illustration François Laurens : la pomme de la concorde
© INRAE, C. Maître

Agroécologie 7 min

François Laurens : la pomme de la concorde

Transmission, collaboration, transfert, sont les mots clés de François Laurens, ingénieur de recherche hors classe, qui reçoit en 2020 le Laurier d’Innovation d’INRAE pour son parcours en faveur de l’innovation dans le domaine de l’amélioration de la pomme et des fruits à pépins. Bienvenu dans le monde de ces fruits riches en vitamine C et bien adaptés aux besoins des sportifs.

Publié le 08 décembre 2020

Mon environnement à INRAE est exceptionnel par sa transdisciplinarité

« Mon environnement à INRAE est exceptionnel par sa transdisciplinarité. Physiologistes, pathologistes, généticiens, bio-informaticiens. Il faut bien toutes les compétences de ce collectif pour s’attaquer à ce problème ardu qu’est la sélection de la pomme ! Pour les producteurs, elle doit être facile à produire avec un rendement élevé et régulier, mais elle doit aussi bien se conserver pour les distributeurs, et répondre au goût des consommateurs, qui finalement ont le dernier mot et orientent le marché » analyse François Laurens. Fruit défendu pour Adam et Eve, offrande de Dionysos à la déesse Aphrodite, la pomme, avec sa forme de planète, a conquis le monde. C’est aussi le fruit le plus consommé en France en volume. « Une grosse pomme bien colorée, c’est depuis longtemps le premier critère pour les consommateurs » détaille François. Et, de fait, le marché mondial est dominé par la jaune Golden, la rouge Gala et la verte Granny Smith. Mais, dès les années 50, les chercheurs d’INRAE déploient leurs efforts pour ajouter à ces qualités une tolérance à la principale maladie qui touche les pommiers : la tavelure. Les traitements contre ce champignon représentent en effet environ la moitié des quelques 35 traitements phytosanitaires appliqués chaque année sur les pommiers. Une évolution des critères de sélection est nécessaire et commence à être prise en compte par les consommateurs, et par les pouvoirs publics à travers les plans de réduction des pesticides, particulièrement en Europe.

Initiateur d’une nouvelle organisation avec les professionnels

Avec cette innovation organisationnelle, on a gagné cinq ans par rapport à Ariane

Prenant la suite de son prédécesseur Yves Lespinasse, François Laurens met en orbite la pomme Ariane dans les années 2000, puis développe une nouvelle variété, appelée Story ®Inored (1) dont les premiers arbres ont été plantés en 2012. Story ®Inored est de plus gros calibre que sa cousine Ariane et possède, comme elle, un gène de résistance à la tavelure qui permet de réduire les traitements de 30, voire 40 %. Cependant, l’histoire de cette pomme diffère de celle d’Ariane, car François a compris à quel point la part des professionnels est importante dans la reconnaissance d’une variété. Alors qu’Ariane a été développée entièrement à INRAE, depuis le semis des premiers pépins jusqu’aux tests en vergers, le scénario est différent pour Story ®Inored : INRAE prépare les géniteurs, réalise les premiers croisements et les premiers tests en serre pour éliminer les plantes sensibles à la tavelure, puis les arbres sélectionnés sont évalués directement chez les pépiniéristes, dans plusieurs régions, ce qui permet une meilleure appropriation de la variété par la profession. Rassembleur, François a encouragé la création d’une société (2) regroupant une vingtaine de pépiniéristes français qui est devenu le partenaire privilégié d’INRAE pour l’amélioration de la pomme. « Avec cette innovation organisationnelle, on a gagné cinq ans par rapport à Ariane ». L’année sabbatique que François a passé en Nouvelle-Zélande en 1999 n’est certainement pas étrangère à cette volonté d’associer les professionnels très tôt dans les essais variétaux : « de façon très pragmatique, les sélectionneurs néo-zélandais sont au cœur du système de recherche, qui intègre le volet commercial. A la fin des essais, la variété est prête à être lancée sur le marché. François est par ailleurs en contact permanent avec les professionnels de la filière fruits, à travers un Groupement d’intérêt scientifique (GIS) qu’il coanime depuis 2015.

Visionnaire scientifiquement

Pour les arbres fruitiers, le processus d’amélioration est très long : il a fallu 25 ans pour obtenir la pomme Ariane et 15-20 ans pour Story ®Inored. C’est pourquoi de nouveaux croisements sont initiés en continu afin d’améliorer les variétés. Pour la tolérance à la tavelure, les recherches se poursuivent car le champignon finit par s’adapter et contourner les gènes de résistance utilisés jusqu’à présent. Il faut leur adjoindre d’autres régions du génome qui portent des mécanismes de résistance différents. Visionnaire, François a mis en place dès 2011 des collaborations locales, nationales et européennes avec cet objectif : développer des outils et des méthodes pour améliorer l’efficacité des programmes de sélection et obtenir des résistances plus durables en cumulant plusieurs sources de résistance complémentaires. C’est ainsi qu’il a coordonné deux programmes associant de nombreux partenaires publics et privés.

 

Ambassadeur international pour les fruits

Fort de son réseau international, François ne compte plus ses interventions à l’étranger. Il coordonne actuellement trois grands projets à l’échelle européenne ou internationale. Au programme : le transfert vers les producteurs de pratiques culturales plus vertueuses pour l’environnement, l’amélioration des procédures d’évaluation des variétés et une meilleure prédiction du comportement des variétés dans des environnements très différents et un contexte climatique en pleine évolution. Dans ses projets, François garde toujours en tête le volet appliqué de ces recherches fondamentales. En reconnaissance de cette carrière de chercheur entreprenant et innovateur, François a été sollicité en tant qu’ambassadeur de la ville d’Angers, et plus largement de la communauté scientifique française concernée, pour organiser le Congrès mondial de l’horticulture, qui a lieu tous les quatre ans. Avec succès, puisque la ville recevra en 2022 plus de 3 000 personnes lors de cet évènement scientifique majeur. Président du comité d’organisation, François accepte avec enthousiasme ce nouveau challenge, une nouvelle aventure scientifique et humaine alliant recherche, transfert et formation. Les Lauriers INRAE ? « Evidemment, je ne m’y attendais pas et j’ai mis un peu de temps pour intégrer la nouvelle et l’annoncer dans l’équipe. Même si ces Lauriers me sont attribués, je souhaiterais partager cette reconnaissance avec mes prédécesseurs, les collègues de mon équipe, et les nombreux chercheurs, chercheuses de l’IRHS, d’INRAE et des instituts de recherche européens ».

François Laurens (à gauche) et son équipe.

Et après ?

Fidèle à ses principes de collaboration plutôt que de compétition, François Laurens aimerait, à terme, initier un consortium européen pour partager des outils et des programmes communs de sélection, plutôt que chaque pays développe ses propres programmes, comme c’est le cas actuellement. « On pourrait commencer par des programmes moins ambitieux que la pomme, par exemple la poire, dont le marché est plus modeste, ou les porte-greffe. On gagnerait en efficacité et en moyens, comme chaque fois que l’on s’associe au lieu de se concurrencer », conclut François Laurens.

  1. La pomme Inored est aujourd’hui commercialisée sous trois noms de marques : Story®, Légend® et LoliPop®.
  2. La SARL Novadi

Les Lauriers 2020