Biodiversité 2 min

Le voile se lève sur les secrets de la reproduction végétale

COMMUNIQUÉ DE PRESSE - Des scientifiques d’INRAE et du CEA ont fait un pas de géant pour lever le voile sur la reproduction végétale, en identifiant des protéines essentielles pour la création de nouvelles variétés de plantes. Leurs résultats sont parus le 16 novembre dans la revue Nature Plants.

Publié le 16 novembre 2023

illustration Le voile se lève sur les secrets de la reproduction végétale
© INRAE

Les scientifiques se sont plongés dans la manière dont les plantes se reproduisent. Comme pour les animaux, un processus est au cœur de la reproduction et de création de diversité génétique : la méiose. Il aboutit à la fabrication des cellules reproductrices, les gamètes.

 

Ces gamètes contiennent la moitié de l’information génétique de chaque individu : elle est portée, physiquement, par des chromosomes.

 

Les gamètes mâles (spermatozoïdes ou pollen) et femelles (ovules) fusionnent ensuite lors de la fécondation pour créer un nouvel individu. Chaque individu ou plante a donc dans ses cellules une paire de chaque chromosome, l’une venant du gamète mâle, l’autre du gamète femelle.

 

La transmission des chromosomes dans les gamètes se fait sous haute surveillance, la moindre petite erreur pouvant avoir des risques importants, comme la trisomie (ce n’est plus une paire mais 3 chromosomes). C’est donc toute une cascade de régulation et de contrôle à chaque étape qui s’opère. Mais tous les acteurs du film de la méiose ne sont pas connus.

 

C’est pourquoi des chercheurs d’INRAE ont fait un arrêt sur image sur une des machines primordiales pour que la méiose se fasse. Cette machine, c’est le « complexe synaptonémal ».

 

Il est composé de nombreux blocs, les protéines, imbriquées non seulement entre elles, mais aussi avec les chromosomes. Il permet aux chromosomes d’échanger correctement l’information génétique. C’est une étape cruciale de la reproduction, qui permet d’augmenter la diversité génétique de l’espèce, diversité à la base de la création de nouvelles variétés de plantes. Mais toutes les protéines contribuant à l’architecture du complexe synaptonémal ne sont pas connues.

 

Nos chercheurs ont fait un pas de géant dans la compréhension du complexe synaptonémal grâce à des approches d’intelligence artificielle et de microscopie à haute résolution. En effet, nos scientifiques ont identifié 2 nouvelles protéines du complexe. Et elles ont un rôle clé dans  la cascade méiotique !

 

Lorsqu’elles ne sont pas présentes, l’architecture du complexe synaptonémal est perturbée, il ne fonctionne pas correctement. Les échanges entre chromosomes ne sont plus régulés, ce qui empêche la bonne transmission aux gamètes.

 

En comprenant comment ces protéines influencent la méiose, les chercheurs pourraient proposer des pistes pour améliorer la création de nouvelles variétés de plantes plus résistantes aux maladies, capables de pousser dans des conditions environnementales difficiles et de produire de meilleurs rendements.

 

Le plus ? Ces 2 protéines nouvellement découvertes se trouvent aussi dans la plupart des plantes à fleurs. Cela signifie que cette découverte pourrait s'appliquer à toutes sortes de plantes.

Combiner les approches, une stratégie gagnante
Ce travail a nécessité la combinaison de plusieurs approches expérimentales. Ils ont notamment, grâce à la collaboration avec une équipe du CEA, utilisé de façon originale l’algorithme de deep learning AlphaFold, comme outil de criblage in silico d’interaction protéines-protéines. Des approches de génétiques et d’études de microscopie à haute résolution ont complété l’analyse des 2 protéines.

Référence
Vrielynck N., Peuch M., Durand S. et al. (2023). SCEP1 and SCEP2 are two new components of the synaptonemal complex central element. Nat. Plants ​​​​​​. https://doi.org/10.1038/s41477-023-01558-y

En savoir plus

Agroécologie

Découverte du rôle clé d’une protéine dans le métabolisme des plantes

COMMUNIQUÉ DE PRESSE - L’azote est un élément essentiel pour la croissance des plantes et donc pour la production agricole. Comprendre comment les plantes assimilent l’azote est essentiel pour développer une agriculture durable utilisant moins d’engrais. Des équipes d’INRAE, de l’ENS de Lyon, de l’université de Poitiers, du Max Planck Institute, de l’université Paris-Saclay et de l’université Paris Cité, avec la participation du CNRS*, ont découvert le rôle majeur d’une protéine dans le métabolisme d’assimilation de l’azote. Appelée NLP2, elle régule à la fois l’assimilation de l’azote et le métabolisme du carbone qui assure l’apport d’énergie de la plante. Leurs résultats, publiés dans The Plant Cell, ouvrent la voie pour développer des variétés de plantes plus efficaces pour utiliser l’azote du sol et diminuer ainsi l’utilisation d’engrais en agriculture.

08 février 2023

Biodiversité

Le microbiote des racines à la loupe : reconnaître ses amis de ses ennemis

COMMUNIQUE PRESSE - Des scientifiques mettent en lumière quels déterminants génétiques permettent aux champignons colonisant les racines de développer soit des associations bénéfiques, soit des interactions pathogènes. C’est le résultat d’un projet collaboratif impliquant le Max Planck Institute for Plant Breeding Research - MPIPZ, INRAE, l’université de Lorraine et le Joint Genome Institute. Ces résultats originaux, publiés le 10 décembre dans Nature Communications, améliorent les connaissances sur le fonctionnement du microbiote végétal et ouvrent de nouvelles perspectives sur la maîtrise des micro-organismes en vue de promouvoir la croissance des plantes.

14 décembre 2021

Biodiversité

Reconstituer le film du développement des organes

COMMUNIQUE DE PRESSE - Pouvoir suivre dans le temps la croissance d’un organe est important pour comprendre les étapes clés de son développement. Une équipe de recherche d’INRAE a mis au point une approche originale pour reconstituer le développement de n’importe quel organe sur le long terme. Cette méthode a été appliquée à l’analyse de la croissance des feuilles de plantes. Durant plusieurs semaines, les scientifiques ont prélevé et photographié plus de 1 000 feuilles à différents stades de croissance sur autant de plantes. Puis, grâce à des algorithmes spécifiques, ils ont réussi à reconstituer le film du développement complet des feuilles. Leurs résultats, publiés le 3 février dans la revue Quantitative Plant Biology, ont permis de mettre en évidence des étapes clés lors de la croissance des feuilles. Ces connaissances pourraient permettre d’optimiser la croissance des plantes à l’avenir. La méthodologie développée, simple à mettre en place et accessible, est potentiellement applicable à tout type d’organe végétal ou animal.

06 février 2023