Biodiversité 6 min

La production d’œstrogènes par l’ovaire fœtal est indispensable pour constituer le stock d’ovocytes

L’inactivation du gène de l’aromatase chez le lapin démontre le rôle fondamental des œstrogènes dans l’établissement du stock de cellules germinales dans l’ovaire fœtal .

Publié le 17 novembre 2021

illustration La production d’œstrogènes par l’ovaire fœtal est indispensable pour constituer le stock d’ovocytes
© INRAE

Le rôle majeur joué par les œstrogènes dans la différenciation du sexe et le fonctionnement de l’ovaire chez les mammifères est connu depuis longtemps. On connait beaucoup moins bien le rôle de la production précoce d’œstrogènes qui est observée dans l’ovaire fœtal chez certaines espèces (dont l’humain ou le lapin). Des résultats anciens avaient permis d’émettre l’hypothèse selon laquelle ces œstrogènes pourraient agir sur la différenciation de l’ovaire dès le stade fœtal ; cependant, cette hypothèse n’a jamais été validée faute de modèle animal adéquat, la souris n’étant pas concernée par cette production précoce d’œstrogènes.

Les chercheurs de l’UMR BREED ont généré une lignée de lapins dépourvus de toute synthèse d’œstrogènes, suite à l’introduction d’une mutation STOP dans le gène CYP19A1 codant pour l’aromatase, l’enzyme de synthèse des œstrogènes. Cette étude décrit le phénotype des gonades femelles au cours de leur différenciation, depuis le stade « gonade indifférenciée » chez le fœtus jusque chez l’adulte.

Des analyses histologiques, immunohistologiques et transcriptomiques montrent qu’en absence totale de production d’œstrogènes, la gonade fœtale de la petite femelle se différencie en un ovaire. Mais cet ovaire ne se différencie pas normalement : il est atrophié et on assiste à une réduction progressive du nombre de cellules germinales, qui se traduit à la puberté par l’absence définitive de réserve ovarienne (stock de follicules primordiaux capables de régénérer les grands follicules à antrum). L'ovulation n'a jamais lieu.

Ces travaux apportent la première démonstration du rôle indispensable des œstrogènes pour constituer cette réserve ovarienne chez une espèce de mammifère autre que la souris De plus, ils soulignent l’importance des régulations autocrines au sein de la gonade fœtale, suggérant que l’exposition in utero à des molécules anti-oestrogéniques (perturbateurs endocriniens ou autres facteurs environnementaux) pourrait altérer la fertilité de l’individu à naître, en réduisant définitivement sa capacité de production d'ovocytes.

Contacts

Geneviève Jolivet Contact scientifiqueBiologie de la Reproduction, Environnement, Epigénétique, et Développement

Eric Pailhoux Contact ScientifiqueBiologie de la Reproduction, Environnement, Epigénétique, et Développement

Le centre

Le département

En savoir plus

Alimentation, santé globale

Exposition des femelles gestantes aux gaz d'échappement de moteurs diesel : effets sur le système olfactif des fœtus et le comportement postnatal

Les chercheurs de l’unité NeuroBiologie de l’Olfaction (NBO) en collaboration avec deux autres unités et grâce à un financement Anses (EST 2014/1/190) ont étudié les effets à court terme de l'exposition indirecte aux PFD pendant la gestation sur le cerveau en développement chez le lapin choisi comme modèle. La structure du placenta de la lapine est, en effet, plus proche de celle du placenta humain que celle des modèles rongeurs couramment utilisés. Des lapines gravides ont ainsi été exposées par inhalation nasale à l'air filtré (contrôles) ou enrichi en PFD (exposées) avec un taux de particules ajusté à 1 mg / m3 pendant 2 h / jour, 5 jours par semaine, du 3ème jour de la gestation (J3) au 27ème jour (J27). Ce niveau d’exposition est proche de celui subi par les humains lors d'un pic de pollution aux particules fines dans les grandes villes européennes.

17 août 2020

Biodiversité

Les estuaires, des écosystèmes sous pression

Les estuaires, entre fleuve et océan, sont des milieux sensibles aux changements globaux qui abritent une biodiversité emblématique parfois menacée. Les scientifiques d'INRAE observent ces écosystèmes depuis près de 40 ans et mènent de nombreux travaux pour les protéger et les restaurer.

18 décembre 2019

Biodiversité

Changements globaux : quels impacts sur la biodiversité ?

Surexploitation, destruction des habitats, pollutions, changement climatique… Autant de pressions qu’exercent les activités humaines sur les écosystèmes. INRAE mène de nombreux travaux et dispose de zones d’observation afin de comprendre les impacts de ces pressions, étape primordiale à la préservation de la biodiversité.

19 décembre 2019