Biodiversité 2 min

L’évolution suit le climat : les chênes se sont rapidement adaptés aux variations climatiques de l’Anthropocène

COMMUNIQUE DE PRESSE - Avec l’accélération du réchauffement climatique due aux activités humaines, la question de la vitesse d’évolution et d’adaptation des arbres est au cœur des préoccupations actuelles des chercheurs et forestiers. Les chercheurs d’INRAE, de l’ONF, du CEA ainsi que des universités d’Uppsala (Suède) et de Zhejiang (Chine) ont étudié l’évolution des chênes de trois forêts françaises au cours des trois derniers siècles, de la période froide du Petit âge glaciaire au réchauffement dû aux activités humaines. Leurs résultats, publiés le 5 janvier dans Evolution letters, montrent que les chênes évoluent rapidement et sont capables de s’adapter aux variations climatiques en quelques générations. D’après ces conclusions, les gestionnaires forestiers auraient ainsi intérêt à raccourcir les générations et à favoriser la régénération naturelle des forêts pour faciliter l’évolution rapide des peuplements.

Publié le 06 janvier 2022

illustration L’évolution suit le climat : les chênes se sont rapidement adaptés aux variations climatiques de l’Anthropocène
© INRAE - Corinne Enard

Les chercheurs ont réalisé une analyse rétrospective de l’évolution des chênes entre 1680 et aujourd’hui, une échelle de temps qui a vu se succéder la période froide du Petit âge glaciaire (1450-1850) et la période chaude de l’Anthropocène, depuis 1850 jusqu’à l’époque actuelle. Ces travaux avaient pour objectif de comprendre comment les populations de ces arbres ont réagi aux différentes variations climatiques. Concrètement, ils ont séquencé et analysé le génome entier de 600 chênes de trois forêts françaises (Tronçais dans l’Allier, Réno Valdieu dans le Perche et Bercé dans la Sarthe) répartis en quatre cohortes selon leur âge : la première avec une moyenne d’âge de 340 ans, la seconde de 170 ans, la troisième de 60 ans et la dernière de 12 ans. Les scientifiques ont étudié les variations dans les fréquences des allèles1 observables dans le génome des quatre cohortes. Ils ont mis en relation ces variations avec l’évolution du climat, notamment la fréquence d’événements extrêmes comme des hivers rigoureux ou des sécheresses extrêmes.

Une évolution rapide des chênes adaptée à chaque période climatique

Les résultats montrent qu’il y a une évolution des peuplements selon un schéma évolutif identique dans les trois forêts et différent selon les périodes climatiques explorées. Les variations observées dans le génome des arbres les plus anciens ayant poussé durant la période froide du petit âge glaciaire sont à l’opposé de celles observées sur les jeunes arbres poussant durant la période chaude de l’Anthropocène. Ces signatures évolutives dans les génomes signifient que les chênes peuvent évoluer rapidement, avec des sauts évolutifs observables sur peu de générations, et qu’ils sont capables de réorienter leurs trajectoires évolutives en un temps relativement court et de s’adapter rapidement à des changements de climat.

Adapter la gestion forestière pour favoriser l’évolution des chênes

Ces résultats apportent de nouvelles connaissances pour adapter la gestion des forêts au changement climatique. Ils posent la question du maintien d’arbres plus que centenaires, adaptés à un climat froid, qui peuvent ralentir le processus évolutif en fécondant de plus jeunes arbres. Le raccourcissement des générations permettrait ainsi d’accélérer l’évolution et de limiter les effets de maladaptation due à la pollinisation par les vieux peuplements. Les forestiers peuvent adapter leur gestion forestière de la régénération naturelle pour laisser plus de place à l’évolution.En régénération naturelle, l’ensemencement se fait sans intervention humaine avec des semis très denses de plus de 100 000 graines par hectare. Les arbres sont ainsi confrontés à une forte pression de sélection où 95% des individus seront éliminés au cours des 15-20 années suivantes, et où les arbres les mieux adaptés aux conditions climatiques courantes seront sélectionnés.

 

1 Les allèles sont les différentes versions possibles d’un même gène susceptibles d’expliquer des différences entre arbres pour un même caractère. La fréquence des allèles d’un même gène peut varier selon des critères de sélection environnementale comme la sécheresse ou le froid.

Référence

Dounia Saleh, Jun Chen, Jean-Charles Leplé, Thibault Leroy, Laura Truffaut, Benjamin Dencausse, Céline Lalanne, Karine Labadie, Isabelle Lesur, Didier Bert, Frédéric Lagane, François Morneau, Jean-Marc Aury, Christophe Plomion, Martin Lascoux, Antoine Kremer. Genome-wide evolutionary response of European oaks during the Anthropocene, Evolution letters, 5 Janvier 2022 DOI : https://doi.org/10.1002/evl3.269

 

220105_CP-Evolution-chenes-anthropocenepdf - 708.69 KB

Service de presse INRAE

Contact scientifique

Antoine Kremer UMR Biodiversité, gènes et communautés (BIOGECO - INRAE, Université de Bordeaux)

Le centre

Le département

En savoir plus

Changement climatique et risques

Histoire évolutive des chênes : la résistance à la sécheresse adaptée à leur habitat

COMMUNIQUE DE PRESSE - Face au changement climatique et à l’augmentation de la sécheresse, la question du dépérissement des forêts est primordiale : elles sont des réservoirs de biodiversité et permettent également de stocker massivement le carbone et d'atténuer l’effet de serre. Les chênes sont des arbres emblématiques des forêts d’Europe et d’Amérique, que l’on pensait très vulnérables à la sécheresse. Grâce à une technique d’optique innovante, des scientifiques d’INRAE de l'université de Bordeaux et des universités de Berkeley et Stanford en Californie, ont étudié la tolérance à la sécheresse de différentes espèces de chênes nord-américains. Leurs résultats, publiés le 1er mars dans PNAS, montrent que les espèces de chênes ont évolué vers une plus grande résistance à la sécheresse pour coloniser des zones climatiques plus arides et qu’ils possèdent aujourd'hui une marge de sécurité relativement importante pour faire face au changement climatique.

26 février 2021

Biodiversité

La génomique du chêne fait ses preuves

COMMUNIQUE DE PRESSE - Un an et demi après la publication de la séquence complète du génome du chêne pédonculé par un consortium national mené par INRAE et le CEA, les premiers résultats s’appuyant sur cette ressource génomique font l’objet d’une série d’articles publiés le 16 avril 2020 dans la revue New Phytologist. Ces nouveaux résultats précisent l’histoire évolutive des chênes, des racines profondes de leur diversification jusqu’à l’évolution plus récente des chênes blancs européens, ainsi que l’identification de gènes clés impliqués dans l’adaptation à certains environnements ou dans la résistance à des agents pathogènes.

17 avril 2020

Biodiversité

Le génome du chêne lève un voile sur la longévité des arbres

COMMUNIQUE DE PRESSE - Un consortium national mené par l’Inra et le CEA a séquencé le génome du chêne pédonculé. Leurs travaux, publiés dans la revue Nature Plants le 18 juin 2018, révèlent deux facettes de la longévité de cette espèce emblématique. La première concerne la mise en place d’un arsenal de gènes de résistance particulièrement riche et diversifié, permettant aux arbres de faire face tout au long de leur vie à leurs grands prédateurs (champignons pathogènes, oomycètes, insectes, bactéries et virus). La seconde révèle la présence de mutations somatiques qui peuvent être transmises à la génération suivante, un résultat qui soulève des questions sur l’importance évolutive de ce moteur de diversité.

24 janvier 2020