Bioéconomie 4 min

Réutiliser les eaux usées pour irriguer la vigne

Chaque été, les vignes doivent faire face à des températures de plus en plus élevées et au manque d’eau. L’Unité expérimentale de Pech Rouge à Gruissan a développé une solution pour lutter contre le dépérissement de la vigne malgré la diminution des ressources en eau : utiliser des eaux usées traitées pour l’irrigation.

Publié le 11 août 2020

illustration Réutiliser les eaux usées pour irriguer la vigne
© INRAE

Le changement climatique se traduit par une augmentation de l’évapotranspiration, des pluies plus irrégulières et des sécheresses plus sévères. Ces fortes contraintes hydriques ont de graves conséquences sur le développement de la vigne, en réduisant les rendements et la qualité du raisin, avec par exemple des arômes moins intenses. L’irrigation de la vigne devient donc indispensable : depuis les années 2000, 15% des vignes des régions Languedoc-Roussillon et PACA sont irriguées, soit environ 45000 ha auxquels s’ajoutent 2000 ha chaque année.

Satisfaire cette forte demande en eau crée des tensions sur la ressource disponible, d’autant plus que les besoins de la vigne coïncident avec l’augmentation de la population estivale dans les régions méditerranéennes. L’arrivée des estivants engendre également une augmentation du volume des eaux usées domestiques (ménagères et eaux-vannes). Or, en France, seulement 2% des eaux usées traitées sont réutilisées tandis que 98% sont rejetées dans les hydrosystèmes.

Mieux gérer la ressource en eau

A travers son projet collaboratif de recherche Irri-Alt’Eau 2.0 (1), l’Unité expérimentale INRAE de Pech Rouge (UEPR) développe avec ses partenaires la réutilisation des eaux usées et répond ainsi au triple enjeu de la gestion de l’eau et de l’irrigation de la vigne :

  • Remédier au manque d’eau dans les sols, conséquence des sécheresses continues, sans prélever sur les ressources en eau naturelles.
  • Eviter les conflits d’usages en utilisant une ressource disponible et sans risque de restriction/coupure d’eau.
  • Assurer une ressource alternative d’eau de qualité physico-chimique et microbiologique maitrisée, dans un cadre réglementaire précis, et diminuer le rejet dans les milieux naturels des eaux usées insuffisamment traitées et polluantes.

Un traitement spécifique pour pallier les risques sanitaires

Pour l’irrigation de la vigne, le projet Irri-Alt’Eau 2.0 a mis en place au niveau de la station d’épuration de Narbonne Plage un nouveau traitement, dit tertiaire, qui vient s’ajouter au traitement classique (2). Il se déroule en deux étapes principales : la chloration et l’irradiation UV. Son but est d’éliminer de façon ciblée les micro-organismes pathogènes, bactéries ou virus, présentant des risques de contamination pour l’environnement, la santé humaine, animale et végétale. Ce traitement tertiaire est rigoureusement suivi par l’Agence Régionale de la Santé qui réalise notamment le traçage de molécules dangereuses (comme celles présentes dans les médicaments­­) afin de vérifier que leur quantité ne dépasse pas le seuil autorisé dans l’eau potable. De nombreuses analyses de l’eau sont ainsi réalisées dès la sortie de la station d’épuration, puis au niveau du sol, des raisins et jusque dans le vin, afin que les exigences sanitaires soient strictement respectées.

Prototype de traitement tertiaire des eaux usées
Vue des équipements pour le prototype du traitement tertiaire des eaux. En France, la pratique de l’irrigation de zones agricoles est soumise à une règlementation qui définit des qualités sanitaires décroissantes (normes microbiologiques) : A, B, C et D, correspondant à des usages spécifiques. Les eaux pour l’irrigation de la vigne par goutte à goutte doivent être de qualité C.

