Agroécologie 2 min

Les atouts de la diversité végétale pour la biodiversité, l’agriculture et le tourisme

COMMUNIQUE DE PRESSE - Une étude internationale impliquant INRAE et l’Institut de recherche Senckenberg sur la biodiversité et le climat (Allemagne) démontre l’importance de la diversité végétale, à différentes échelles spatiales (de la parcelle au paysage), pour le maintien de nombreux services écosystémiques. Les scientifiques ont étudié les liens entre la diversité végétale et 16 services écosystémiques, incluant des services liés à la production agricole mais aussi des services socioculturels, liés par exemple à l’esthétique des paysages, dans 150 prairies situées en Allemagne. Leurs résultats, publiés le 14 novembre dans Nature Ecology & Evolution, montrent que la diversité végétale a un rôle primordial dans le maintien d’importants services écosystémiques qui sont bénéfiques à différents acteurs du territoire (agriculteurs, résidents, secteur du tourisme ou associations de protection de la nature). Ces nouvelles connaissances contribuent au développement de mesures de gestion du territoire visant à préserver les écosystèmes et les services qu’ils apportent.

Publié le 15 novembre 2022

illustration Les atouts de la diversité végétale pour la biodiversité, l’agriculture et le tourisme
© INRAE - Gaetane Le Provost

Alors qu’il est établi aujourd’hui que les prairies riches en espèces végétales fournissent des habitats aux abeilles et autres insectes, favorisant la pollinisation et le contrôle des ravageurs, qu’en est-il d’autres services écosystémiques moins étudiés et pourtant essentiels, tels que la qualité des sols ou la séquestration du carbone ? Et comment cette biodiversité est-elle associée à l’esthétique des paysages, qui peut jouer un rôle important dans les activités touristiques et récréatives ? Pour mieux comprendre l’influence de la diversité végétale sur de multiples services fournis par les écosystèmes, INRAE et l’Institut de recherche Senckenberg sur la biodiversité et le climat ont mené une étude sur le long terme au sein de prairies agricoles situées dans différentes régions d’Allemagne.

L’équipe de recherche a analysé des données collectées entre 2006 et 2018, dans 150 prairies agricoles situées dans les régions du Jura souabe au sud de l’Allemagne, la région de Hainich-Dün située au centre de l’Allemagne, et la réserve de biosphère de Schorfheide-Chorin au nord de Berlin. Ces sites d’étude diffèrent en terme de climat et de topographie et sont représentatifs des différents types de prairies d’Europe centrale. Les scientifiques ont considéré 16 services écosystémiques différents, allant de la qualité du fourrage, la pollinisation, le stockage du carbone ou encore la recharge des eaux souterraines, à des services dits culturels liés à notre rapport et notre expérience de la nature. Par exemple, la diversité des stimuli acoustiques (chants d’oiseaux et autres sons de la nature) ou encore la présence de prairies fleuries dans les paysages agricoles qui peuvent avoir des bienfaits psychologiques.

La biodiversité est bénéfique pour différents acteurs du territoire

L’étude démontre qu’une grande diversité végétale a des effets positifs sur un grand nombre de services écosystémiques. Par ailleurs, pour la première fois à l’échelle mondiale, l’équipe de recherche a étudié l’importance de différents services écosystémiques pour des acteurs locaux variés. En collaboration avec l’Institut de recherche socioécologique (ISOE) de Francfort, les scientifiques ont réalisé des enquêtes auprès de 321 personnes, comprenant des résidents locaux, mais aussi des représentants d’associations de protection de la nature, des secteurs agricole ou touristique. Les chercheurs ont constaté qu’un niveau élevé de biodiversité dans les prairies apporte des bénéfices à tous les groupes d’acteurs du territoire interrogés.

Les atouts de la diversité végétale aux alentours des prairies pour le maintien des services écosystémiques

Les chercheurs n’ont pas seulement étudié l’impact de la diversité végétale à l’échelle de petites parcelles de prairie mais ils ont également considéré la dynamique de la biodiversité à des échelles spatiales plus larges. La diversité végétale aux alentours influence les services écosystémiques au sein des parcelles de prairies. Il s’agit d’un élément important pour les décideurs locaux car les décisions politiques concernant la gestion des territoires se font à une large échelle géographique. Les données analysées montrent qu’une grande diversité végétale à différentes échelles spatiales offre des avantages à des communautés rurales entières impliquant différents types d’acteurs locaux. Ces nouvelles connaissances pourront être mobilisées afin de développer des mesures de gestion du territoire visant à préserver les écosystèmes et les services qu’ils apportent.

Référence

Le Provost G. et al. The supply of multiple ecosystem services requires biodiversity across spatial scales. Nature Ecology & Evolution 2022, DOI : www.doi.org/10.1038/s41559-022-01918-5

En savoir plus

Agroécologie

Augmenter la diversité végétale des espaces agricoles pour protéger les cultures

Mélanges variétaux, associations d’espèces, succession de cultures dans le temps, agroforesterie, haies et autres éléments semi-naturels du paysage… la diversité végétale concourt à diminuer les populations de champignons pathogènes, plantes adventices, insectes ravageurs qui vivent aux dépens des cultures, avec l’objectif de réduire voire de se passer des pesticides. Et cela sans perte de rendement. De nombreux verrous en amont et en aval des filières agricoles limitent le déploiement de ces stratégies de protection des cultures, mais les politiques publiques pourraient être un levier important pour inciter les agriculteurs à les adopter. Ce sont les principaux enseignements d’une expertise scientifique collective réalisée par INRAE à la demande des ministères en charge de l’Agriculture, de la Transition écologique et de la Recherche. Explications.

07 novembre 2022

Biodiversité

« QUBS » : le nouveau programme de suivi de la qualité biologique des sols

COMMUNIQUE DE PRESSE - En ce mois de novembre, le Muséum national d’Histoire naturelle, en collaboration avec l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, Sorbonne Université, l’Université de Lorraine, INRAE et Plante & Cité, lance un nouveau programme de sciences participatives : « QUBS », le suivi participatif de la qualité biologique des sols. Des protocoles de suivi scientifique simples et ludiques permettent aux participants de découvrir la faune visible de leur sol : fourmis, cloportes, mille-pattes ou encore araignées. Les objectifs du programme sont à la fois de renseigner une base de données de suivi de la qualité biologique de ces sols à l’échelle nationale et de permettre aux citoyennes et citoyens d’en apprendre davantage sur les enjeux liés à la préservation de ce compartiment de la biodiversité dont les rôles sont trop souvent insoupçonnés. Ce nouvel observatoire rejoint le programme phare de sciences participatives du Muséum, « Vigie-nature », et le programme de sciences participatives sur l’environnement urbain de Sorbonne Université, « PartiCitaE ».

10 novembre 2022

Biodiversité

Transfert de nombreux gènes de plantes vers un insecte ravageur

COMMUNIQUÉ DE PRESSE - L’aleurode du tabac est l’un des principaux insectes ravageurs des cultures des régions tropicales et subtropicales. En étudiant son génome, INRAE et le CNRS ont identifié 49 gènes de plantes que l’insecte a intégrés à son génome. Un nombre aussi surprenant de gènes transférés entre des plantes et un insecte n’avait jamais été détecté. Ces résultats ouvrent de nouvelles perspectives de recherche sur les relations entre les plantes et les insectes pour développer des moyens de lutte innovants et réduire l’usage des pesticides.

29 septembre 2022