Agroécologie 5 min

Des systèmes de culture innovants dans la lutte contre les nématodes

Les nématodes à galles sont des vers microscopiques vivant dans le sol qui s’attaquent aux plantes et provoquent des dégâts considérables en culture maraîchère et fruitière. Dans le cadre du projet GeDuNem, les chercheurs INRAE de l’Institut Sophia Agrobiotech (ISA) ont mis en place des prototypes de systèmes de culture maraîchers combinant des techniques de lutte contre les nématodes avec l’utilisation de variétés de plantes portant des résistances. Ces systèmes se sont avérés efficaces, entraînant une diminution du nombre de nématodes présents dans le sol ainsi qu’une résistance des plantes plus durable dans les sites analysés. Cette expérimentation ouvre la voie à des techniques alternatives pour la gestion des nématodes à galles.

Publié le 08 juin 2020

illustration Des systèmes de culture innovants dans la lutte contre les nématodes
© INRAE

Des vers ronds gloutons 

Présents dans le monde entier, les nématodes à galles sont très fréquents dans les cultures. Connus pour les dégâts caractéristiques (galles sur racines) qu’ils causent sur de nombreuses plantes, cultivées ou non, ils sont capables de contourner les gènes de résistances présents dans ces plantes. Ces bioagresseurs sont préoccupants car ils se conservent dans le sol et se multiplient dans les plantes en réalisant plusieurs cycles par an, ce qui leur permet de proliférer rapidement. Ils peuvent occasionner des dégâts considérables dans les exploitations, entraînant de fortes pertes de rendement pouvant conduire dans certains cas à une perte totale de récolte. Plus de 40% des exploitations maraîchères du sud de la France sont ainsi touchées et ce problème concerne toute la zone méditerranéenne. 

Les nématicides chimiques pour lutter contre ces bioagresseurs sont prohibés ou soumis à des restrictions d’emploi (Annexe 1 du règlement européen n° 1107/2009 du 21/10/09). De plus, utilisées individuellement, les autres méthodes biologiques, physiques, génétiques ou culturales ont toutes montré leurs limites. Les chercheurs étudient donc de nouvelles méthodes de lutte durables et efficaces pour le contrôle de ces bioagresseurs.

GeDuNem, un projet agroécologique interdisciplinaire 

L’objectif du projet GeDuNem est de concevoir des systèmes de culture innovants pour gérer les populations de nématodes à galles et augmenter la résistance des variétés face à cet agresseur. L’approche s’appuie sur la complémentarité des connaissances de chercheurs (pathologistes, nématologistes, généticiens, agronomes) et de praticiens (ingénieurs, conseillers techniques). 

Trois prototypes de systèmes de culture ont été mis en place pendant quatre ans par les chercheurs de l’Institut Sophia Agrobiotech (ISA), sur les sites de producteurs maraîchers du sud de la France. Souvent utilisées individuellement, les pratiques comme la solarisation (technique de désinfection thermique du sol), l’utilisation d’engrais verts nématicides ou de plantes-pièges, ont été combinées dans cette étude avec des variétés résistantes (tomates, piments) dans le cadre de rotations de cultures hôtes. L’efficacité de ces systèmes innovants a été comparée à celle des systèmes classiquement utilisés en culture maraîchère sous abris dans la région. Des analyses ont ensuite été réalisées pour comprendre leur fonctionnement, évaluer leur impact sur le sol et sur les rendements et observer les potentiels contournements de résistance par les nématodes. 

Des systèmes de culture innovants efficaces

Lors de l’étude, une diminution des populations de nématodes à galles (de 70 à 90 %) a été observée dans les différents sites ainsi qu’une protection des Solanaceae à résistance partielle. Les systèmes de culture se sont avérés plus efficaces dans les sites riches en matière organique, où les équilibres biologiques du sol étaient favorables et où la nématofaune était la plus diversifiée et la plus abondante. De plus, ils se sont révélés sans effets négatifs sur les espèces de nématodes qui ne sont pas parasites de plantes et qui contribuent à la santé des sols. Cette étude a également démontré par une enquête auprès des agriculteurs motivés à utiliser ces pratiques agroécologiques, qu’ils les trouvent plutôt acceptables. 

Ces résultats ouvrent la voie à l’utilisation de systèmes de culture innovants en maraîchage. Cependant, ils doivent encore être améliorés, en interaction avec les producteurs et diffusés plus largement. C’est l’objectif du nouveau projet des pôles européens d’innovation « GONem : Groupe Opérationnel sur la gestion des NEMatodes à Galles en maraîchage en PACA » (2018 – 2021) porté par le Groupement de recherche en Agriculture Biologique d’Avignon et qui associe les chercheurs INRAE.

Références

  • Djian-Caporalino C. & Navarrete M., Fazari A., Marteu N., Bailly-Bechet M., Dufils A., Tchamitchian M., Lefèvre A., Pares L., Mateille T., Tavoillot J., Palloix A., Sage-Palloix A.M., Védie H., Goillon C., Castagnone-Sereno P., 2019. Conception  et évaluation de systèmes de culture maraîchers méditerranéens innovants pour gérer les nématodes à galles. Biotechnologie, Agronomie, Société et Environnement (BASE) 23 (1): Protection des Plantes dans les Agroécosystèmes Méditerranéens,7-21. DOI: 10.25518/1780-4507.17725.
  • Djian-Caporalino C., Mateille T., Bailly Bechet M., Marteu N., Fazari A., Bautheac P., Raptopoulo A., Van Duong L., Tavoillot J., Martiny B., Goillon C., Castagnone-Sereno P., 2019. Evaluating sorghums as green manure against root-knot nematodes. Crop Protection 122: 142-150. DOI: 10.1016/j.cropro.2019.05.002
  • Djian-Caporalino C. &  Mateille T., 2018. Impact des communautés de nématodes phytoparasites sur la durabilité de systèmes de culture maraîchers visant spécifiquement le contrôle des nématodes à galles: de la pertinence d’une approche ‘diversité’. Innovations Agronomiques 69: 83-89. DOI:10.15454/LC72B5
  • Navarrete M., Djian-Caporalino C., Mateille T., Palloix A., Sage-Palloix A.M., Lefèvre A., Fazari A., Marteu N., Tavoillot J., Dufils A., Furnion C., Pares L., Forest I., 2016. A resistant pepper used as a trap cover crop in vegetable production strongly decreases root-knot nematode infestation in soil. Agronomy and Sustainable Development, 36:68. DOI 10.1007/s13593-016-0401-y
     

 

Johanna BERMUDESRédactrice

Contacts

Caroline DJIAN-CAPORALINO ChercheuseInstitut Sophia Agrobiotech (ISA)

Le centre

Le département

En savoir plus

Agroécologie

Les microfermes, un projet de vie au cœur d’un territoire

Kevin Morel et les microfermes, c’est une longue histoire qui a grandi au cœur des régions. Comprendre la motivation des maraîchers et les stratégies qu’ils développent pour garantir la viabilité de leur projet telle est la question qui, au fil des ans, a rythmé son travail de thèse et sur laquelle il revient.


07 février 2020