Agroécologie 2 min

Paysages agricoles : 40 ans d’études sur le terrain

Quels paysages agricoles pour demain ? Pour répondre à cette question, il faut avant tout comprendre la dynamique des paysages agricoles actuels et passés. C’est au sein de la zone atelier Pyrénées-Garonne que huit laboratoires de recherche, dont cinq laboratoires INRAE, ont étudié les interactions entre les systèmes sociaux et les systèmes écologiques. Le bilan de ces 40 années de travaux, a été publié dans un numéro spécial de la revue Advances in Ecological Research dédié au futur des paysages agricoles.

Publié le 29 juin 2022

illustration Paysages agricoles : 40 ans d’études sur le terrain
© Pixabay

L’agriculture doit répondre aux multiples attentes de la société : production de nourriture de qualité, préservation de la biodiversité et de la qualité de l’eau, séquestration de carbone Une piste prometteuse pour atteindre ces objectifs consiste à promouvoir des paysages agricoles multifonctionnels, capables de fournir simultanément différents services écosystémiques. Mais les antagonismes entre ces services et la complexité des échelles spatiales et temporelles à prendre en compte, représentent un défi considérable. Il est donc nécessaire d’analyser les facteurs socio-économiques et les caractéristiques biophysiques qui influencent la dynamique des paysages agricoles actuels et passés pour imaginer ceux de demain.

Maintien de l’hétérogénéité des paysages

Le cadre conceptuel des systèmes socio-écologiques de la prix Nobel Elinor Oström a inspiré 40 ans de recherches dans le site d’étude à long-terme des Vallées et Coteaux de Gascogne, qui fait partie de la zone atelier Pyrénées-Garonne, (labellisée en 2017 par l’institut d’écologie et environnement du CNRS) à 80 km au sud-ouest de Toulouse. Depuis les années 80, des scientifiques des sciences sociales et biophysiques (agronomie, écologie) ont travaillé ensemble dans ce site d’étude afin de comprendre les facteurs socio-économiques qui influencent la dynamique de ces paysages agricoles et le rôle de l'hétérogénéité du paysage sur de nombreux processus écologiques dont certains offrent des services écosystémiques.

Ces travaux montrent que les caractéristiques biophysiques de ce site d’étude et les systèmes sociaux locaux ont interagi avec les facteurs socio-économiques globaux et contribué au maintien de paysages agricoles fortement hétérogènes. Cette hétérogénéité favorise la biodiversité (oiseaux, chevreuils, auxiliaires des cultures), qui offre de multiples services écosystémiques : culturels, de production de nourriture, de soutien, de régulation des bio-agresseurs, et des flux d'eau et de matières au sein des bassins versants. Grâce à cette compréhension des relations entre hétérogénéité des paysages et services écosystémiques, les scientifiques sont maintenant en capacité de construire des modèles qui permettent d’explorer les conséquences de différents scénarios d’évolution des paysages sur leur multifonctionnalité. Ces scenarios paysagers sont établis en concertation avec les scientifiques et les acteurs locaux du territoire du site atelier Vallées et Coteaux de Gascogne de la zone atelier Pyrénénes Garonne.

illustration ZA PYGAR.png
Paysages agricoles des Vallées Coteaux de Gascogne selon 1) le scénario « intensification économique », avec de grandes exploitations, quelques bandes enherbées et un grand massif forestier en raison de l’abandon des terres en moyenne montagne et 2) le scénario « intensification durable », avec de petites fermes, des infrastructures écologiques nombreuses, des zones de moyenne montagne occupées par l’élevage extensif et de petits massifs forestiers.

L’importance des sites d’étude à long terme

Cette synthèse met en lumière toute l’importance des sites d’étude à long terme et des recherches interdisciplinaires, pour comprendre la dynamique des paysages et explorer, avec les acteurs locaux, les futurs possibles des paysages ruraux fin de contribuer à une agriculture plus durable. Les méthodes développées dans les Vallées et Coteaux de Gascogne sont transposables à d’autres sites d’étude à long-terme du réseau français des zones ateliers et du réseau international (Long Term Socio-Ecological Research - LTSER). Un des enjeux pour ces réseaux est de favoriser les échanges entre zones d’étude afin de mettre en commun des méthodes pour favoriser l’émergence d’une vision commune du futur des paysages agricoles avec les acteurs de ces paysages.

