Agroécologie

Quels enseignements de la crise de la COVID-19 sur les systèmes agricoles et alimentaires des Caraïbes ?

La région Caraïbe, comme bien d’autres à l’échelle mondiale, a subi les effets de la pandémie de la COVID-19, avec des conséquences socio-économiques immédiates et importantes. Fragilités, causes de tensions et facteurs de résilience ont été révélés.

Publié le 12 mai 2021

illustration Quels enseignements de la crise de la COVID-19 sur les systèmes agricoles et alimentaires des Caraïbes ?
© Ian Macky

Dans une région déjà concernée par l'insécurité alimentaire et mise au défi de la durabilité du secteur agricole, la pandémie de la COVID-19 a constitué un choc brutal. Les recherches menées par Jean-Marc Blazy, François Causeret et Sébastien Guyader, scientifiques INRAE de l’unité de recherche Astro, ont permis d’en évaluer les impacts immédiats sur les systèmes agricoles et alimentaires des Caraïbes.

Les résultats des enquêtes en ligne auprès des agriculteurs, des ménages et des experts de la région montrent la nature, la force et la réversibilité des impacts mais aussi les facteurs de résilience face à la crise.

Un choc soudain et sans précédent

La pandémie de la COVID-19 a provoqué une grave crise sanitaire et des blocages généralisés dans le monde entier. Ce fut un choc soudain et sans précédent dans les Caraïbes. Les impacts sanitaires, les mesures de confinement et l'arrêt du tourisme, le ralentissement du flux des marchandises importées et exportées ont affecté les activités autant au niveau local que régional, avec des conséquences socio-économiques immédiates.

La crise de la COVID-19 a eu de fortes incidences sur les agriculteurs caribéens et a fragilisé les systèmes agricoles. Les principaux effets identifiés sont une baisse des revenus, des pertes de production dues aux difficultés de commercialisation par les circuits classiques, mais aussi des difficultés de gestion des systèmes agricoles dues à un accès réduit aux intrants et à la main d'œuvre.

Ainsi, 69 % des agriculteurs guadeloupéens ont connu une réduction du volume de leur production, 63 % d’entre ont été contraints de renforcer la part des circuits courts dans leur mode de vente, et plus d'un tiers des producteurs ont perdu une partie de la production qu'ils ont dû jeter faute de pouvoir la vendre.

 

Des impacts plus importants hors Guadeloupe

Si ces effets semblent non irréversibles dans une île comme la Guadeloupe, la situation est différente dans les autres îles de la région les agriculteurs ont vendre du bétail, chercher de nouveaux revenus non agricoles et parfois vendre des terres pour affronter la crise.

 

Les fortes contraintes créées par la crise ont aussi pesé sur la santé des populations caribéennes, se traduisant par une réduction des apports et de la diversité alimentaire et par une dépendance accrue à l'entraide familiale et sociale.

Comment la crise a-t-elle impacté les systèmes et comment renforcer leur résilience ?

L’étude, centrée sur les Caraïbes, permet de saisir les impacts immédiats et donne des pistes pour répondre à cette question.

En premier lieu, elle montre le lien étroit entre sécurité sanitaire et sécurité alimentaire, et la nécessité de renforcer le lien entre agriculteurs et consommateurs pour améliorer la résilience des chaînes d'approvisionnement alimentaire.

Pour faire face, les agriculteurs ont développé plusieurs façons de s’adapter et devenir plus autonomes :

  • Réduction de la taille des surfaces cultivées,
  • Recherche de circuits courts de commercialisation,
  • Diversification de la production et réorientation vers les besoins du marché local,
  • Recours à l'entraide entre agriculteurs.

Les chercheurs révèlent également l’impact de la crise sur le comportement des consommateurs et leur perception de l'importance du secteur agricole : réduction du gaspillage alimentaire, retour à des produits frais et locaux, adaptation du régime alimentaire, consommation de nouveaux produits, et culture de jardins potagers. Enfin, la crise a eu pour effet de renforcer les liens entre les agriculteurs et le reste de la population.

Cette recherche éclaire l'insertion des systèmes agricoles et alimentaires dans les territoires. Ainsi, même si la crise a eu des conséquences gravement dommageables, elle peut aussi être le déclencheur et le catalyseur d'une transition agro-écologique et du développement d'une bio-économie circulaire et territorialisée pour renforcer la résilience des systèmes agricoles et alimentaires caribéens et faciliter l'atteinte des objectifs de durabilité et de sécurité alimentaire.

 

Référence

Blazy, J. M., Causeret, F., & Guyader, S. (2021). Immediate impacts of COVID-19 crisis on agricultural and food systems in the Caribbean. Agricultural Systems, 190, 103106. https://doi.org/10.1016/j.agsy.2021.103106

Catherine Odet USDAR

Contact scientifique

Jean-Marc Blazy ChercheurAgroSystèmes TROpicaux (ASTRO)

Le centre

Le département

En savoir plus

Agroécologie

MOOC Bien-être des animaux d'élevage

Ce MOOC a été conçu par une équipe pédagogique regroupant des enseignants-chercheurs, des chercheurs et des vétérinaires spécialistes du bien-être des animaux d’élevage. Il est structuré en trois modules : "comprendre" qui pose les bases théoriques, "évaluer" qui propose des éléments utilisables sur le terrain, et "améliorer" qui présente quelques solutions.

01 décembre 2019

Agroécologie

Une nurserie pour veaux inaugurée au centre Inra Val de Loire

Catherine Beaumont, présidente du centre Inra Val de Loire, Tiphaine Aguirre-Lavin et Christophe Staub, directeurs de l’unité expérimentale Physiologie animale de l’Orfrasière (UEPAO) et Philippe François, sous-préfet de Loches, ont inauguré vendredi 15 novembre à Nouzilly une nurserie pour les veaux. Cette infrastructure permettra le suivi de 40 veaux de la naissance à la puberté avec la possibilité de deux conduites nutritionnelles différentes. L’ensemble constitue un dispositif unique en France dédié à l’étude de l’alimentation des génisses laitières et de son impact sur leurs capacités de reproduction.

19 décembre 2019