Société et territoires 5 min

Télédétection et modélisation spatiale

Cet ouvrage, paru en novembre 2022 aux Éditions Quae, présente une synthèse des travaux de recherche menés par les chercheurs du groupe « Information spatiale et santé » de la Maison de la Télédétection (UMR TETIS, UMR Espace-Dev, UMR ASTRE, Marie Demarchi) et leurs partenaires sur l’apport de la télédétection et de la modélisation spatiale au développement d’outils pour la surveillance et le contrôle des populations de moustiques vecteurs et des maladies associées.

Publié le 24 novembre 2022

illustration Télédétection et modélisation spatiale
© INRAE

Les moustiques sont vecteurs de nombreux agents pathogènes responsables de maladies, telles que le paludisme, la dengue, le chikungunya ou la fièvre jaune. Selon l’Organisation mondiale de la santé, ils provoquent plusieurs centaines de milliers de décès chaque année. Ils sont aussi à l’origine de zoonoses, comme la fièvre de la vallée du Rift et la fièvre du Nil occidental.
Dans ce contexte, les besoins en outils opérationnels permettant d’orienter les actions de surveillance et de contrôle sont importants, à la fois dans les pays du Sud — les zones tropicales et subtropicales sont les plus touchées par les maladies causées par les moustiques —, mais également dans les pays du Nord, où l’installation de nouvelles espèces comme le moustique-tigre augmente le risque d’émergence de maladies. Pour répondre à ces besoins, les images d’observation de la Terre présentent un fort intérêt : la distribution dans l’espace et la dynamique temporelle des moustiques sont influencées par des variables climatiques (températures, précipitations, humidité) et environnementales (disponibilité de zones en eau, végétation), dont les indicateurs peuvent être dérivés d’images satellite.
De nombreuses études récentes ont permis de développer des méthodes innovantes couplant télédétection et modélisation spatiale pour prédire la dynamique spatiale et temporelle des moustiques vecteurs et des maladies associées. Au-delà de l’étude de faisabilité, certaines de ces méthodes ont abouti à des outils et à des chaînes de traitement aujourd’hui opérationnels, utilisés par les acteurs de santé publique et les opérateurs chargés de la lutte antivectorielle.
Cet ouvrage, destiné aux étudiants et aux chercheurs comme aux acteurs de santé publique, présente une synthèse de ces travaux de recherche et de ces outils.

Le centre

En savoir plus

Alimentation, santé globale

Lutte contre les agents pathogènes transmis par les moustiques : découverte d’un nouvel élément génétique mobile chez la bactérie Wolbachia

COMMUNIQUE DE PRESSE - Les chercheurs de l’Inra, du Cirad, du CEA et des Universités de Montpellier, Chicago et Vanderbilt aux Etats-Unis ont développé une méthode inédite d’analyse du génome de la bactérie Wolbachia. Cette bactérie endosymbiotique infectant plus de 70 % des insectes, est capable d’influencer la transmission par ces derniers d’agents pathogènes comme le virus de la Dengue ou Zika. A partir du séquençage et de l’étude de l’ensemble de l’ADN présent dans les ovaires de moustiques Culex pipiens, ils ont identifié pour la première fois un nouvel élément génétique mobile de type plasmide dans cette bactérie. La connaissance de ce plasmide ouvre des voies de recherche pour mieux comprendre l’interaction de la bactérie Wolbachia avec son moustique hôte et son rôle dans la transmission des agents pathogènes. Ces travaux, publiés dans Nature Communications, ouvrent ainsi des perspectives dans la lutte biologique contre les agents pathogènes transmis par les insectes, véritable enjeu de santé publique.

01 avril 2020

Alimentation, santé globale

Julie Reveillaud, lauréate ERC " Starting Grant " 2020

Spécialiste des interactions entre animaux, bactéries et virus, Julie Reveillaud a été sélectionnée pour recevoir la prestigieuse bourse Starting Grant 2020 du Conseil européen de la recherche - ERC. D’un montant de 1,5 million d’euros sur cinq ans, cette dotation lui permettra d’intensifier ses travaux sur les interactions entre les communautés bactériennes, dont la bactérie intracellulaire Wolbachia et ses éléments génétiques mobiles, et les agents pathogènes viraux chez le moustique, dans une perspective de santé publique, à savoir développer des moyens alternatifs de lutte contre les agents pathogènes transmis par les insectes.

03 septembre 2020

Alimentation, santé globale

Virus du Nil occidental : avec l’été, peut-il revenir en France ?

ARTICLE REDIGE AVEC THE CONVERSATION - La fièvre du Nil occidental est une maladie transmise par des moustiques. Causée par le virus du Nil occidental, elle sévit régulièrement en été et à l’automne, dans les pays du pourtour méditerranéen et ceux d’Europe de l’Est. Cette année, la surveillance est de mise avec l’arrivée des fortes chaleurs. Sylvie Lecollinet, chercheuse au sein de l'unité Virologie fait le point.

28 février 2020