Alimentation, santé globale 1 min

Bénéfices métaboliques et anti-inflammatoires de feuilles d'artichaut

Résultats d'un essai clinique ex vivo innovant.

Publié le 10 septembre 2021

illustration Bénéfices métaboliques et anti-inflammatoires de feuilles d'artichaut
© INRAE

Le vieillissement de notre population s'accompagne d'une prévalence accrue des pathologies chroniques. Parmi celles-ci, les dysfonctionnements des tissus adipeux, du foie et des articulations ont un impact socio-économique majeur. Ces pathologies ont des origines communes car elles résultent généralement d'un dérèglement du statut inflammatoire et métabolique.

Les nutriments d'origine végétale, et en particulier les polyphénols, exercent un large éventail d'effets bénéfiques dans la prévention des maladies chroniques mais nécessitent des approches cliniquement validées pour une gestion optimisée des soins. Dans une étude, des chercheurs de l’UNH ont conçu une approche clinique (c’est-à-dire impliquant la personne humaine (RIPH)) innovante prenant en compte les métabolites produits par le tube digestif suite à l'ingestion d'un extrait de feuille d'artichaut.

Du sérum humain, enrichi en métabolites dérivés de l'extrait, a été collecté et incubé avec des hépatocytes, des chondrocytes et des adipocytes primaires humains pour déterminer l'activité biologique de l'extrait. Les changements dans le comportement cellulaire ont démontré que l'extrait de feuilles d'artichaut protège les hépatocytes contre un stress lipotoxique, prévient la différenciation et l'hyperplasie des adipocytes et exerce des propriétés chondroprotectrices dans un contexte inflammatoire.

Dans cette approche « clinique ex-vivo », au lieu de regarder ce qui se passe à l’intérieur du corps humain et de devoir attendre des fois des mois ou des années pour avoir les résultats, on passe par l’extérieur du corps grâce à une prise de sang, des cellules primaires humaines et un savoir-faire protégé par l’INRAE et l’UCA. Il s’agit d’une recherche clinique ex vivo qui se veut plus rapide et plus accessible qu’une recherche clinique classique, plus physiologique qu’une approche in vitro et évitant l'expérimentation animale.

Ces données valident les propriétés bénéfiques pour la santé d'un extrait de feuille d'artichaut au niveau clinique et fournissent à la fois un aperçu et des preuves supplémentaires que les nutriments d'origine végétale et en particulier les polyphénols de l'artichaut peuvent représenter une alternative pertinente dans les stratégies de prise en charge nutritionnelle des altérations chroniques des tissus.

Ces résultats scientifiques ont été obtenus dans le cadre d’une collaboration entre la société EVEAR, le CHU de Rouen, le CIC de Clermont-Ferrand, Clinic’n’Cell SAS (Start-up issue d'INRAE) et Yohann Wittrant (concours Scientifique INRAE).

Référence : Nutrients . 2021 Jul 30;13(8):2653. doi: 10.3390/nu13082653.

Yohann Wittrant Chargé de recherchesUNH

Le centre

Le département

Offres d'emploi

Des concours sont ouverts !

Inscriptions jusqu'au 24 août

Accéder aux concours

En savoir plus

Alimentation, santé globale

Pour limiter le risque de cancer colorectal, doit-on vraiment consommer moins de viande rouge et de charcuterie ?

Un article publié le 1er octobre 2019 dans la très respectée revue Annals of Internal Medicine (AIM) a fait couler beaucoup d’encre. Et pour cause : rédigé par une vingtaine de chercheurs, l’article encourage les consommateurs de viandes rouges et charcuteries à continuer à en consommer comme à leur habitude.Une recommandation surprenante en l’état actuel des connaissances sur les risques associés à une consommation excessive de ces aliments : le Centre international de recherche sur le Cancer (CIRC) estime notamment qu’en limitant la consommation de viandes rouges et de charcuteries, environ 6 000 cancers colorectaux pourraient être évités chaque année rien qu’en France.L’article d’AIM a suscité de nombreuses réactions d’instances de santé publique internationales, telles que l’École de santé publique de Harvard ou le World Cancer Research Fund International, et d’experts américains ou australiens. Tous ont dénoncé les nombreux biais et limites de la démarche suivie par ses auteurs. En outre, peu de temps après la publication, des liens d’intérêt avec l’industrie agro-alimentaire non déclarés ont été pointés par le New York Times et par Le Monde.Alors, qui croire ? Peut-on vraiment continuer à consommer à l’envi viande rouge et charcuterie ?

03 avril 2020