Alimentation, santé globale 4 min

[Infographie] Logo nutritionnel, un levier pour la qualité des achats

Dans un contexte préoccupant de santé publique, l’étiquetage nutritionnel des produits alimentaires est un levier d’amélioration de la qualité des achats des consommateurs. Zoom sur l’expérimentation du Nutri-Score.

Publié le 16 octobre 2019

illustration [Infographie] Logo nutritionnel, un levier pour la qualité des achats
© Shutterstock

La prévalence de l’obésité en France est de 17% chez les adultes, 4% chez les enfants)1. Mais les inégalités sociales tendent à augmenter et ces données sont aussi évolutives en fonction des classes d’âge. C’est dans ce contexte que la loi du 26 janvier 2016 dite « de modernisation de la santé française » a préconisé un système d'étiquetage basé sur la composition nutritionnelle des produits. Son objectif : améliorer l’information nutritionnelle figurant sur les produits et ainsi aider les consommateurs à acheter des aliments de meilleure qualité nutritionnelle. L’expérimentation préalable de ce système d’étiquetage simplifié, clair et visible sur la face avant des produits a montré qu’il s’agit d’un outil important pour les politiques nutritionnelles.

10 semaines d’achats avec et sans logo dans 60 supermarchés

Le Nutri-Score améliore la qualité nutritionnelle des achats des consommateurs

En collaboration avec le Fonds Français pour l’Alimentation et la Santé, le Ministère de la Santé a mobilisé une analyse expérimentale en conditions réelles d’achats pour évaluer les effets de différents formats d’étiquetages (dont le Nutri-Score ci-après détaillé). Ces formes d’étiquetage en face avant entraînent des modifications dans les comportements d’achat des consommateurs.  La combinaison d’approches multiples explorées (par enseigne, typologies de produits, catégories d’acheteurs…) fait apparaître une supériorité d’ensemble du système d’étiquetage Nutri-Score. Parallèlement, une seconde étude a été menée à travers une méthode expérimentale en laboratoire : celle-ci a également confirmé l’efficacité du Nutri-Score, tout particulièrement sur le tiers des consommateurs ayant les revenus les plus faibles.

Un panier de meilleure qualité

Pour bien comprendre, la mesure de l’amélioration nutritionnelle des paniers, se fait à partir d’un score nutritionnel FSA (Food Standard Agency) qui distribue des points selon le contenu nutritionnel des aliments. Ce score est compris entre -15 (très sains) et 40 (très malsain).Le Nutri-Score améliore la qualité nutritionnelle des achats des consommateurs, mesurée par ce score FSA, de 4% en condition réelle d’achat. A noter que cette amélioration est encore plus marquée lorsqu’on observe spécifiquement le comportement des consommateurs qui achètent les produits les moins chers (5%). Enfin en laboratoire (magasin expérimental de 290 produits - achat sur ordinateur ou tablette), l'observation avant et après étiquetage durant une même session, confirme que le Nutri-Score améliore la qualité nutritionnelle des paniers de… 9.4%. Ces résultats, différents avec l’étude en supermarché, s'expliquent par plusieurs facteurs : attention accrue, contrôle des variables, offre alimentaire identiqueEnfin, l'utilisation du Nutri-Score aurait une incidence sur les pathologies et décès attribuables à des maladies non transmissibles pouvant être évités avec une réduction de 3.4%.

_____
1 Source Étude INCA3

Infographie comportement alimentaire
Mieux comprendre le comportement des consommateurs français pour favoriser une alimentation saine

 

 

Véronique GavaldaInfographie

Contacts

Laurent Muller GAEL - Laboratoire d'économie appliquée de Grenoble

Olivier Allais ALISS - Alimentation et sciences sociales

En savoir plus

Alimentation, santé globale

[Infographie] Pertes et gaspillages alimentaires : de quoi parle-t-on ?

Qu’une pêche soit « perdue » au verger suite à des intempéries ou « gaspillée » parce qu’elle a été mal conservée dans notre cuisine, il s’agit toujours d’une production de pêche… qui compte pour des prunes, et dont personne ne se nourrit. Les causes de ces pertes, donc les moyens de les réduire, ne sont pas les mêmes pour toutes les denrées et dans tous les pays.

18 décembre 2019

Alimentation, santé globale

Les délices de l’œuf : exquises protéines

Mollets, mimosa, à la coque, pochés, brouillés, cocotte, sur le plat, voire même Bénédicte... les œufs se dégustent à toutes les sauces ! Et pour cause : peu onéreux, ils sont consommés dans le monde entier et comptent parmi les aliments les plus nutritifs pour l’Homme. Conçu pour nourrir l’oiseau à l’état embryonnaire, l’œuf compte moins de 100 kilocalories pour 60 grammes dont 75 % d’eau, 13 % de protéines et 10,5 % de lipides (pour la partie comestible).

17 décembre 2019