Alimentation, santé globale 2 min

Les secrets métaboliques de l’endurance du cheval-athlète

COMMUNIQUE DE PRESSE - Le microbiote intestinal et les centrales énergétiques des cellules sanguines des chevaux communiquent pour assurer une endurance à toute épreuve ! Un dialogue basé sur la production d’acides gras permet à l’animal d’adapter son métabolisme pour retarder la fatigue, l’hypoglycémie et réduire l’inflammation. Ce sont les conclusions d’une étude menée par INRAE en collaboration avec l’École nationale vétérinaire d’Alfort et l’Université d’Evry. Ces résultats, parus le 8 avril dans Frontiers in Molecular Biosciences ouvrent la voie à la mise en place de régimes sur-mesure pour les chevaux de course d’endurance, pour garantir leurs performances, leur bien-être et leur santé.

Publié le 12 avril 2021

illustration Les secrets métaboliques de l’endurance du cheval-athlète
© INRAE - Eric Barrey

Des chevaux capables de couvrir des courses de 100 à 160km en 8h, l’équivalent pour nous d’un tour du Mont Blanc, une véritable prouesse physique !

Le lien inattendu entre l’endurance d’un cheval et son microbiote intestinal ?  Le métabolisme énergétique, en particulier celui des mitochondries1, de véritables usines à énergie cellulaire. C’est ce que concluent des travaux originaux menés par des scientifiques d’INRAE, en collaboration avec l’Ecole nationale vétérinaire d’Alfort et l’Université d’Evry. À l’origine de leurs questions, des chevaux capables de couvrir des courses de 100 à 160km en 8h environ, l’équivalent pour nous d’un tour du Mont Blanc, une véritable prouesse physique ! Des travaux poussés en génomique et statistique permettent de mieux comprendre les dessous du métabolisme énergétique de ces chevaux-athlètes.

 

Pour comprendre comment ces chevaux réussissent à être aussi endurants, les chercheurs s’intéressent au lien entre microbiote intestinal et mitochondries des cellules sanguines. Pour cela, ils ont réalisé des prises de sang et collecté le crottin de 20 chevaux, avant et juste après une course. Des analyses génétiques et métaboliques du sang et du crottin montrent un véritable dialogue entre le microbiote intestinal du cheval et les mitochondries des cellules sanguines. Le microbiote fabrique des acides gras, comme le butyrate2, qui passent dans le sang. Ces acides gras agissent à la fois comme carburant pour la mitochondrie mais aussi comme messager. Celle-ci « sait » alors qu’un effort intense est en cours : elle ajuste sa production d’énergie en utilisant par exemple le butyrate, ce qui retarde la fatigue musculaire, l’hypoglycémie et réduit l’inflammation.  

 

Ces travaux sont pionniers dans l’étude des relations entre le microbiote et les mitochondries, explorées ici sur le modèle original du métabolisme énergétique des chevaux de courses d’endurance. Si les mécanismes précis des communications moléculaires mis en jeu doivent encore être étudiés en détail, ces premiers résultats permettent de mieux comprendre le métabolisme énergétique lors d’un effort prolongé. Ils offrent des pistes pour préserver le bien-être des chevaux et faciliter l’effort d’endurance, en adaptant leur régime alimentaire pour favoriser un microbiote intestinal optimal.

 

1Les mitochondries sont des compartiments de la plupart des cellules animales, dédiées à la production d’énergie pour assurer le fonctionnement de celles-ci, et au final permettre le fonctionnement des organes.

2Le butyrate est un acide gras aux propriétés anti-inflammatoires fabriqué et exporté par les bactéries.

 

Un trail équin sous haute surveillance

Les chevaux-athlètes étudiés dans cette étude réalisent des courses de 100 à 160 km en 8h, l’équivalent des courses « Trail » chez l’humain. Ici, les 20 chevaux sont de race arabe et font en moyenne un petit galop de 20 à 22 km/h. Leur santé est contrôlée tous les 40km, l’occasion pour l’animal de se reposer, de boire et manger pendant qu’une équipe de vétérinaires contrôlent leurs signes vitaux pour s’assurer qu’ils sont en capacité de poursuivre la course.

