Agroécologie 3 min

Nataïs, leader européen du popcorn, signe un accord avec INRAE, l'Université Paul Sabatier, Agro d'Oc et STMS pour engager cette filière au coeur de la transition écologique

COMMUNIQUE DE PRESSE - A Bézéril, le Consortium créé en 2018 vient de conclure un accord afin de construire et déployer sur 6 ans le projet Naturellement Popcorn qui vise à développer une filière popcorn de qualité, haut de gamme et tracée valorisant chaque maillon. Ce projet, doté d’un budget total de 7,5 millions d’euros, est financé à hauteur de 4,4 millions d’euros par le Programme d’investissements d’Avenir, piloté par le Secrétariat général pour l’investissement (SGPI) et opéré par Bpifrance. Ce programme permettra de développer un outil de mesure unique pour le calcul du stockage de carbone dans les sols réalisé par les producteurs grâce aux cultures intermédiaires. L’objectif étant de rémunérer les producteurs, pour la première fois, pour leur impact positif sur l’environnement et le climat.

Publié le 10 février 2020

illustration Nataïs, leader européen du popcorn, signe un accord avec INRAE, l'Université Paul Sabatier, Agro d'Oc et STMS pour engager cette filière au coeur de la transition écologique
© Nataïs


 L'agriculteur au coeur de la transition écologique

Le partenariat entre Nataïs et ses producteurs de maïs à popcorn du Sud-Ouest est un élément clé de différenciation sur le marché européen. La société encourage et valorise depuis sa création la pratique d’une agriculture régénératrice. C’est donc naturellement qu’elle s’est tournée vers INRAE (unité mixte de recherche AGroécologie, Innovations, teRritoires (AGIR) et le Centre d'Etudes Spatiales de la BIOsphère (CESBIO1)), l’Université Paul Sabatier (aussi tutelle du CESBIO) et AGRO D’OC pour développer des solutions techniques afin d’établir un indicateur objectif pour le consommateur, les institutions et les producteurs permettant de valoriser le service rendu par l’agriculteur à l’environnement.

Ce projet est divisé en quatre étapes qui visent le développement d’un indicateur Bilan Carbone basé sur la différence entre le CO2 capté par la photosynthèse des plantes et celui perdu sur les parcelles via la respiration des plantes ou la décomposition de la matière organique du sol. Le succès du projet mise sur la rémunération supplémentaire pour l’agriculteur à travers une prime carbone pour l’instant fixée autour de 75€/tonne de carbone fixé durablement dans le sol.

Une agriculture innovante, de précision basée sur des principes fondamentaux

L’utilisation des sols est un enjeu sociétal majeur. En effet, nous avons tous compris que l’enjeu climatique ainsi que l’excellence de nos récoltes dépendent de la qualité de nos sols. Les principes fondamentaux de l’agroécologie visent à mettre en oeuvre des voies alternatives pour construire l’agriculture de demain. Une des pistes de cette étude consiste à valoriser l’implantation de cultures intermédiaires, le travail simplifié des sols associé aux nouvelles technologies : modélisation, télédétection, Intelligence Artificielle, survol de parcelles par drones… pour lutter plus efficacement et plus durablement contre les bio agresseurs.

« INRAE s’inscrit dans cette démarche de transition agroécologique via ses travaux sur l’agriculture de conservation, le travail simplifié du sol et les services écosystémiques rendus par les cultures intermédiaires en vue d’améliorer les propriétés et la biodiversité du sol, de séquestrer du carbone et d’atténuer le changement climatique. Dans ce projet, nous allons explorer et adapter les pratiques culturales agroécologiques à la problématique du maïs popcorn. », déclare Célia Seassau maître de conférences à l’INP-PURPAN, responsable scientifique du projet pour l’unité mixte de recherche INRAE AGroécologie, Innovations, teRritoires.

Eric Ceschia, directeur de recherche INRAE au CESBIO ajoute : « L’indicateur Bilan Carbone sera calculé à l’aide d’un modèle agronomique d’un nouveau genre, reproduisant fidèlement le développement des maïs popcorn et des cultures intermédiaires en le contraignant à reproduire ce que « voient » les satellites d’observation de la terre (Sentinel) du développement de la végétation. Cette méthodologie sera testée sur 50 exploitations pilotes avant sa mise en oeuvre sur l’ensemble du réseau de producteurs. ».

