Biodiversité 2 min

Impacts écologiques de la fonte des glaciers

Sophie Cauvy-Fraunié, chargée de recherche au Centre INRAE Lyon-Grenoble Auvergne-Rhône-Alpes, et Olivier Dangles, directeur de recherche à l’IRD, mènent des recherches sur la fonte des glaciers et son impact sur la biodiversité. Alors que le dégel se poursuit dans le monde entier du fait du changement climatique, la richesse des écosystèmes est en péril.

Publié le 22 avril 2020

illustration Impacts écologiques de la fonte des glaciers
© INRAE - Sophie CAUVY-FRAUNIÉ

Deux articles scientifiques, dont ils sont auteurs, ont été publiés dans Nature Ecology & Evolution :

- A global synthesis of biodiversity responses to glacier retreat, 18 novembre 2019

Sophie Cauvy-Fraunié et Olivier Dangles ont mené une méta-analyse sur les résultats de 234 publications. En compilant plus de 2100 observations, les auteurs ont comparé, pour la première fois, l’effet de l’influence glaciaire sur les trois principaux écosystèmes influencés par des glaciers : les fjords (milieux marins), l’eau douce (rivières et lacs glaciaires) et les marges pro-glaciaires (milieux terrestres).

- Reply : Glacial ecosystems are essential to understanding biodiversity responses to glacier retreat, 30 mars 2020

 Ce second article a été écrit en réponse à l’article Glacial ecosystems are essential to understanding biodiversity responses to glacier retreat qui met en avant la nécessité de développer notre connaissance sur la biodiversité inféodée à l’habitat glaciaire, un écosystème encore peu étudié. En effet, bien qu’ils aient la réputation d’être dépourvu de vie, les glaciers sont maintenant considérés comme un biome à part entière. Sophie Cauvy-Fraunié et Olivier Dangles ne l’ont pas oublié. Dans leur « réponse », ils expliquent pourquoi la biodiversité glaciaire n’a pas été prise en compte dans leur méta-analyse, notamment en raison de l’impossibilité de calculer un indice d’influence glaciaire pour cet habitat, mais aussi du manque crucial d’études écologiques sur le long terme.     

La fonte des glaciers induit 3 changements écologiques majeurs à l'échelle locale : l’augmentation des terrains déglacés, la réduction de l'influence glaciaire sur les écosystèmes adjacents et la perte d'habitats glaciaires. Ces deux derniers effets menacent les espèces spécialistes dépendantes des habitats glaciaires ou influencés par les glaciers, des espèces qui présentent des adaptations uniques (morphologiques et comportementales) pour survivre et se développer à des températures faibles permanentes. Il devient donc urgent d'améliorer nos connaissances sur la biodiversité glaciaire grâce notamment à des protocoles normalisés pour permettre des comparaisons entre les sites mais aussi des études interdisciplinaires impliquant glaciologues et écologues afin d’augmenter notre compréhension des conséquences écologiques de la fonte des glaciers. Peut-être est-il aussi temps pour les écologues de créer des banques de données des différentes formes de vie associées aux glaciers avant leur extinction définitive ?

 

Suivre les conséquences de la disparition des glaciers est la suite de leurs recherches :

Le projet Life Without ice, une collaboration IRD-INRAE qui débutera en 2020 grâce à un financement de la Fondation BNP Paribas, a pour objectif de documenter à l’échelle mondiale, et en particulier dans les tropiques,  les conséquences de la disparition des glaciers par une approche interdisciplinaire alliant géophysiciens, écologues et sociologues.

Communication Lyon-Grenoble Service communication

Contact

Sophie Cauvy-Fraunié Chargée de recherche au Centre INRAE Lyon-Grenoble Auvergne-Rhône-AlpesRiverLy

Le centre

En savoir plus

Changement climatique et risques

Les images satellites, de précieux outils pour mieux gérer le risque incendie

Pour connaître la sévérité des dégâts causés par les feux de forêt, les données d’observation de la Terre sont de vraies alliées. Au sein du centre d’expertise scientifique dédié aux incendies du Pôle Theia (infrastructure de télédétection par satellite), les chercheurs du centre INRAE d’Aix-en-Provence et leurs partenaires développent une méthode de cartographie et d’analyse d’images satellites automatique qui permettra, à terme, d’évaluer les niveaux de dommages sur la végétation en fonction des types de peuplements présents. Un outil sans équivalent pour mieux adapter les mesures de gestion et de prévention.

01 décembre 2019

Agroécologie

Pour une vue d’ensemble des impacts et services de l’élevage en Europe

Une expertise scientifique collective conduite par INRAE permet d’analyser l’ensemble des impacts et services de trois grands types d’élevage représentatifs en Europe. Cette analyse souligne souvent des oppositions entre services telles que : environnement/production ou emploi/compétitivité. Il est donc hasardeux d’établir un bilan global, positif ou négatif, car la hiérarchie des priorités à donner à certains services doit relever in fine d’un arbitrage politique.

16 mars 2020

Agroécologie

Des leviers pour améliorer les systèmes d’élevage européens

L’expertise scientifique collective menée par INRAE en 2015-2016 sur les impacts et services de l’élevage européen souligne qu’il est délicat d’en établir un bilan global, positif ou négatif. La suppression totale de l’élevage se traduirait néanmoins par une perte de services environnementaux. L’expertise identifie des leviers d’amélioration pour les différents types d’élevage.

16 mars 2020