupérées, et plus de 9 000 feuilles collectées, tout ce matériel étant renvoyé aux chercheurs d’INRAE pour analyses.

Les premiers résultats montrent que tous les insectes herbivores ne sont pas influencés de la même manière par le climat ou les défenses des arbres, et remettent en question l'idée séduisante selon laquelle la géographie pourrait être utilisée comme "laboratoire" naturel pour étudier l'effet du climat sur le fonctionnement des écosystèmes.

Une démarche questionnant une hypothèse classique en écologie

Une hypothèse classique en écologie considère que l’intensité des interactions entre les espèces augmente en fonction de la latitude, elles seraient d’autant plus intenses qu’on se rapproche de l’équateur. Ceci s’explique notamment par le climat plus stable et les températures plus élevées. Beaucoup d’études ont été menées depuis les années 60, mais les évidences s’accumulent depuis les années 2010 pour dire que ce ne serait pas si simple.

Les études précédentes examinaient soit les dégâts d’insectes herbivores le long d’un gradient géographique, soit les défenses des plantes contre les insectes. L’originalité de l’étude des chercheurs d’INRAE est la prise en compte de ces deux dimensions simultanément, mais aussi celle de la prédation (par les oiseaux) régulant l’activité des insectes herbivores, tout ceci à une grande échelle géographique.

L’autre élément pris en compte est la variable climatique : à même latitude, le fait de s’éloigner de la mer ou de monter en altitude, se traduit par une variation du climat.

Toutes les espèces ne répondent pas de la même manière au climat

A l’échelle de l’étude, les chercheurs n’ont pas mis en évidence de signal fort de la latitude ou des variables du climat sur les dégâts causés par les insectes herbivores en général. En revanche, pour certains types d’herbivores, un signal du climat apparaît clairement. Cette étude permet d’affiner la théorie sans la réfuter, du fait de la complexité et de la diversité des interactions entre plantes, herbivores et prédateurs.

Le projet se poursuit pour agréger des données sur le long terme, et évolue pour préciser les informations et caractériser la biodiversité associée au chêne : quels sont les herbivores causant les dégâts ? comment varie leur répartition le long du gradient géographique ? quels sont les oiseaux prédateurs de ces herbivores ?

 

Quant au volet sciences participatives, cette étude permet aux enseignants d’aborder des sujets liés à la démarche scientifique, au rapport aux théories et à la notion de controverse scientifique. Cette année, dans le cadre du projet Tree Bodyguards financé par la fondation BNP Paribas et la Maison des sciences de l'Homme en Bretagne, un travail avec des didacticiens s’engage pour mettre en place des séquences d’enseignements autour du projet pour différents niveaux (primaire, collège et lycées).

Référence

Valdés-Correcher E, Moreira X, Augusto L, et al. Search for top-down and bottom-up drivers of latitudinal trends in insect herbivory in oak trees in Europe. Global Ecol Biogeogr. Volume 30 issue 3, March 2021. DOI: https://doi. org/10.1111/geb.13244

 

CP_Effets-climat-interactions-arbres-insectes-predateurspdf - 786.44 KB

Service presse INRAE

Contact scientifique

Bastien Castagneyrol Unité mixte de recherche « Biodiversité, Gènes & Communautés » (BIOGECO) INRAE – Université de Bordeaux

Le centre

Le département

En savoir plus

Société et territoires

Les écoliers peuvent-ils aider la recherche en écologie ? Premiers enseignements du projet de recherche "Gardiens des chênes"

COMMUNIQUE DE PRESSE - De nombreux projets de recherche ont un volet de sciences participatives et font appel à la contribution des citoyens, initiés ou professionnels, grand public, élèves ou étudiants…. Les chercheurs INRAE, dans le cadre du projet « Gardiens des chênes » initié en 2018 font appel à des écoliers, collégiens et lycéens de différents pays européens pour étudier les mécanismes de la résistance des chênes aux insectes herbivores, à travers les différents climats, depuis le Portugal jusqu’à la Finlande. Ils ont intégré à leur démarche la question essentielle de la fiabilité des données ainsi collectées par les élèves. Ces premiers enseignements sont publiés le 18 mars 2020 dans la revue Citizen Science : theory and practices. Les travaux montrent que pour des scientifiques non spécialistes et pour des élèves, il existe des biais de surestimation de prédation qui peuvent être corrigés par des procédures adaptées. Ainsi, une fois le biais identifié et corrigé, les données des élèves peuvent être prises en compte et participer à la production de nouvelles connaissances scientifiques.

17 mars 2020

Agroécologie

Trophée Etoiles de l’Europe pour le projet GenTree : la génétique au cœur de l’adaptation des forêts de demain

COMMUNIQUE DE PRESSE - Préservation de la biodiversité, qualité des sols, production de bois… les forêts sont essentielles pour nos sociétés. La capacité des arbres à s’adapter aux changements environnementaux actuels et futurs est un des défis posés aux gestionnaires des forêts européennes. En cohérence avec la stratégie de l’Union européenne de gérer durablement ses forêts pour mieux les protéger et les rendre résilientes, le projet GenTree, coordonné par Bruno Fady, directeur de recherche à INRAE, est récompensé ce mercredi 16 décembre du Prix Spécial de Jury des Etoiles de l’Europe pour l’engagement de l’équipe et l’excellence scientifique des travaux. Rassemblant 22 partenaires, ce projet financé par le programme cadre Horizon 2020 a permis la mise en place d’un dispositif unique d’expérimentation et de modélisation dans les domaines de la génomique, de l’écologie et des sciences forestières. Des avancées fondamentales dans la connaissance et la compréhension des peuplements forestiers européens seront prochainement à disposition de l’ensemble de la communauté scientifique européenne et internationale.

16 décembre 2020

Société et territoires

Nouvelle représentation du cycle de l'eau intégrant les activités humaines

COMMUNIQUE DE PRESSE - Selon une analyse à laquelle des scientifiques d’Irstea et de l'Université de Rennes ont participé, il est urgent de mettre à jour les représentations du cycle de l'eau de la Terre utilisées dans l'éducation et la recherche. L'étude, publiée dans Nature Geoscience, a analysé plus de 450 de ces représentations, et a constaté d’importantes inexactitudes.

20 décembre 2019