Agroécologie 3 min

Des moutons entraînés pour passer des IRM en étant éveillés

COMMUNIQUÉ DE PRESSE - Les moutons sont capables d’apprendre des tâches complexes. C’est ce qu’a montré une équipe de recherche INRAE qui a entraîné des moutons à passer des IRM à l’état vigile, une première mondiale. Cette méthode innovante, qui repose sur une coopération entre l’entraineur et l’animal, permet d’acquérir des images de bonne qualité sans recourir à l’anesthésie. Ces résultats, publiés dans la revue Behavior Research Methods ouvrent la voie à une meilleure connaissance du fonctionnement du cerveau des moutons. Cela permet également d’envisager des applications dans le cadre de soins vétérinaires chez les animaux de ferme.

Publié le 01 juillet 2024

illustration Des moutons entraînés pour passer des IRM en étant éveillés
© INRAE- Sophie Normant

L’IRM (imagerie par résonance magnétique) est une technique couramment employée pour explorer le cerveau des moutons, mais jusqu'à présent elle était uniquement pratiquée sous anesthésie générale pour garantir l'immobilité de l'animal. Ceci pouvait engendrer du stress et des effets secondaires d’une part, et compromettre l’étude du fonctionnement du cerveau d’autre part.

Une équipe de recherche INRAE a mis au point un protocole d’entrainement adapté aux moutons afin de réaliser des acquisitions IRM à l’état vigile et sans contention. Pour ce faire, les chercheurs se sont inspirés de précédents travaux chez le chien, qui, jusqu’ici, était la seule espèce animale capable de réussir ce type de protocole. Au sein de la nurserie de l’unité expérimentale PAO, située au centre INRAE Val de Loire, à Nouzilly, les chercheurs ont débuté une phase de familiarisation dès la naissance des agneaux. Le but ? Identifier les animaux les plus réceptifs aux caresses ou encore à la présence d’objets en mousse près de leur tête.

Après la sélection de 10 agneaux, une première phase d’entraînement s’est déroulée au sein de la bergerie de Nouzilly. Les chercheurs ont enseigné aux animaux à monter sur une rampe pour atteindre une fausse machine IRM, puis à se coucher. Les agneaux ont également appris à placer leur tête dans une antenne IRM factice.

Résultats, une fois arrivés dans la vraie salle d’IRM, les moutons ont reproduit très facilement les mêmes comportements mais avaient des difficultés à rester parfaitement immobiles. Quelques semaines ont été nécessaires pour que les animaux s’habituent aux vibrations de la machine et ne bougent plus pendant plusieurs minutes. Au final, les images IRM de leur cerveau étaient comparables à celles obtenues chez des moutons anesthésiés, cet objectif ayant d’abord été atteint pour 6 des 10 moutons entraînés au moment de la rédaction de l’article, et depuis pour 9 moutons. Le protocole a duré 9 mois, entre la naissance des agneaux et les premières acquisitions IRM.

Chronologie des étapes menant jusqu’à la phase d’acquisition d’images. © INRAE – Love et Pluchot

Le succès de ce protocole ouvre déjà des perspectives pour la recherche en neuroimagerie animale (ex. IRM), puisqu’il rend possible l’étude du fonctionnement du cerveau chez le mouton vigile. Une étude sur les activations de certaines régions du cerveau en lien avec l’audition est en cours et fait l’objet de la thèse qui a nécessité ce travail d’entraînement. Les résultats de cette coopération volontaire entre l’entraîneur et le mouton illustrent les capacités d'apprentissage de cet animal, soulignant également l'importance de la relation homme-animal dans le développement de méthodes novatrices. La validation de ce protocole ouvre des perspectives pour entraîner d'autres animaux afin de pouvoir effectuer des examens IRM à l’état vigile. L’utilisation de méthodes d’entraînement laisse également envisager de nombreuses applications, comme dans le cadre de la tonte ou de l’entraînement médical (pendant lequel l’animal apprend à collaborer lors de soins vétérinaires).

référence

Pluchot C., Adriaensen H., Parias C. et al. (2024). Sheep (Ovis aries) Training Protocol for Voluntary Awake and Unrestrained Structural Brain MRI Acquisitions. Behavior Research Methods, DOI : 
https://doi.org/10.3758/s13428-024-02449-6

CP_moutons_VFpdf - 518.72 KB

Contact presse

Contacts scientifiques

Camille Pluchot UMR Physiologie de la reproduction et des comportements

Scott Love UMR Physiologie de la reproduction et des comportements

Le centre

Le département

En savoir plus

Agroécologie

Bien-être animal : quand l’intelligence artificielle traduit les vocalisations des porcs

COMMUNIQUE DE PRESSE - Les porcs expriment leurs émotions par des vocalisations. Reconnaitre ces sons, et les émotions qu’ils traduisent, permettrait de donner des informations nécessaires aux éleveurs pour adapter leurs interventions et pour assurer le bien-être des porcs tout au long de leur vie. C’est pourquoi INRAE, l’École Polytechnique Fédérale de Zürich (ETH) et l’université de Copenhague ont coordonné le développement d’un système de reconnaissance des vocalisations des porcs dans le cadre du projet européen SOUNDWEL. Leurs résultats, publiés le 7 mars dans Scientific reports, permettent d’envisager un outil de reconnaissance automatique des vocalisations pour suivre et améliorer le bien-être des porcs en élevage.

07 mars 2022

Biodiversité

Les chevaux experts en reconnaissance faciale

COMMUNIQUE DE PRESSE - Jusqu’alors, on pensait que les chevaux nous reconnaissaient davantage par notre odeur, notre voix ou notre comportement. Des scientifiques de l’unité Physiologie de la reproduction et des comportements (INRAE, CNRS, Université de Tours, IFCE) viennent de démontrer qu’ils sont en réalité capables de nous reconnaître sur la seule base de la photographie de notre visage. Mieux : ils se souviennent de nos visages plusieurs mois après les avoir vus. Ces résultats sont publiés dans Scientific report le 14 avril 2020.

31 mars 2020

Agroécologie

Les poules aussi rougissent d’émotions

COMMUNIQUÉ DE PRESSE - Comment savoir ce que les poules ressentent ? Une équipe de recherche INRAE a distingué sur leur face des rougissements plus ou moins importants en fonction de leur état émotionnel, tout en montrant que les poules habituées à un humain conservaient une peau plus claire, synonyme d’un état plus calme, en sa présence. Ces résultats qui donnent des clés pour évaluer le bien-être animal sont publiés le 21 avril, dans la revue Applied Animal Behaviour Science.

23 avril 2024