« La lutte contre l’érosion et l’amélioration de la fertilité des sols est un enjeu central pour les agriculteurs du Sud-Ouest. Dans cette optique, ce projet vise à permettre à nos adhérents de toucher une juste rémunération pour leurs pratiques culturales positives qui stockent du Carbone dans les sols. L’enjeu final est donc d’allier vers la performance technique et économique de l’agriculture avec son impact positif sur l’environnement. » indique Sylvain Hypolite, Responsable recherche et développement chez AGRO D’OC.

Un consommateur connecté à l'origine du produit

Pour finir de dessiner ce cercle vertueux la société STMS intègre le Consortium afin de partager son expertise sur les aspects digitaux du projet, notamment pour accompagner la mise en place de la technologie blockchain de SAP. La qualité, l’origine et le mode de production sont des éléments essentiels pour les consommateurs européens. La transparence sur la chaine d’approvisionnement et de transformation ainsi que sur le type d’agriculture pratiquée redonne de la confiance au consommateur et le reconnectent avec l’origine du produit. La technologie blockchain permet d’apporter du sens au produit ainsi que de le rendre plus humain.

« La blockchain est dans son rôle central de tiers de confiance digital. Elle connecte tous les acteurs : l’agriculteur, la production et la qualité Nataïs, le distributeur, et le consommateur. Ce dernier peut ainsi accéder en toute confiance à toutes les informations du produit qu’il consomme. Nataïs crée ainsi un lien direct avec ses clients finaux. » explique Xavier Ayral, Directeur associé de STMS.

Ajouter de la valeur à travers l'innovation pour renforcer le positionnement de leader européen

Une filière innovante, référente sur son marché et transparente, un popcorn haut de gamme, responsable, à base d’ingrédients d’origine naturel et gourmand, un modèle local d’agriculture familiale ouvert à l’international. Ce sont les éléments clé de différenciation pour Nataïs qui amènent de la valeur ajoutée à l’entreprise et à ses clients en France et à l’export (chaines de supermarchés, industriels du snack, cinémas).

« Le projet Naturellement Popcorn est la vitrine des valeurs fondatrices de Nataïs. Il exprime notre passion pour l’agriculture, le terroir, l’innovation et le popcorn de qualité. Il s’intègre dans notre démarche stratégique dont l’objectif est de maintenir notre position de leader sur le marché, construire l’agriculture du futur ainsi que rassembler monde agricole, consommateurs et industrie agroalimentaire. » indique Michael Ehmann, Président-fondateur de Nataïs.

Deux unités INRAE sont impliquées dans le projet Naturellement Pop-corn :

  • L’Unité mixte de recherche AGroécologie, Innovations, teRritoires (AGIR, INRAE/INP Toulouse) est organisée en 3 équipes de recherche et une équipe d'appui à la recherche. Deux équipes de recherche ont une problématique portant sur le développement d'agroécosystèmes à visée agroécologique : conception et évaluation de systèmes de culture pour une production agroécologique, production de connaissances et d’outils pour la gestion des ressources naturelles (eau, prairie…) valorisées par l'agriculture. La troisième étudie et accompagne les formes d'organisation et les innovations à l'oeuvre dans les filières agricoles et les territoires en lien avec la transition agroécologique de l'agriculture
  • Le CESBIO est une unité mixte de recherche entre le CNRS, le CNES, l’IRD, INRAE et l’Université Paul Sabatier qui fait aussi partie de l’Observatoire Midi Pyrénées : https://www.cesbio.cnrs.fr. Il a pour vocation de développer les connaissances sur le fonctionnement et la dynamique de la Biosphère continentale à différentes échelles spatiales et temporelles. A l’intersection de plusieurs domaines dont la physique et les sciences de la vie (en particulier l’écologie), le CESBIO constitue un point d’articulation entre le spatial et l’étude de l’environnement.

