Biodiversité 3 min

L’histoire de la domestication des abricotiers retracée par la génomique

COMMUNIQUE DE PRESSE - INRAE, les universités de Bordeaux et Paris-Saclay et le CNRS ont analysé les séquences du génome entier de plus de 900 abricotiers cultivés et espèces apparentées sauvages, provenant de différentes origines géographiques. Les résultats permettent d'améliorer l’état des connaissances sur les processus d'adaptation et d’identifier des régions génomiques importantes pour la sélection et la culture des arbres fruitiers. Publiée dans Nature Communications le 25 juin 2021, cette étude retrace les événements de domestication, datant de 2 000 à 3 000 ans, des abricotiers cultivés aujourd’hui en Europe et en Chine. Malgré leurs caractéristiques similaires, ces abricotiers issus de populations sauvages distinctes d’Asie centrale ont connu des chemins de domestication indépendants. Le cycle de vie, la qualité du fruit, et la résistance aux maladies sont autant de caractères associés aux gènes affectés par la sélection humaine de ces arbres.

Publié le 25 juin 2021

illustration L’histoire de la domestication des abricotiers retracée par la génomique
© Pixabay

Au cours de la domestication des arbres fruitiers, la sélection humaine a agi sur leurs caractères reproductifs et végétatifs (comme la période de floraison), sur les caractères de leurs fruits (par exemple leur taille, acidité, fermeté, saveur), ainsi que sur leur réponse aux stress biotiques (comme les bactéries et insectes ravageurs) et abiotiques (par exemple la sécheresse, le froid). Cette sélection humaine laisse des empreintes récentes et fortes dans le génome, plus faciles à détecter que celles laissées par la sélection naturelle

L'abricotier est un bon modèle d’étude pour identifier les gènes qui ont été sélectionnés pendant la domestication et pour étudier les processus d'adaptation des arbres fruitiers : il possède un petit génome (~220 Mb[1], soit moins de deux fois celui de l’arabette des dames, Arabidopsis thaliana et 70 fois plus petit que celui du blé), et des populations sauvages partageant un ancêtre commun avec l’abricotier cultivé sont disponibles. Pour reconstituer l'histoire de leur domestication, INRAE, l’université de Bordeaux, l’Université Paris-Saclay, et le CNRS ont assemblé quatre génomes de haute qualité[2] à partir de l’espèce domestiquée et de ses espèces apparentées et ont analysé les séquences de plus de 900 accessions[3] provenant de différentes origines géographiques, de par le monde entier.

 

Différents évènements de domestication

Prunus armeniaca L. désigne à la fois l'ancêtre sauvage de l’abricotier et l'espèce cultivée commune. Ses populations naturelles existent encore uniquement en Asie centrale[4]. Outre les abricotiers cultivés et sauvages, les chercheurs ont également étudié les quatre autres espèces apparentées de la section Armeniaca : trois endémiques de l’Asie de l’Est[5], principalement de Chine, et une présente dans les Alpes françaises et italiennes[6].

L’étude montre que les abricotiers cultivés chinois et européens forment deux groupes génétiques différenciés, qui résultent d'événements de domestication indépendants. Longtemps considéré comme originaire de Chine, l’abricotier cultivé européen est originaire de la population sauvage du nord de l'Asie centrale, tandis que les abricotiers cultivés chinois ont été domestiqués à partir de la population du sud de l’Asie centrale. Les abricotiers cultivés en Europe et en Chine partagent aujourd’hui des caractéristiques analogues (forme et taille des fruits, phénologie des arbres, etc.), ce qui suggère une adaptation convergente au cours d’évènements de domestication parallèles. Se pose alors la question : cette adaptation convergente se produit-elle par des changements dans les mêmes régions génomiques ?

