illustration Françoise Simon-Plas, femme de sciences et de valeurs
© INRAE

5 min

Françoise Simon-Plas, femme de sciences et de valeurs

Depuis 2018, Françoise Simon-Plas est déléguée à la déontologie, à l’intégrité scientifique et à l’éthique des projets de recherche à INRAE, mais elle est aussi directrice de recherche. Portrait d’une femme passionnée par les sciences et les questions que leur pratique soulève.

Publié le 09 février 2021

Son large sourire ne trompe pas, Françoise Simon-Plas est une enthousiaste ! Elle est sur tous les fronts, celui de la science par ses recherches sur les membranes cellulaires des plantes, celui de la déontologie avec sa mission de « déléguée à la déontologie, à l’intégrité scientifique et à l’éthique des projets de recherche », et celui du questionnement avec son investissement dans le dispositif Sciences en questions. Ce qui anime cette « boulimique du travail » comme elle se qualifie ? Le goût des sciences, le besoin irrépressible de se sentir utile à la société, et se questionner, toujours.

La science dans la peau

On a vraiment l’impression de pouvoir faire avancer les choses

C’est en 1993 que Françoise Simon-Plas entre à l’Inra, en tant que chargée de recherche. Elle étudie alors le rôle de protéines de la membrane des cellules végétales. Au fil des années elle s’implique de plus en plus dans l’animation scientifique collective et participe notamment à la création d’une nouvelle unité au sein de laquelle elle prendra la responsabilité d’un pôle. En 2014, tout s’accélère ! Elle devient Présidente du Centre Inra Bourgogne Franche-Comté, une mission passionnante : « J’ai absolument adoré ça ! On est à la fois dans de la stratégie pour le site, dans la proximité des recherches menées par les collègues, dans l’interaction avec les instances nationales de l’institut : on a vraiment l’impression de pouvoir faire avancer les choses » - on vous avait prévenu, elle est enthousiaste. Mais après trois années intenses à ce poste à responsabilités, l’appel de la science est trop fort, elle décide de retourner au labo pour poursuivre ses recherches à l’UMR agroécologie : « je suis repartie de zéro, j’ai commencé à monter des nouveaux projets de recherche, et j’ai réussi à décrocher un projet ANR, Playmobil, dont je suis coordinatrice jusqu’en 2023 ». 

Etre utile à la société

En 2018, Françoise Simon-Plas est sollicitée par la direction générale de l’Inra pour devenir déléguée à la déontologie de l’institut. Une mission qu’elle accepte volontiers : « ces sujets me passionnent depuis toujours, et je pense qu’il y a des choses à faire, utiles à l’institut, aux collègues et à la société ». Elle décide toutefois de conserver pour la moitié de son temps de travail une activité de recherche : « si je ne fais pas de recherche ça me manque, mais j’ai besoin de m’investir dans d’autres fonctions transversales ». Un équilibre enfin trouvé qui lui permet d’assouvir à la fois sa passion pour les sciences et son attrait pour le service public et l’intérêt général : « je suis intéressée par l’éthique et la déontologie qui sont des conditions sine qua non pour permettre de servir correctement l’intérêt général ».

Déontologie, intégrité scientifique et éthique

La création d’une délégation à la déontologie à l’Inra date de 2013. Deux ans plus tard, l’institut signe la charte nationale de déontologie des métiers de la recherche et développe un réseau national autour de l’intégrité scientifique. En 2018, lorsque Françoise Simon-Plas reprend cette fonction, elle propose de réunir trois notions très convergentes : la déontologie, code d’exercice professionnel lié au statut d’agent public, et portant des valeurs d’impartialité, d’intégrité, de probité ; l’intégrité scientifique, qui est un code d’exercice professionnel propre à l’activité de recherche ; et l’éthique des projets de recherche qui permet de s’interroger sur les finalités des actions menées à INRAE, sur les conséquences de la manière dont elles sont déployées, et de s’assurer qu’elles ne vont nuire à personne et bénéficier à tous. 