Prochain enjeu ? Intégrer de façon plus explicite les questions associées aux changements globaux (vulnérabilité, gestion des risques, résilience) afin d’accompagner les transitions pour une agriculture plus durable.

Les laboratoires ayant participé à l’étude 

  • Dynamiques et Ecologie des Paysages agri-forestiers (DYNAFOR - INRAE/Toulouse INP Toulouse)
  • Agroécologie, innovations, territoires (AGIR - INRAE/Toulouse INP),
  • Comportement et écologie de la faune sauvage (CEFS - INRAE),
  • Centre d’études spatiales de la biosphère (CESBIO - CNES/CNRS/INRAE/IRD/UT3 Paul Sabatier),
  • LEREPS Laboratoire d'étude et de recherche sur l'économie, les politiques et les systèmes sociaux (ENSFEA/UT1 Capitole/UT2J/UT3 Paul Sabatier),
  • UR ADBX (INRAE),
  • Laboratoire écologie fonctionnelle et environnement (CNRS/Toulouse INP/UT3 Paul Sabatier),
  • Laboratoire dynamiques sociales et recomposition des espaces (Ladyss – CNRS/Universités Paris 1, Paris 7, Paris 8 et Paris 10)

Référence de la publication

Ouin, A., Andrieu, E., Vialatte, A., Balent, G., Barbaro, L., Blanco, J.,… & Sirami, C. (2021). Building a shared vision of the future for multifunctional agricultural landscapes. Lessons from a long term socio-ecological research site in south-western France. Advances in Ecological Research.

https://doi.org/10.1016/bs.aecr.2021.05.001

 

En savoir plus

Agroécologie

Pratiques agricoles et rendements des cultures céréalières : des résultats modulés par l'impact sur la biodiversité

Des chercheurs d’INRAE ont examiné l’effet des pratiques agricoles et du paysage sur la biodiversité, les fonctions écologiques et les rendements agricoles dans un site d’étude à long-terme du Sud-Ouest de la France. Publiés dans Agriculture Ecosystem and Environnement, leurs travaux montrent que les pratiques agricoles qui diminuent la biodiversité agricole limitent par ailleurs l'expression du potentiel de rendement des cultures. Ils montrent également qu’augmenter l’hétérogénéité des paysages agricoles est un levier d’action considérable pour maintenir la stabilité des rendements agricoles face à des évènements climatiques défavorables plus fréquents

17 décembre 2021

Agroécologie

Redonner leur place aux prairies dans les systèmes de culture

Un partenariat ambitieux entre différents laboratoires dont Agroécologie, Innovations et TeRritoires (AGIR), du centre de recherche INRAE Occitanie-Toulouse, a permis de synthétiser les connaissances disponibles sur la place que les prairies temporaires pourraient occuper dans les systèmes de cultures du fait des multiples services agronomiques et environnementaux qu’elles fournissent.

05 novembre 2021

Changement climatique et risques

Pour des exploitations agricoles durables et climatiquement neutres en Europe

H2020 ClieNFarms est un projet d'action pour l'innovation de 12 millions d'euros, financé par la Commission européenne, en soutien au Green Deal européen. Il a pour objectif de co-développer des solutions systémiques pertinentes au niveau local afin de parvenir à des exploitations agricoles durables, climatiquement neutres et résilientes à travers l'Europe. Ce projet pionnier est coordonné par le laboratoire AGroécologie, Innovations et teRritoires (AGIR), du centre INRAE Occitanie-Toulouse et rassemble un consortium de 33 partenaires. Il débutera en janvier 2022 et se terminera en 2026.

22 octobre 2021