Les bienfaits des eaux traitées pour des vignes 100 % bio

 « L’eau d’irrigation provenant des eaux usées traitées est une ressource traçable, ce qui n’est pas le cas de l’eau brute à usage agricole qui n’est pas soumise à des réglementations de contrôle de qualité » explique Hernán Ojeda, chercheur dans l’équipe Viticulture Qualité Raisin de l’UEPR. Autre avantage : les eaux usées apportent des nutriments, azote, phosphore et potassium, qui jouent un rôle essentiel d’engrais pour la vigne, ce qui permet de diminuer significativement le recours aux engrais de synthèse.

Irrigation au goutte à goutte sde la vigne à Pech Rouge
Système d'irrigation au goutte à goutte de Pech Rouge.

Jusqu’à présent cultivée dans une démarche expérimentale, seule une partie des vignes de Gruissan est irriguée avec de l’eau traitée. Le 1er millésime destiné à la production de vins devrait voir le jour en 2021, lorsque les 40 ha de vignes seront irrigués avec ce nouveau dispositif.

Dispossitif des vignes irriguées par les eaux usées à Pech Rouge
Vue du dispositif expérimental depuis la station d’épuration de Narbonne Plage jusqu’aux parcelles irriguées.

Ainsi, Irri-Alt’Eau 2.0 participe à la transition agroécologique : le vin de demain s’inscrira dans un processus de recyclage de proximité, selon les principes de l’économie circulaire, en cultivant de façon durable des raisins sans pesticides et de qualité, en limitant le gaspillage des ressources en eau ainsi que la production de déchets, tout en prenant en compte les impacts environnementaux et sociaux (ni risque de contamination, ni intrant) à chaque étape de la production. De quoi convaincre un bon nombre de consommateurs ! 

  1. Le projet Irri-Alt’Eau 2.0 implique : INRAE (Unité expérimentale de Pech Rouge et Laboratoire de Biotechnologie de l'Environnement), Veolia (traitement des eaux usées), AQUADOC (spécialiste des systèmes d’irrigation), la Cave de Gruissan, l’agglomération du Grand Narbonne.
  2. Voir encadré 1.

Retour au dossier

Constance de BourmontRédactrice

Contacts

Hernan OJEDAUnité expérimentale de Pech Rouge (UEPR1)

Le centre

Le département

En savoir plus

Agroécologie

INRAE au Salon de l'Agriculture : journal du 24 février 2020

Sur le stand, nous parlons aujourd'hui d'agrumes, vignes et vins, de la table aux champs : goût, arômes mais aussi adaptation au changement climatique et développement des pratiques agroécologiques. Nos conférences vous proposent d'investiguer le risque avalanches et la bronchiolite du nourrisson. La rencontre professionnelle, en partenariat avec l'Ademe, fait le point sur l'affichage environnemental.

19 février 2020

Bioéconomie

Pascal Molle : traiter et valoriser les eaux usées

Pascal Molle est directeur de recherche dans l’unité de recherche INRAE REVERSAAL à Lyon. Sa problématique ? L’assainissement des eaux usées. Il utilise des techniques végétalisées, qui permettent d’adopter un fonctionnement similaire à celui de la nature, notamment au sein des petites et moyennes collectivités. Cette ingénierie écologique bénéficie d’une infrastructure dédiée pour faire progresser une filière, déjà bien établie, vers d’autres contextes climatiques.

23 décembre 2019

Agroécologie

Colloque Européen des économies d'eau en irrigation

DOSSIER DE PRESSE - Dans un contexte de changement climatique, face à la disponibilité de plus en plus rare de la ressource en eau, faire des économies d’eau en agriculture est un enjeu majeur. Spécialisé dans la recherche sur l’optimisation des technologies et pratiques d’irrigation, Irstea a organisé le 1er colloque européen des économies d’eau en irrigation les 13 et 14 novembre à Montpellier. Cet événement a été l'occasion de présenter la méthodologie française d'évaluation des économies d'eau en irrigation établie par Irstea à la demande du Ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation.

19 décembre 2019