Changement climatique et risques

Offre de stage ou césure

Prédire la fenêtre de récoltabilité des Clémentines de Corse sous IGP : Indication Géographique protégée, permet aux agriculteurs de connaitre la dynamique de maturation de leurs vergers pour mieux organiser les chantiers de récoltes et limiter les pertes liées à des sur-maturités. Des suivis réguliers de la maturation des clémentines corses ont permis de modéliser l’évolution de l’acidité. De cette modélisation est né l’outil d’aide à la décision Clemature, qui permet à partir d’une analyse précoce de l’acidité des fruits, de prédire la période optimale de récolte des clémentines. Depuis 2021, l’outil a été développé et testé en collaboration avec les Organisations de Producteurs. Pour la campagne de récolte 2022, l’outil sera mis à l’épreuve à l’échelle de l’ensemble des vergers d’une Organisation de Producteurs (environ 100 parcelles) pour appuyer les producteurs dans la gestion de la récolte des clémentines dans un objectif de maîtrise de la qualité des fruits récoltés. Cette campagne servira donc de test à grande échelle de l’outil. Des analyses de qualité des clémentines seront également réalisées au moment de la maturation et récolte des clémentines afin de valider les prévisions de l’outil Clemature.
Le but du stage sera de contribuer au déploiement de l’outil Clemature à l’échelle de l’Organisation de Producteurs, de recenser les avis des utilisateurs et les pistes d’amélioration de l’outil.

Publié le 11 août 2022

illustration Offre de stage ou césure
© INRAE

Contexte :

Depuis 2007, la Clémentine de Corse est commercialisée sous Indication Géographique Protégée (IGP) lui garantissant une typicité liée à l’origine du produit. Cette typicité est traduite dans le cahier des charges de l’IGP en partie par des critères qualitatifs relatifs aux clémentines : coloration naturelle orange des fruits, un goût acidulé, un calibre petit à moyen…  C’est durant la maturation des fruits que tous ces critères de qualité évoluent rapidement : passage de la couleur verte des fruits à la couleur orange ; chute d’acidité et augmentation de la teneur en sucres. L’IGP impose une maturation naturelle des fruits sur l’arbre ce qui contraint les producteurs à organiser leurs récoltes et commercialisation en fonction de la dynamique de maturation de leurs vergers.

Pour être récoltés, les fruits doivent être de couleur orange sur au moins 80% de l’épiderme et avoir une acidité inférieure à 1,4 g d’acide citrique / 100 g de jus. Dès que l’acidité passe en dessous du seuil de 0,65 g d’acide citrique / 100 g de jus, les agriculteurs ne peuvent plus récolter les fruits pour être commercialisés sous le label IGP. La période et la durée pendant laquelle un verger est récoltable (fenêtre de récoltabilité) est donc déterminée par le positionnent de la chute d’acidité par rapport au processus de coloration (Julhia et al., 2019). Prédire la fenêtre de récoltabilité permet ainsi aux agriculteurs de connaitre la dynamique de maturation de leurs vergers pour mieux organiser les chantiers de récoltes et limiter les pertes liées à des sur-maturités.

 Des suivis réguliers de la maturation des clémentines corses ont permis de modéliser l’évolution de l’acidité. De cette modélisation est né l’outil d’aide à la décision Clemature, qui permet à partir d’une analyse précoce de l’acidité des fruits, de prédire la période optimale de récolte des clémentines. Depuis 2021, l’outil a été développé et testé en collaboration avec les Organisations de Producteurs.

Pour la campagne de récolte 2022, l’outil sera mis à l’épreuve à l’échelle de l’ensemble des vergers d’une Organisation de Producteurs (environ 100 parcelles) pour appuyer les producteurs dans la gestion de la récolte des clémentines dans un objectif de maîtrise de la qualité des fruits récoltés. Cette campagne servira donc de test à grande échelle de l’outil. Des analyses de qualité des clémentines seront également réalisées au moment de la maturation et récolte des clémentines afin de valider les prévisions de l’outil Clemature.

