Agroécologie 4 min

La rétroaction, un concept clé pour comprendre le vivant, de la cellule à la planète

Olivier Hamant est directeur de recherche à INRAE et spécialiste de la croissance et de la forme des plantes, mais il a considérablement élargi son champ de réflexion. Il s’intéresse au fonctionnement des systèmes biologiques et, particulièrement, au concept de rétroaction. Interview en trois questions.

Publié le 16 novembre 2020

illustration La rétroaction, un concept clé pour comprendre le vivant, de la cellule à la planète
© wikiImages

En biologie, connaître chaque constituant d’un ensemble ne suffit pas à en comprendre le fonctionnement. Par exemple, caractériser tous les gènes humains ne dit rien du fonctionnement du génome. Ce sont les interactions entre les constituants qui permettent de comprendre les propriétés du système. Pour Olivier Hamant, la rétroaction est une des formes d’interactions les plus importantes dans le fonctionnement du vivant.

Comment en êtes-vous venu à vous intéresser au concept de rétroaction ?

Olivier Hamant : Dans mon travail de biologiste, je m’intéresse depuis longtemps au phénomène de rétroaction. Je travaille sur la forme des cellules végétales, qui, comme tous les traits du vivant, est régie par l’expression des gènes. Nous travaillons depuis des années sur les rétroactions qu’exercent en retour la forme des cellules sur les gènes. Récemment, nous avons montré que cette rétroaction est de grande ampleur : les changements de forme d’une cellule influent sur l’ensemble de la chromatine (1) de son noyau et donc, sur l’expression d’un grand nombre de gènes, via des molécules qui commencent à être bien caractérisées (2).

Nous dépendons désormais des choses qui dépendent de nous. Michel Serres (Le contrat naturel)

Les rétroactions sont permanentes dans le fonctionnement du vivant et lui confèrent sa robustesse : par exemple, quand on marche, la rétroaction nerveuse exercée sur le cerveau par la contraction des muscles des jambes permet d’ajuster le mouvement, qui sinon serait très lent et chaotique. On peut élargir ce mécanisme de rétroaction à l’échelle de la planète : la période que nous vivons a été appelée Anthropocène, parce que les humains ont aujourd’hui une empreinte sur la Terre entière. Mais la planète exerce une rétroaction sur l’humanité : les ressources s’épuisent, l’environnement se dégrade, le climat devient plus variable. Nous croyons contrôler la nature, mais c’est plutôt la nature menacée qui devient menaçante. Nous sommes au cœur d’une gigantesque boucle de rétroaction!

Quelles sont les conséquences de cette rétroaction à l’échelle de la planète ?

O. H. : Comme en biologie, une rétroaction appelle une réponse : la civilisation humaine doit répondre au signal de risque émanant de la planète. Pour l’instant, notre stratégie a surtout été de vouloir réduire le risque en augmentant encore le contrôle, par exemple en développant la géo-ingénierie pour réguler le climat. Quand on regarde le fonctionnement humain, on observe qu’il est tendu en permanence vers l’« optimisation », la recherche de la performance. Mais cette performance est basée sur un ou deux critères seulement, comme la vitesse ou l’économie financière. Cela aboutit inévitablement à des externalités négatives dans les sphères sociale et environnementale (3).

Le rendement de la photosynthèse est de seulement 2 %

Cette pensée réductionniste, est très différente du fonctionnement systémique de la nature. Prenons par exemple la photosynthèse, mécanisme à la base de la vie des végétaux, et donc de la plus grande partie de la biosphère… Le rendement de la photosynthèse est de seulement 2 %, ce qui est très faible. Par contre, la photosynthèse peut s’adapter à de grandes fluctuations d’environnement, ce qui permet aux végétaux de vivre pratiquement partout dans le monde. Les mécanismes biologiques fonctionnent avec des redondances, de l’aléatoire, voire des incohérences, qui ne les rendent pas très performants, mais plutôt adaptables et résilients. En cherchant à optimiser un système sur le seul critère de la performance, les humains se privent de marges de manœuvre pour s’adapter.

Comment situez-vous votre rôle de chercheur dans cette problématique ?

O. H. : L’Anthropocène et l’observation du vivant nous indiquent que nous devons profondément changer de système si nous voulons éviter d’être confrontés à une impasse. Bien sûr, il ne faut pas copier le vivant au point de donner une trop grande place au hasard. Il s’agirait plutôt de définir de nouveaux critères, plus systémiques. Cette révolution émerge probablement déjà.  Pour prendre un exemple dans le domaine de l’agronomie, si on utilise un mélange de variétés de blé, plutôt que la variété la plus performante, on aura un rendement inférieur, mais plus stable car moins dépendant des aléas climatiques.

Associer le progrès à la seule performance est une forme de paresse intellectuelle. Trouver des nouveaux types de fonctionnement plus systémiques et durables demande une grande capacité de recherche et d’innovation. Par exemple, la recherche sur le numérique devrait mettre l’accent sur sa propre durabilité et sur la cybersécurité, bien avant les gains de vitesse et de débit promis par la 5G (4). C’est notre rôle de chercheurs que d’identifier ces questions en priorité et de dégager des pistes pour y répondre.

  1. La chromatine, composée d’ADN, d’ARN et de protéines, est le constituant des chromosomes. Sa conformation détermine l’expression des gènes.
  2. Canaux mécanosensibles, récepteurs membranaires déformables, régulateurs du cytosquelette, facteurs de transcription…
  3. Voir encadré 1.
  4. Voir encadré 2.

 

 

Pascale MollierRédactrice

Contacts

Olivier Hamant UMR0879 RDP Reproduction et Développement des Plantes

Le centre

Le département

En savoir plus

Agroécologie

Olivier Hamant, la science en pleines formes

La grande découverte d’Olivier Hamant et de son équipe est d’avoir démontré comment les contraintes mécaniques interagissent avec la régulation génétique pour contrôler la forme et la taille des organismes. À l’aise dans l’interdisciplinarité, ce chercheur de 37 ans mixe génétique moléculaire, micromécanique et nouvelles techniques d'imagerie qui rajeunissent cet ancien thème. Il est en 2013 lauréat d’une bourse du Conseil européen de la recherche pour son projet dont l’objectif est d’identifier comment les signaux mécaniques sont perçus et interprétés par la plante pour contrôler sa croissance.

27 novembre 2020

Agroécologie

Premières preuves scientifiques que des nanofilaments de polysaccharides extracellulaires manipulent la forme des cellules végétales

COMMUNIQUE DE PRESSE - Jusqu’à présent, on pensait que la forme des cellules végétales était déterminée par la seule pression hydrostatique à l’intérieur des cellules exercée contre la paroi cellulaire. Des chercheurs d’INRAE, en collaboration avec des scientifiques de l'université de Cambridge et de Caltech/Institut médical Howard Hughes, ont découvert que la paroi cellulaire a une part active dans la définition de la forme des cellules végétales. Publiés dans la revue Science le 27 février 2020, ces résultats ont aussi des implications dans le monde animal et pourraient, à l’avenir, inspirer le développement de nouveaux matériaux intelligents auto-extensibles.

28 février 2020

Biodiversité

Quelques patrons d'organisation servent de modèles à plus de 46 000 espèces de plantes

En analysant plus de 46 000 espèces de plantes, une équipe internationale a montré que malgré leur diversité, les plantes offrent peu de combinaisons de caractères, centrées autour de deux compromis évolutifs majeurs : d’une part la taille des plantes et de leurs organes, d’autre part l’équilibre entre la robustesse des feuilles et la capacité d’absorption du gaz carbonique.

16 mars 2020