Biodiversité 6 min

Caractérisation d'un ARN impliqué dans la production et la motilité des spermatozoïdes

L’inactivation du gèneTopaz1 provoque une stérilité des souris mâles par un blocage de la spermatogenèse et entraine une dérégulation de nombreux ARN non codants longs (lncRNAs) dans les testicules. L’un de ces lncRNAs a été étudié et son inactivation conduit à une diminution de 57% de la concentration des spermatozoïdes, à une altération de leur vélocité mais sans conséquence négative sur la fertilité des animaux.

Publié le 16 septembre 2021

illustration Caractérisation d'un ARN impliqué dans la production et la motilité des spermatozoïdes
© B. Mandon-Pépin

En vue d’améliorer les capacités reproductives des animaux domestiques, il est important de caractériser les gènes impliqués dans les différentes étapes de la différenciation des gonades. Topaz1 (pour Testis and Ovary-specific PAZ domain gene1) est un gène initialement découvert dans l'ovaire fœtal des brebis lors de la méiose. Par la suite, il a été retrouvé dans des banques de testicules adultes humains et murins et dans des ovaires de souris à la naissance. Il est très conservé au cours de l’évolution chez les vertébrés et son expression est spécifique des cellules germinales. Il est préférentiellement exprimé chez les femelles pendant la vie fœtale chez l’ovin, alors qu’il est majoritairement exprimé dans le testicule chez la souris adulte.

Topaz1, un gène indispensable à la spermatogénèse chez les mammifères

Un modèle murin, dépourvu du gène Topaz1 ((Topaz1-/-) ou KO ; Luangpraseuth-Prosper et al., 2015) a permis de mettre en évidence l'implication de ce gène dans la fertilité mâle. En comparaison avec des souris normales, le poids des testicules des animaux Topaz1 est inactivé diminue et ceci dès la fin de première vague de spermatogénèse.

Comparaison de la taille testiculaires entre animaux adultes normaux ( Topaz1+/+) et dépourvus de Topaz1 (Topaz1-/-)

D’un point de vue histologique, les différences entre les testicules des animaux Topaz1-/- et Topaz1+/+apparaissent entre 15 et 20 jours après la naissance. L'inactivation de Topaz1 induit une absence de cellules germinales haploïdes et une augmentation de l’apoptose, suggérant un arrêt de la spermatogenèse au cours de la première division de méiose.

L’inactivation de ce gène entraine en effet un blocage des cellules germinales en fin de prophase I de méiose et un défaut d’alignement des chromosomes le long de la plaque métaphasique.

Afin de mieux caractériser le phénotype testiculaire des souris dont le gène Topaz 1 est inactivé, des analyses transcriptomiques à haut débit ont été réalisées. Ces analyses ont permis de mettre en évidence une perturbation de l'expression des gènes impliqués dans la mobilité des microtubules et/ou des cils, qui est un processus biologique nécessaire à la spermatogenèse.

L’absence de Topaz1 modifie l’expression d'ARN non codants longs

Un quart des gènes dérégulés par l’absence de TOPAZ1 sont des ARN non codants longs (lncRNAs), la plupart sont spécifiques des cellules germinales mâles. Les chercheurs de l’unité BREED ont choisi d’étudier plus particulièrement 4930463O16Rik, qui est un des 35 lncRNAs dérégulés à 16 et à 18 jours après la naissance. En effet son expression est quasi-abolie dans les testicules de souris Topaz1-/-.

4939463O16Rik : un ARN non essentiel pour la fertilité murine mais nécessaire à une production optimale de spermatozoïdes

Bien que certains paramètres spermatiques (motilité, anomalies morphologiques, cinétique) soient modifiés et la concentration des spermatozoïdes diminuée de 57 % chez les souris dont l'expression de 4939463O16Rik est supprimée, la fertilité de ces animaux n'est pas affectée

Diminution de 57 % de la concentration spermatique des souris dépourvues du lncRNA 4930463O16Rik

Ce résultat surprenant peut s'expliquer par des effets contrebalancés entre des modifications à impact négatif (telles que la baisse de concentration des spermatozoïdes, certaines anomalies morphologiques et différents paramètres de mesure de la vélocité* des spermatozoïdes) ou positif sur la fertilité mâle (comme certains paramètres de motilité** spermatique). Ces observations pourraient expliquer qu'au final la fertilité des souris n’exprimant pas 4930463O16Rik est normale. De plus, compte tenu du grand nombre de lncRNAs exprimés dans les testicules, il est également possible que les fonctions d'autres lncRNAs testiculaires compensent les effets engendrés dus à l'absence de 4930463O16Rik.

Ce travail identifie donc un lncRNA (4930463O16Rik) dont l'expression est dépendante de Topaz1 et qui est un élément clé, à la fois pour la production et pour la motilité des spermatozoïdes. L’expression de ce lncRNA n'est pas essentielle à la fertilité de la souris mâle mais elle est nécessaire pour atteindre des paramètres optimums de production des gamètes mâles.

 

*Vélocité : vitesse de déplacement. Cette vélocité est également mesurée avec différents paramètres selon la trajectoire (vitesse entre départ et arrivée; vitesse de progression linéaire, vitesse curvilinéaire, vitesse selon la trajectoire moyenne…).

**Motilité : capacité qu'ont les spermatozoïdes à se déplacer, à produire des mouvements. Cette motilité est mesurée avec différents paramètres (fréquence de battement, amplitude du déplacement de la tête du spermatozoïde…).

 

Sylvie Andrérédactrice

Contacts

Béatrice Mandon-Pépin Contact scientifiqueBiologie de la Reproduction, Environnement, Epigénétique, et Développement

Le centre

Le département

Offres d'emploi

Des concours sont ouverts !

Inscriptions jusqu'au 24 août

Accéder aux concours

En savoir plus

Biodiversité

Les estuaires, des écosystèmes sous pression

Les estuaires, entre fleuve et océan, sont des milieux sensibles aux changements globaux qui abritent une biodiversité emblématique parfois menacée. Les scientifiques d'INRAE observent ces écosystèmes depuis près de 40 ans et mènent de nombreux travaux pour les protéger et les restaurer.

18 décembre 2019

Biodiversité

Changements globaux : quels impacts sur la biodiversité ?

Surexploitation, destruction des habitats, pollutions, changement climatique… Autant de pressions qu’exercent les activités humaines sur les écosystèmes. INRAE mène de nombreux travaux et dispose de zones d’observation afin de comprendre les impacts de ces pressions, étape primordiale à la préservation de la biodiversité.

19 décembre 2019

Biodiversité

Biodiversité et durabilité des agricultures

Nombreux sont les travaux scientifiques qui tirent la sonnette d’alarme à propos du déclin de la biodiversité. Parce qu’un tiers de la surface terrestre est dévolu à des usages agricoles, l’articulation de l’agriculture et de la biodiversité demeure une préoccupation majeure. Le colloque du 11 avril 2019 a permis d’explorer la prise en compte de la biodiversité par le secteur de l’agriculture et d’illustrer les avancées réalisées tout autant que le chemin qu’il reste à parcourir.

20 décembre 2019