Le but du stage sera de contribuer au déploiement de l’outil Clemature à l’échelle de l’Organisation de Producteurs, de recenser les avis des utilisateurs et les pistes d’amélioration de l’outil.

Objectifs du stage et missions :

  • Participer aux premiers tests de validation de l’application Clemature avec les producteurs : 
    • Réaliser des prélèvements de clémentines dans des réseaux de vergers de producteurs.
    • Analyser la qualité des fruits au laboratoire.
    • Réaliser des analyses statistiques pour valider les prédictions.
    • Recenser les avis de producteurs sur l’outil Clémature.
  • Participer aux autres activités de recherche menées sur la qualité de la clémentine de Corse :
    • Suivi d’un essai stress hydrique.
    • Récolte des essais.

Environnement de travail :

Le stage se déroulera au sein de l’Unité Expérimentale Citrus à l’INRAE de San Giuliano (Corse).

Profil requis :

  • Formation Bac + 3 à Bac + 5 : Licence - Ecole Ingénieur en Agronomie - Master biologie
  • Goût pour l’agronomie, les productions végétales (physiologie végétale, systèmes de culture), le travail de terrain et de laboratoire.
  • Compétences en traitement de données : analyses statistiques, utilisation de logiciels statistiques (R) recommandé.
  • Permis de conduire obligatoire.

Encadrement :

  • Laurent Julhia

Ingénieur de Recherche UE Citrus

laurent.julhia@inrae.fr

04 95 59 59 53 et 07 64 20 11 26

Conditions :

  • Lieu de stage : INRAE – UE Citrus - 20230 San Giuliano.
  • Durée du stage : 3-4 mois minimum.
  • Début souhaité : au plus tard début octobre 2022.
  • Indemnité : selon la règlementation en vigueur pour 2022 (environ 3,90 € / heure).
  • Logement sur place, loyer de 180 € / mois (sous réserve de disponibilités).
  • Mise à disposition d’un véhicule de service.

Candidature :

Adresser votre candidature par mail à laurent.julhia@inrae.fr

Bibliographie :

Julhia L, Belmin R, Meynard J-M, Pailly O and Casabianca F (2019) Acidity Drop and Coloration in Clementine: Implications for Fruit Quality and Harvesting Practices. Front. Plant Sci. 10:754.doi: 10.3389/fpls.2019.00754

S. RiolacciCommunication

Contacts

Laurent Julhia Responsable de stageUE Citrus

Le centre

En savoir plus

Changement climatique et risques

Risque avalanche : comment s’en protéger et aménager le territoire ?

Depuis les années 2000, en France, aucune victime n’est à déplorer dans les zones urbanisées et aménagées, concernées par le risque d’avalanches. Un chiffre qui peut s’expliquer par une meilleure gestion du risque sur le territoire. Les travaux menés à INRAE apportent leur pierre à l’édifice. Ils contribuent en effet à mieux évaluer le risque, notamment par des études statistiques de l’activité avalancheuse ou des études sur la vulnérabilité des constructions. Mais aussi à mieux s’en protéger, grâce à l’expertise développée sur les ouvrages de protection.

18 décembre 2019

Changement climatique et risques

Avalanches et changement climatique

De par leur caractère très évolutif, les avalanches représentent un risque qui lui même évolue dans l’espace et dans le temps. En s’appuyant sur des bases de données d’observations historiques et des études statistiques, les scientifiques d’INRAE ont mis en évidence, ces dernières années, une évolution de l’activité avalancheuse et une évolution de la nature même des avalanches. Des tendances suivies de près dans le contexte du réchauffement climatique, et qui auront nécessairement un impact sur le risque lié aux avalanches et, de fait, sur les stratégies de gestion du risque de demain…

18 décembre 2019