 

Référence

Mach N, Moroldo M, Rau A, Lecardonnel J, Le Moyec L, Robert C and Barrey E (2021) Understanding the Holobiont: Crosstalk Between Gut Microbiota and Mitochondria During Long Exercise in Horse. Front. Mol. Biosci. 8:656204. doi: 10.3389/fmolb.2021.656204

 

CP_Secrets-endurance-cheval-athlètepdf - 732.52 KB

Service de presse INRAE

Contact scientifique

Eric Barrey Unité « Génétique Animale et Biologie Intégrative » (GABI)

Le centre

Le département

En savoir plus

Biodiversité

Parler aux chevaux comme on parle aux jeunes enfants

COMMUNIQUE DE PRESSE - Pour s’adresser à un animal, de nombreuses personnes adoptent instinctivement une manière de parler qui est proche de celle que l’on adopte pour parler à un jeune enfant : le ton de la voix est plus aigu et les intonations exagérées. Il en va de même pour beaucoup de cavaliers avec leurs chevaux. Mais ces animaux sont-ils sensibles à cette façon de parler ? C’est la question à laquelle ont répondu les éthologues d’INRAE et de l’IFCE. Leurs résultats, publiés le 18 mars dans Animal Cognition, montrent que les chevaux sont plus attentifs et semblent mieux comprendre nos intentions lorsqu’on leur parle ainsi. Cette méthode est donc à intégrer par les cavaliers et les éleveurs dans leur relation avec les chevaux pour faciliter les interactions quotidiennes et améliorer le bien-être de ces animaux.

19 mars 2021

Alimentation, santé globale

Microbiote intestinal : fonctionnement d’une bactérie vampire

COMMUNIQUE DE PRESSE - « Les antibiotiques, c’est pas automatique ! … » Ils sont essentiels pour lutter contre les maladies infectieuses, mais utilisés à mauvais escient, ils déciment les bactéries du microbiote, laissant place à des bactéries infectieuses résistantes aux traitements. Parmi elles, Enterococcus faecalis, une bactérie présente dans l’intestin et normalement inoffensive qui peut devenir pathogène et responsable d’infections urinaires et cardiaques. Pour se développer, elle a besoin d’une molécule de l'hôte qu’elle ne sait pas fabriquer, mais qui lui est toxique à forte dose : l’hème. Des chercheurs d’INRAE, en collaboration avec le CEA, ont montré qu’Enterococcus faecalis piège et utilise l’hème présent dans l’intestin tout en évitant sa toxicité. Leurs travaux, publiés le 2 février 2021 dans mBio, mettent en lumière l’existence d’un capteur qui permet à la bactérie de détecter la présence d’hème, et de contrôler finement ses apports pour ne pas subir sa toxicité. Bloquer ce mécanisme pourrait constituer une piste pour le développement de traitements contre cette bactérie.

18 janvier 2021

Alimentation, santé globale

Mise en lumière de virus bactériens prometteurs cachés au sein du microbiote

COMMUNIQUE DE PRESSE - Et si la compréhension des interactions entre les bactéries et les bactériophages (virus des bactéries) du microbiote pouvait déboucher sur de nouvelles armes de lutte contre les bactéries résistantes aux antibiotiques ? Des chercheurs d’INRAE ont cultivé des bactériophages et des bactéries à partir d’échantillons fécaux humains et étudié pour la première fois leurs interactions. Leurs résultats, parus le 17 janvier 2020 dans la revue Nature communications montrent qu’au sein du microbiote intestinal étudié, deux catégories de bactériophages émergent, avec des capacités d’infection fortement contrastées. Les plus infectieux pourraient s’avérer utiles en phagothérapie, une alternative aux traitements antibiotiques.

17 janvier 2020