 « Cela montre à la société qu’on prend en compte l’intérêt général dans la manière dont on choisit nos thématiques de recherche et dont on les met en œuvre. »

Si ces trois notions doivent être pensées et discutées ensemble, Françoise Simon-Plas a souhaité s’entourer de référents spécialistes de chacune de ces valeurs : Antoine Kremer et Christian Duquennoi, référents intégrité scientifique, Cécile Janet, référente déontologue, et Claire Lurin, référente éthique des projets de recherche. Un dispositif complété par un Comité de déontologie et d’intégrité scientifique qui rassemble huit collègues d’INRAE aux statuts et parcours divers et constitue un espace de discussions collectives complémentaire.

En actions !

Il faudrait que dans chacun des processus que l’institut met en œuvre, il y ait de la déontologie, de l’intégrité scientifique et de la gestion des conflits d’intérêt.

Première étape : parler de déontologie, d’intégrité scientifique et d’éthique des projets à tous les agents. Pour cela Françoise Simon-Plas organise des rencontres dans les centres INRAE et présente ces valeurs dans diverses instances de l’institut. Il s’agit aussi de communiquer sur ces sujets via les différents supports de communication de l’institut. « Mais l’idée, ce n’est pas juste qu’on en parle, il faut que ça vive, et pour que ça vive il faut que ce soit injecté dans tous nos processus institutionnels ». Françoise Simon-Plas s’appuie sur toutes les directions d’INRAE pour que dans chacun des processus que l’institut met en œuvre, il y ait de la déontologie, de l’intégrité scientifique et de la gestion des conflits d’intérêt. Par exemple, pour les concours de recrutement, la délégation a contribué à la production par la direction des ressources humaines d’une grille d’analyse et de gestion des liens d’intérêt lors des jurys de concours. Une analyse des liens d’intérêts est également menée pour les experts qui participent aux expertises scientifiques collectives pilotées par INRAE. Aussi, un module de formation des nouveaux directeurs d’unités sur l’intégrité scientifique a été développé pour que les responsables des collectifs de recherche puissent faire vivre cela au quotidien dans leurs équipes. « Mon idée maintenant c’est de travailler avec toutes les directions opérationnelles d’INRAE pour que les valeurs de déontologie,  d’intégrité et d’éthique soient intégrées dans tous leurs process. »
En parallèle de ces actions, la délégation a réalisé deux documents : une charte de déontologie, d’intégrité scientifique et d’éthique, ainsi qu’un document de politique d’Intégrité scientifique : « A travers ces documents, il s’agit de donner des repères sur la manière dont on doit accomplir nos missions, donner des gages de confiance à nos concitoyens, et montrer l’importance que l’on attache à garantir la qualité des connaissances qu’on produit et qui vont servir à construire la société de demain ».


Questionner les sciences

Une trajectoire foisonnante et néanmoins cohérente. En témoigne son investissement dans le collectif Science en questions qui a pour objectif d’alimenter la réflexion des professionnels de la recherche sur des questions d'ordre philosophique, épistémologique, sociologique ou éthique, relatives aux sciences et à l'activité scientifique : « il s’agit de questionner la science et la manière dont il est pertinent de la faire, de regarder les questions qu’elle pose aux chercheurs, qu’elle pose à la société. ».

INRAE et vous

« INRAE, ça permet tout ! Il y a un espace ouvert pour laisser les gens se développer qui est fabuleux, on ne m’a jamais empêchée de rien. INRAE offre un espace de construction personnelle en même temps que professionnel. Toutes les missions que j’ai effectuées ont été épanouissantes et ont bénéficié d’incroyables rencontres. Il ne se passe pas une semaine sans que je fasse la connaissance de personnes formidables, toujours partantes pour s’investir dans des projets, cette ressource qu’ont les collègues me fascine. Après 27 années à l’Inra puis INRAE, je ne suis toujours pas lassée. »

 

ELODIE REGNIER Rédactrice

Contacts

Françoise Simon-Plas déléguée à la déontologie, à l’intégrité scientifique et à l’éthique des projets de recherche

Le centre