Alimentation, santé globale 3 min

One Planet Summit : lancement de PREZODE, une initiative internationale inédite pour prévenir de futures pandémies

Sous l’égide de la France, et notamment du Ministère de l’Enseignement Supérieur de la Recherche et de l’Innovation et du Ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères, l’initiative PREZODE - Prévenir les risques d’émergences zoonotiques et de pandémies – vient d’être annoncée à l’occasion du One Planet Summit du 11 janvier consacré à la biodiversité. Initiée par trois instituts de recherche français - INRAE, le CIRAD et l’IRD - en concertation avec une dizaine d’autres organisations de recherche*, en France, en Allemagne et aux Pays-Bas, PREZODE regroupe déjà plus d’un millier de chercheurs. Cette initiative, qui se veut d’emblée globale, combinera projets de recherche et actions opérationnelles. Elle a été partagée en décembre 2020 avec plus de 400 participants de 50 pays des 5 continents dans l’objectif d’une co-construction très ouverte. Les organisations internationales comme l'OMS, l’OIE, la FAO, le PNUE**, la Banque Mondiale et la Commission Européenne ont manifesté leur vif intérêt pour cette initiative.

Publié le 12 janvier 2021

illustration One Planet Summit : lancement de PREZODE, une initiative internationale inédite pour prévenir de futures pandémies
© Jean-Marc Porte - Lengguru 2014

Depuis 50 ans, l’émergence des crises liées aux zoonoses s’accélère : 75 % de ces maladies infectieuses humaines sont en effet issues de réservoirs animaux dues aux pressions exercées sur la biodiversité. La crise liée à la pandémie de la COVID-19 qui secoue le monde a un coût humain, sanitaire, économique et social très lourd. Plus que jamais, une approche One Health (une seule santé) intégrant les interactions entre santé humaine, santé animale et santé environnementale s’impose pour anticiper de nouvelles pandémies. Les émergences de virus ou bactéries pathogènes pour l’humain se multiplient et leur récurrence semble inévitable. Il paraît donc aujourd’hui indispensable de travailler en amont de futures crises sanitaires en anticipant les risques d’émergence et en détectant de manière précoce ces maladies, de manière à réagir le plus tôt possible avant qu’elles ne se diffusent. Plusieurs études ont souligné qu’investir dans la prévention des maladies réduirait considérablement le coût de la gestion des crises.

L’initiative PREZODE vise à prévenir les risques d’émergences zoonotiques et de pandémies. Elle s’appuiera et renforcera les coopérations existantes avec les régions du monde (Afrique, Asie, Caraïbe, océan Indien, Méditerranée, Moyen-Orient, Amérique Latine et Europe) qui sont le plus confrontées à des risques d’émergences zoonotiques.  PREZODE soutiendra l’intégration et le renforcement des réseaux de santé humaine, animale et environnementale, en phase avec le concept « une seule santé » (One Health) afin de mieux évaluer et détecter les menaces d’émergences zoonotiques et de développer les actions de prévention avec l’ensemble des acteurs pour protéger les hommes, la planète, les socio-écosystèmes et réduire ainsi les risques de pandémie.

Cinq piliers, cinq groupes de travail

Cette initiative s’inscrit dans la dynamique de la création d’un conseil d’experts de haut niveau One Health***  annoncée le 12 novembre 2020 au forum de Paris sur la paix.ainsi que l’a rappelé Monsieur Qu Dongyu, directeur général de la FAO :  « Nous saluons le programme PREZODE, qui initie un effort global de coopération qui pourrait jouer un rôle de premier plan dans la science qui guide nos décisions et nos actions à tous les niveaux. Nous soutenons pleinement PREZODE et pensons qu'il peut fournir les orientations factuelles dont nous avons besoin sur les priorités du travail inter-institutionnel sur One Health, en particulier en ce qui concerne l'intégrité des écosystèmes, la biodiversité et les activités de santé ».

PREZODE répond également aux recommandations du rapport sur la biodiversité et les pandémies publié par IPBES**** en octobre 2020.

PREZODE reposera sur 5 piliers :

  • l’analyse des risques zoonotiques ;
  • la réduction de ces risques ;
  • la détection précoce et l’évaluation des impacts socio-économiques ;
  • le système de surveillance internationale des risques zoonotiques ;
  • l’engagement des parties prenantes et le co-développement des réseaux régionaux de santé et de biodiversité.

Echanges lors du One Planet Summit le 11 janvier 2020 :

© Gabriela SONOHAT – SINOQUET / INRAE

 

© Ségolène HALLEY DES FONTAINES / INRAE
© Philippe MAUGUIN / INRAE

Pour des socio-écosystèmes adaptés et résilients

L’ambition de l’initiative est de construire des socio-écosystèmes adaptés et résilients, réduisant les risques d’émergences zoonotiques tout en renforçant la biodiversité et en luttant contre la pauvreté et l’insécurité alimentaire. PREZODE vise à fédérer et compléter de nombreux projets et programmes existants. Le travail conjoint des chercheurs, des communautés locales et des décideurs pour définir des solutions adaptées devrait déboucher sur l’identification et la réduction des principaux facteurs à l’origine des risques d’émergences zoonotiques, sur le co-développement de politiques intégrant santé, humaine et animale, et biodiversité, sur des systèmes de surveillance One Health en temps réel, et sur un renforcement des partenariats publics-privés et une amélioration du dialogue entre la science, la société et les responsables politiques.

