2 min

Des experts scientifiques internationaux évaluent le déclin des pollinisateurs dans le monde

Une collecte et une analyse d’études scientifiques, réalisées par la plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques, permet d’établir une situation globale des menaces agro-alimentaires liées au déclin des pollinisateurs dans le monde.

Publié le 11 mai 2022

illustration Des experts scientifiques internationaux évaluent le déclin des pollinisateurs dans le monde
© INRAE, Nicolas MORISON

Une expertise internationale sur les populations de pollinisateurs dans le monde

Que deviendraient nos ressources alimentaires sans pollinisateurs ? Le constat de leur déclin est bel et bien présent à l’échelle mondiale, mais la situation et les actions nécessaires dans les différentes régions du monde sont moins claires. Pour comprendre quelles stratégies appliquer pour assurer leur sauvegarde, en prenant en compte des variances pour chaque région du monde, des scientifiques ont utilisé lors d'une réunion organisée par l'IPBES (plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques) et la CDB (Convention sur la Diversité Biologique) la méthode DELPHI afin d’organiser la consultation d’experts internationaux et d’apporter un éclairage et une aide à la décision. Ce groupe de chercheurs, dont Adam Vanbergen (directeur adjoint de l’unité INRAE Agroécologie) fait partie, a évalué l'état actuel des populations de pollinisateurs dans différentes régions du monde. Les menaces auxquelles elles sont confrontées et les impacts sur les bénéfices qu'elles procurent à l'humanité ont ainsi été évalués. 

Des raisons multiples identifiées : de l’agriculture intensive au changement climatique

Cette évaluation fait suite à une précédente analyse de l’IPBES (2016), qui a étudié les rapports écosystémiques entre les pollinisateurs et leur environnement. En effet, plus de 75 % des cultures alimentaires dépendent des pollinisateurs, en grande majorité des pollinisateurs sauvages qui maintiennent la biodiversité essentielle aux besoins agricoles. Pourtant, un déclin significatif est constaté en grande majorité chez ces pollinisateurs sauvages. Et encore, ces conclusions ne comportent que les espèces dont les données sont suffisantes pour définir leur statut (moins de la moitié des espèces en Europe par exemple). Les raisons impliquant cette menace sont surtout liées aux modifications de l’habitat et à l’agriculture intensive utilisant les produits phytosanitaires. De plus, le changement climatique prend de plus en plus d’ampleur sur la répartition des populations et impacte leur activité saisonnière. Ainsi, quel est l’impact de chacun de ces facteurs sur chaque continent, et quelles conséquences auront-ils sur les besoins alimentaires des populations humaines ?

Collecter plus de données pour évaluer précisément les menaces liées au déclin des pollinisateurs

L’évaluation précédente de l’IPBES a donc pu déterminer les principaux facteurs mondiaux impactant le déclin des pollinisateurs. Ainsi, cette consultation d'experts, opérée dans le cadre de la méthode DELPHI, s’est focalisée distinctement sur l’intensité du risque de chaque impact causé par ces facteurs (impact du déficit de pollinisation, de l’instabilité du rendement, etc…), sur chaque continent. 

La réduction de la pression exercée par les changements dans les paysages et les produits phytosanitaires a été identifiée comme une priorité politique car ces facteurs sont considérés comme très importants pour la plupart des continents. La perte de la biodiversité des pollinisateurs a été jugée partout comme un risque important, mettant en péril les avantages qu'ils procurent aux humains, tels que les rendements des cultures dépendant des pollinisateurs (un risque sérieux dans quatre des six continents). Et bien que l’impact du changement climatique reste encore une énigme, il est très susceptible d’interagir dans le temps avec les autres facteurs menaçant les pollinisateurs. Le mieux actuellement serait donc d’orienter les actions de recherche et de sauvegarde sur les moyens pouvant atténuer ces facteurs ou bien de s’y adapter.

Cependant, le manque de données et de connaissances reste très important pour la majorité des impacts dans de nombreuses régions, surtout en Afrique. Cette évaluation révèle une grande incertitude concernant l'impact du déclin des pollinisateurs sur les bénéfices pour les populations humaines. Les évaluations doivent s'appuyer sur des jugements d'experts qui restent vulnérables à la partialité humaine. Il est donc essentiel de disposer de davantage de données sur les régions ou les sujets peu étudiés afin d’améliorer les connaissances et réduire l'incertitude.  

RÉFÉRENCES

  • Dicks, L. V., Breeze, T. D., Ngo, H. T., Senapathi, D., An, J., Aizen, M. A., Basu, P., Buchori, D., Galetto, L., Garibaldi, L. A., Gemmill-Herren, B., Howlett, B. G., Imperatriz-Fonseca, V. L., Johnson, S. D., Kovács-Hostyánszki, A., Kwon, Y. J., Lattorff, H. M. G., Lungharwo, T., Seymour, C. L., Vanbergen, A. J. & Potts, S. G. 2021. A global-scale expert assessment of drivers and risks associated with pollinator decline. Nature Ecology & Evolution. 5, 1453–1461 (2021) https://doi.org/10.1038/s41559-021-01534-9
  • Potts, S. G., Imperatriz-Fonseca, V., Ngo, H. T., Aizen, M. A., Biesmeijer, J. C., Breeze, T. D., Dicks, L. V., Garibaldi, L. A., Hill, R., Settele, J. & Vanbergen, A. J. 2016. Safeguarding pollinators and their values to human well-being. Nature, 540, 220–229. https://doi.org/10.1038/nature20588 

MYLÈNE LE CAËRRédactriceDépartement SPE

Contacts

Le centre

Le département

En savoir plus

Biodiversité

La sécurité alimentaire mondiale impactée par le déficit d’insectes pollinisateurs

COMMUNIQUE DE PRESSE - Les cultures pollinisées par les insectes assurent plus du tiers de notre alimentation à l’échelle mondiale. Une équipe internationale impliquant l’Inra révèle qu’en augmentant le nombre et la diversité des insectes pollinisateurs, on accroît aujourd’hui le rendement de ces cultures de plus de 20 % en moyenne à l’échelle mondiale. Fruit d’une vaste étude menée dans 12 pays pendant 5 ans, ces résultats sont publiés dans Science le 22 janvier 2016. Ces travaux mettent en lumière toute l’importance de l’intensification écologique de l’agriculture pour améliorer la sécurité alimentaire mondiale et sauvegarder la biodiversité des insectes pollinisateurs.

06 avril 2020

Biodiversité

La pollinisation par les abeilles accroît la rentabilité des cultures de colza

COMMUNIQUE DE PRESSE - Des chercheurs de l’Inra et du CNRS viennent de montrer pour la première fois que la pollinisation par les abeilles surpassait l’utilisation de produits phytopharmaceutiques dans le rendement et la rentabilité du colza. L'équipe de recherche a analysé quatre années de données collectées dans des parcelles d’agriculteurs d’une plaine agricole des Deux-Sèvres (Nouvelle Aquitaine). Cette étude est parue dans Proceedings of the Royal Society London B le 9 octobre 2019.

20 décembre 2019

Biodiversité

Comment sauver les colonies d'abeilles ?

DOSSIER - Depuis une vingtaine d’années, les colonies d’abeilles domestiques subissent un ensemble de pressions qui entraînent leur effondrement. Les recherches menées par l’Institut et ses partenaires visent à limiter l’impact de ces facteurs et à essayer de préserver la survie des abeilles domestiques.

23 janvier 2020