Changement climatique et risques 2 min

Choisir les meilleures graines pour aider les chênes sessiles à s’adapter aux climats futurs

COMMUNIQUE DE PRESSE - La plantation forestière est un des leviers pour atténuer le changement climatique. L’origine des graines est cruciale pour optimiser le succès de la plantation des arbres et leur adaptation aux climats futurs. INRAE et l’ONF ont mené une vaste étude pendant plus de 30 ans à partir d’une collection d’une centaine de populations* de chênes sessiles en provenance de toute l’Europe et réparties sur quatre sites expérimentaux en France pour identifier les meilleures sources de graines de cette espèce. Leurs résultats, publiés dans Annals of forest science, montrent que ce sont les populations d’arbres provenant de régions ayant connu une longue tradition de sylviculture qui ont la meilleure combinaison de caractères écologiques et sylvicoles (survie, croissance, forme, adaptation aux variations climatiques). Les scientifiques recommandent d’utiliser une trentaine de sources de graines pour la plantation de chênes sessiles en France, réunissant diversité et adaptation nécessaires pour répondre à l’évolution climatique.

Publié le 20 juin 2022

illustration Choisir les meilleures graines pour aider les chênes sessiles à s’adapter aux climats futurs
© ONF - Giada CONNESTARI

* Population d’arbres : une population d’une espèce d’arbres correspond à un groupe d’arbres provenant d’une même région et ayant grandis dans un même environnement (sol, climat, gestion forestière…).

La sécheresse de 1976, qui correspond à un fort épisode qui a affecté la France et une partie de l’Europe entre l’automne 1975 et l’été 1976, a eu pour conséquence une hausse de la mortalité des arbres forestiers, notamment des chênes pédonculés. Ces dépérissements avaient suscité des recherches sur l’adaptation des chênes en général et notamment du chêne sessile, qui demeure l’espèce feuillue la plus plantée en France. L’ONF et INRAE ont joint leurs efforts et réuni une collection de 110 populations de chênes sessiles en provenance de France (70 populations) et d’Europe (40 populations) sur quatre sites expérimentaux situés dans les départements de la Sarthe, du Cher, de la Nièvre et de la Moselle. Durant trente ans, les scientifiques ont étudié l’évolution des caractères d’intérêt de ces chênes (survie, croissance, forme, adaptation aux variations climatiques) et leur variabilité génétique. L’objectif était d’identifier les meilleures sources de graines pour la plantation de chênes sessiles capables de s’adapter aux climats futurs.

De manière surprenante, l’équipe de recherche a découvert que les populations de chênes présentant des caractères et des variations génétiques similaires ne se regroupaient pas selon les 19 zones géographiques d’origine des chênes sessiles, zones définies par leur homogénéité climatique (dénommées de « régions de provenance »). En revanche, l’étude montre les effets de la sylviculture sur l’organisation et la variation des caractères présentés par les chênes. Ainsi, les chênes présentant le meilleur compromis entre survie, croissance, adaptation aux variations climatiques et forme de l’arbre provenaient de régions ayant connu une longue tradition de sylviculture, remontant parfois jusqu’au Moyen-Age, comme le Bourbonnais, le Berry et le Bassin de la Loire. En effet dans ces régions, les arbres ont été sélectionnés par l’action de l’homme sur plusieurs générations pour ces caractères.

Les scientifiques en tirent plusieurs recommandations pour assurer le succès des plantations de chênes sessiles contribuant à une adaptation des forêts aux conditions climatiques futures. Ils ont identifié 34 populations de chênes, présentant de bonnes combinaisons de caractères, comme sources de graines pour les futures plantations. Ils soulignent également l’importance de mélanger les sources de graines afin de maintenir la diversité génétique des plantations, essentielle pour l’adaptation au changement climatique.

Références

Girard, Q., Ducousso, A., de Gramont, C.B. et al. Provenance variation and seed sourcing for sessile oak (Quercus petraea (Matt.) Liebl.) in France. Annals of Forest Science 79, 27 (2022). https://annforsci.biomedcentral.com/articles/10.1186/s13595-022-01140-0

 

Ducousso, A., Ehrenmann, F., Girard, Q. et al. Long-term and large-scale Quercus petraea population survey conducted in provenance tests installed in France. [Data paper]. Data INRAE repository. Annals of Forest Science 79, 26 (2022). https://annforsci.biomedcentral.com/articles/10.1186/s13595-022-01141-z

 

En savoir plus

Changement climatique et risques

Histoire évolutive des chênes : la résistance à la sécheresse adaptée à leur habitat

COMMUNIQUE DE PRESSE - Face au changement climatique et à l’augmentation de la sécheresse, la question du dépérissement des forêts est primordiale : elles sont des réservoirs de biodiversité et permettent également de stocker massivement le carbone et d'atténuer l’effet de serre. Les chênes sont des arbres emblématiques des forêts d’Europe et d’Amérique, que l’on pensait très vulnérables à la sécheresse. Grâce à une technique d’optique innovante, des scientifiques d’INRAE de l'université de Bordeaux et des universités de Berkeley et Stanford en Californie, ont étudié la tolérance à la sécheresse de différentes espèces de chênes nord-américains. Leurs résultats, publiés le 1er mars dans PNAS, montrent que les espèces de chênes ont évolué vers une plus grande résistance à la sécheresse pour coloniser des zones climatiques plus arides et qu’ils possèdent aujourd'hui une marge de sécurité relativement importante pour faire face au changement climatique.

26 février 2021

Biodiversité

L’évolution suit le climat : les chênes se sont rapidement adaptés aux variations climatiques de l’Anthropocène

COMMUNIQUE DE PRESSE - Avec l’accélération du réchauffement climatique due aux activités humaines, la question de la vitesse d’évolution et d’adaptation des arbres est au cœur des préoccupations actuelles des chercheurs et forestiers. Les chercheurs d’INRAE, de l’ONF, du CEA ainsi que des universités d’Uppsala (Suède) et de Zhejiang (Chine) ont étudié l’évolution des chênes de trois forêts françaises au cours des trois derniers siècles, de la période froide du Petit âge glaciaire au réchauffement dû aux activités humaines. Leurs résultats, publiés le 5 janvier dans Evolution letters, montrent que les chênes évoluent rapidement et sont capables de s’adapter aux variations climatiques en quelques générations. D’après ces conclusions, les gestionnaires forestiers auraient ainsi intérêt à raccourcir les générations et à favoriser la régénération naturelle des forêts pour faciliter l’évolution rapide des peuplements.

04 janvier 2022

Biodiversité

Le génome du chêne lève un voile sur la longévité des arbres

COMMUNIQUE DE PRESSE - Un consortium national mené par l’Inra et le CEA a séquencé le génome du chêne pédonculé. Leurs travaux, publiés dans la revue Nature Plants le 18 juin 2018, révèlent deux facettes de la longévité de cette espèce emblématique. La première concerne la mise en place d’un arsenal de gènes de résistance particulièrement riche et diversifié, permettant aux arbres de faire face tout au long de leur vie à leurs grands prédateurs (champignons pathogènes, oomycètes, insectes, bactéries et virus). La seconde révèle la présence de mutations somatiques qui peuvent être transmises à la génération suivante, un résultat qui soulève des questions sur l’importance évolutive de ce moteur de diversité.

24 janvier 2020