Changement climatique et risques

Des sols pour la sécurité alimentaire et le climat

L’initiative « 4 pour 1000» propose d’améliorer la teneur en matières organiques et d’encourager la séquestration de carbone dans les sols, à travers la mise en œuvre de pratiques agricoles et forestières.

Publié le 13 décembre 2019

illustration Des sols pour la sécurité alimentaire et le climat
© INRAE

Grâce aux plantes et aux organismes vivants, les sols contiennent deux à trois fois plus de carbone que l’atmosphère. Riche en carbone, la matière organique des sols est essentielle : elle retient l’eau, l’azote et le phosphore, indispensables à l’agriculture. Mais l’alternance de phases de dessèchement et de précipitations intenses renforcent les phénomènes érosifs. À terme, près de 30 millions d’hectares de terres arables pourraient être perdus chaque décennie. La dégradation des sols menace 40% des terres.

La solution : stocker le carbone

Augmenter chaque année le stock de carbone des sols de 4 pour 1000 dans les 40 premiers centimètres du sol permettrait, en théorie, de stopper l’augmentation actuelle de la quantité de CO2 dans l’atmosphère, à condition de stopper la déforestation.

Les moyens : 5 pratiques à développer pour la gestion des sols et l’agroécologie

  • Éviter de laisser le sol à nu pour limiter les pertes de carbone
  • Restaurer les cultures, les pâturages et les forêts dégradées
  • Planter arbres et légumineuses qui fixent l’azote atmosphérique dans le sol
  • Nourrir le sol de fumiers et de composts
  • Collecter l’eau au pied des plantes

Appliquée à l’horizon de surface des sols mondiaux, soit à un stock d’environ 860 milliards de tonnes de carbone, la cible 4‰ se traduirait par un stockage annuel de 3,4 milliards de tonnes de carbone dans le sol qui contrebalancerait l’augmentation du CO2 atmosphérique. Cette mesure serait étendue, au-delà des sols agricoles, à la plupart des sols et usages y compris les forêts.
570 millions de fermes dans le monde et plus de 3 milliards de personnes en zone rurale pourraient mettre en place ces pratiques.

Le coût

Pour les cultures, 20 à 40 dollars US par tonne de CO2. Pour les prairies et les forêts, 50 ou 80 dollars la tonne de CO2
L’accumulation de carbone dans les sols se poursuivrait vingt à trente ans après la mise en place des bonnes pratiques, si celles-ci sont maintenues.

 

En savoir plus

Changement climatique et risques

Stocker 4 pour 1000 de carbone dans les sols : le potentiel en France

L’Inra livre le 13 juin 2019 une étude, réalisée à la demande de l’Ademe et du ministère de l’Alimentation et de l'Agriculture, sur le potentiel de stockage de carbone dans les sols en France. En mobilisant une méthodologie originale, l’étude a pu évaluer ce potentiel et en estimer le coût de mise en œuvre région par région, au regard d’un objectif de 4 pour 1000. L’initiative « 4 pour 1000 sur les sols pour la sécurité alimentaire et le climat » avait été lancée lors de la conférence des parties sur le changement climatique organisée à Paris en 2015.

12 décembre 2019

Société et territoires

Sols artificialisés et processus d’artificialisation des sols : déterminants, impacts et leviers d’action

L’Inra et l’Ifsttar ont livré le 8 décembre 2017 une expertise scientifique collective sur l’artificialisation des sols, demandée par le Ministère de la Transition écologique et solidaire, l’Ademe et le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation. Les sols sont des ressources non renouvelables et le taux d’artificialisation des sols figure, depuis 2015, parmi les « 10 indicateurs de richesse » élaborés par le Gouvernement pour le suivi de ses politiques publiques.

12 décembre 2019

Société et territoires

Prospective Agrimonde-Terra : usage des terres et sécurité alimentaire mondiale en 2050

Avec Agrimonde-Terra, l’Inra et le Cirad ont prolongé leurs travaux publiés en 2011, sur la sécurité alimentaire mondiale à l’horizon 2050 (Prospective Agrimonde), en étudiant les principaux déterminants de l’évolution de l’usage des terres et leurs interactions avec la sécurité alimentaire et le climat. En 2050, les sols devront en effet permettre d’alimenter une population mondiale estimée à 9,7 milliards d’habitants, tout en participant à la lutte contre le changement climatique avec un rôle essentiel des forêts.

13 décembre 2019