 

Différentes régions génomiques impactées

Malgré leurs caractères similaires, les empreintes de sélection humaine chez les abricotiers cultivés européens et chinois ont été relevées dans des régions différentes de leur génome. Cela indique que différentes modifications génomiques peuvent conduire au même phénotype adaptatif. Dans les deux groupes, les gènes affectés par la domestication humaine avaient des fonctions prédites impliquées dans le cycle de vie pérenne, la qualité du fruit et la résistance aux maladies. La grande taille des populations d’abricotiers, le cycle de vie long[7] des cultures pérennes, et le flux génétique ultérieur observé entre les populations sauvages et cultivées ont permis de maintenir chez les abricotiers domestiqués une diversité génétique élevée et une proportion relativement faible du génome affecté par la sélection (0,42 % et 0,22 % chez les abricots européens et chinois, respectivement).

Par rapport aux cultures annuelles comme le maïs ou le riz, les impacts de l'évolution de ces caractères adaptatifs chez les arbres fruitiers sur leur génome, en réponse à la domestication, sont peu étudiés et mal connus. Les résultats de cette étude permettent d'améliorer l’état des connaissances sur leurs processus d'adaptation. L’identification des régions génomiques impactées par la sélection humaine procure des indices sur la biologie des caractères sélectionnés lors de la domestication, ainsi que des cibles pour la recherche et la sélection des arbres fruitiers.

 

[1] Millions de paires de bases

 

[2] L’assemblage de haute qualité consiste à assembler les lectures issues du séquençage (longs et courts fragments) en séquences plus longues (contigs ou pseudomolécules) avec l'objectif d'obtenir une séquence par chromosome unique.

 

[3] Accessions : Individus provenant d’une collecte de matériel de multiplication, prélevés à un moment en un endroit. Les accessions sont identifiables de façon unique et chaque accession représente un arbre-mère prélevé in situ, un cultivar, une lignée ou une population.

 

[4] Liu et al., 2019 (DOI : 10.1111/mec.15296) ; Decroocq et al., 2016 (DOI : 10.1111/mec.13772)

 

[5] P. mume, P. sibirica L., P. mandshurica

 

[6] P. brigantina

 

[7] 40 à 45 ans pour les abricotiers

 

 

Référence

Groppi, A., Liu, S., Cornille, A. et al. Population genomics of apricots unravels domestication history and adaptive events. Nat Commun 12, 3956 (2021). DOI: 10.1038/s41467-021-24283-6

En savoir plus

Biodiversité

Comment le mildiou de la vigne a envahi les vignobles : retour sur son voyage depuis l’Amérique du Nord

COMMUNIQUE DE PRESSE - Plasmopara viticola, l’agent responsable du mildiou de la vigne, provoque de nombreuses épidémies dans les vignobles français, causant par ailleurs d’importantes pertes pour les viticulteurs. Si les déterminants biologiques de la maladie sont bien connus, comme son mode de reproduction, on ne sait presque rien sur son histoire. Comment ce pathogène originaire d’Amérique du Nord a-t-il envahi le monde ? Des scientifiques d’INRAE ont travaillé en collaboration avec l’Université Paris-Saclay, le CNRS et l’Université de Groningen (Pays-Bas) pour comprendre le processus de cette propagation. Leurs travaux, parus le 25 mars dans Current Biology, en donnent les clés. Une meilleure compréhension de son histoire, et donc de son évolution, est un levier pour lutter contre ce parasite source de la majorité des traitements fongicides sur la vigne.

25 mars 2021

Biodiversité

La génomique éclaire l’histoire évolutive des champignons symbiotiques forestiers

COMMUNIQUE DE PRESSE - Les champignons symbiotiques mycorhiziens jouent un rôle majeur dans les écosystèmes terrestres en facilitant l’acquisition de nutriments par les plantes. Mais comment ces champignons sont-ils devenus symbiotiques ? Grâce à l’analyse du génome de 135 espèces de champignons forestiers, la plus vaste à ce jour, un consortium international de chercheurs, coordonné par INRAE et le Joint Genome Institute (Département de l’Energie américain) et impliquant l’Université de Lorraine et le CNRS, explique comment ces champignons sont passés d’organismes se nourrissant de matière en décomposition à des symbiotes alliés aux plantes au cours de l’évolution. Leurs résultats sont publiés le 12 octobre dans Nature Communications.

12 octobre 2020