Un programme de recherche-actions opérationnel dès 2022

Dès 2021, l’initiative se dotera d’un agenda scientifique et stratégique, d’une gouvernance et d’un plan de mise en œuvre, associé à des indicateurs de performance. Une plateforme numérique de récolte et partage de données sera également co-construite avec l’ensemble des parties prenantes. Les partenaires établiront, au niveau global, ainsi que dans les pays et régions concernées, une analyse des étapes nécessaires pour intégrer les systèmes de santé (environnementale, animale et humaine) et de biodiversité en combinant projets de recherche (dont les sciences sociales) et actions opérationnelles construites avec les communautés locales. Ce programme de recherche-action inédit devrait être opérationnel dès 2022.

 

« Je me réjouis de l’initiative Prezode (…) Le monde a besoin d’une santé pour tous, par tous, pour une seule santé donc agissons de manière holistique, cohérente, collective et historique ! », Monsieur Qu Dongyu, directeur général de la FAO


Référence

Marisa Peyre, Gwenaël Vourc'h, Thierry Lefrançois, Yves Martin-Prevel, Jean-François Soussana, Benjamin Roche.  PREZODE: preventing zoonotic disease emergence. The Lancet Volume 397, ISSUE 10276, P792-793, February 27, 2021  DOI: https://doi.org/10.1016/S0140-6736(21)00265-8

 

 

Les temps forts des échanges préparatoires en vidéo :

* En France, avec notamment l’ANSES, l’institut Pasteur, l’INSERM, le CNRS et le CNES, en Allemagne avec la Helmholtz, l’institut Friedrich Loeffler et l’institut de virologie de Charité et aux Pays-Bas avec Wageningen Universities.

** OMS : Organisation Mondiale pour la Santé – OIE : Organisation Mondiale de la Santé Animale– FAO : Organisation Mondiale pour l’Alimentation et l’agriculture – PNUE : Programme des Nations-Unies pour l’Environnement.

 

*** Le conseil d’experts de haut niveau « Une seule santé » annoncé le 12 novembre 2020 au forum de Paris sur la paix à l’initiative de la France, l’Allemagne, l’OMS, l’OIE, la FAO et le PNUE.

 

**** La Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (en anglais : Intergovernmental Science-Policy Platform on Biodiversity and Ecosystem Services).

En savoir plus

Alimentation, santé globale

Face aux maladies émergentes : repenser la veille sanitaire mondiale - INRAE participe au projet international MOOD coordonné par le CIRAD

COMMUNIQUE DE PRESSE - La maladie X est-elle déjà là ? L’arrivée du COVID-19 impose-t-elle de repenser nos systèmes de veille sanitaire ? C’est ce que font des chercheurs européens et nord-américains, dans le cadre du projet MOOD qui a débuté en janvier 2020, autour d’une question phare : comment identifier précocement les nouveaux signaux épidémiques ? Expert des maladies émergentes, dont la plupart ont une origine animale, le Cirad coordonne ce projet réunissant 25 instituts de recherche* et agences de santé publique, dont 4 autres organismes français : l’Anses, INRAE, l’Inserm, et l’Université de Montpellier.

19 mars 2020

Alimentation, santé globale

COVID-19 : 20 projets de recherche sélectionnés pour lutter contre l’épidémie

COMMUNIQUE DE PRESSE - Alors que l’épidémie de coronavirus Sars-CoV2 continue de se propager, l’Alliance pour les sciences de la vie et de la santé (Aviesan) se mobilise pour accélérer la recherche sur le virus et sur la maladie COVID-19, via l’action du consortium REACTing, coordonné par l’Inserm. Avec le soutien du ministère des Solidarités et de la Santé et du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, 20 initiatives scientifiques ont été sélectionnées par le conseil scientifique de REACTing. Elles portent sur des thématiques aussi diverses que la modélisation de l’épidémie, la recherche de traitement ou la prévention.

12 mars 2020

COVID-19 : INRAE solidaire de la recherche clinique et des hôpitaux

INRAE a lancé vendredi 20 mars un recensement des moyens humains et matériels pouvant être mis à disposition des établissements de soin et des soignants. Sous l’égide des Présidentes et Présidents de centres présents sur l’ensemble du territoire. Plus de 71 000 masques dont 26 000 FFP2 & FFP3‬, plus de 2 300 litres de gel hydroalcoolique ou assimilé‬, ainsi que des lunettes, charlottes, gants, sur-chaussures blouses et combinaisons ont ainsi pu être collectés. Cette initiative vient amplifier et coordonner des initiatives locales déjà à l’œuvre et permettra de coller au mieux et au plus près des demandes et besoins des CHU et des agences régionales de santé. A la demande du ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation (MESRI), l’initiative est menée de manière coordonnée avec nos 4 partenaires : CNRS, Inserm, CEA, Inria.

23 mars 2020