A propos de Nataïs :

Depuis Bézéril, petit village du Gers dans le Sud-Ouest de la France, Nataïs est le leader européen de la fabrication et du conditionnement du popcorn. En 2018, son chiffre d’affaires s’élève à 50,7 millions d’euros. Nataïs regroupe 130 salariés et 280 agriculteurs partenaires. L’entreprise exporte ses produits dans plus de 50 pays et 90% de son chiffre d'affaires est réalisé à l’étranger. Son activité représente 35% du marché européen du popcorn. Nataïs c’est aussi 55.000 tonnes de maïs récoltés par an et 7 200 hectares cultivés avec soin. Pour plus d'informations : http://www.popcorn.fr/

A propos d'AGRO D'OC :

AGRO D’OC est une coopérative de conseil organisée autour de la dynamique des C.E.T.A. (Centres d’études techniques agricoles). Ses 1150 adhérents sont répartis sur le grand Sud-Ouest autour de valeurs communes fortes : performance économique et environnementale, échanges entre agriculteurs, formation, indépendance financière. L’amélioration de la fertilité des sols est une thématique historique et centrale de notre fonctionnement, l’utilisation d’outils modernes tels que le numérique et l’imagerie satellite permet d’avancer plus vite encore sur ce sujet.

A propos de Bpifrance :

Bpifrance finance les entreprises – à chaque étape de leur développement – en crédit, en garantie et en fonds propres. Bpifrance les accompagne dans leurs projets d’innovation et à l’international. Bpifrance assure aussi leur activité export à travers une large gamme de produits. Conseil, université, mise en réseau et programme d’accélération à destination des startups, des PME et des ETI font également partie de l’offre proposée aux entrepreneurs. Grâce à Bpifrance et ses 48 implantations régionales, les entrepreneurs bénéficient d’un interlocuteur proche, unique et efficace pour les accompagner à faire face à leurs défis.

Plus d’information sur : www.bpifrance.fr/presse.bpifrance.fr

Suivez-nous sur Twitter : @Bpifrance - @BpifrancePresse

A propos du Programme d'investissement d'avenir :

Doté de 57 milliards d’euros, le Programme d’investissements d’avenir (PIA), piloté par le Secrétariat général pour l’investissement (SGPI), a été mis en place par l’État pour financer des investissements innovants et prometteurs sur le territoire, afin de permettre à la France d’augmenter son potentiel de croissance et d’emplois. Depuis le lancement du PIA, l’Etat a ainsi co-financé plus de 6 000 projets pour préparer l’avenir. Une partie de ce programme d’investissements d’avenir, dotée de 10 milliards d’euros, s’inscrit dans le Grand Plan d’Investissement (GPI) de 57 milliards d’euros nouvellement engagé par le Gouvernement en 2017 et mené tout au long du quinquennat, afin d’accompagner les réformes structurelles et répondre à quatre défis majeurs de la France : la neutralité carbone, l’accès à l’emploi, la compétitivité par l’innovation et l’État numérique.

Plus d’information sur le site du SGPI

Suivez-nous sur Twitter : @SGPI_avenir

A propos de STMS :

Fondée en 2007, basée à Toulouse et Paris, STMS accompagne ses clients dans l’innovation, l’intégration et la transformation sur l’ERP SAP et sa plateforme Cloud.

Notre équipe de 70 consultants, par son expérience et son excellence opérationnelle, propose des services adaptés aux demandes de nos clients, en s’appuyant sur des savoir-faire à forte valeur ajoutée. Cet accompagnement est basé depuis le conseil à l’innovation, l’accompagnement sur les enjeux métiers jusqu’à la mise en oeuvre fonctionnelle et technique des solutions.

Plus d’informations sur www.stms.fr

 

CP - Accord Natais Naturellement PopCornpdf - 205.03 KB

Service presse INRAE

Anna Beauchamps Contact Presse Nataïs

Sylvain Hypolite Contact Presse AGRO D'OC

Laure Schlagdenhauffen Contact Presse Bpifrance

Lucas Tourny Contact Presse Programme d’investissement d’avenir

Xavier Ayral Contact Presse STMS

Contacts scientifiques

Cécila Seassau Agroécologie, Innovations, Territoires (AGIR)

Eric Ceshia Centre d'Etudes Spatiales de la Biosphère (CESBIO)

Le centre

Les départements

AGROENV
ECO-FA
TERRA

En savoir plus

Agroécologie

Agriculture de conservation

Le terme d’ « agriculture de conservation » a été créé par la FAO en 2001 lors du « First World Congress on Conservation Agriculture », à Madrid. Que cherche-t-’on à conserver ? Essentiellement la fertilité des sols agricoles, en les préservant contre les processus de dégradation qui peuvent les affecter, en particulier en luttant contre l’érosion.

18 décembre 2019

Alimentation, santé globale

Un vaccin contre la toxoplasmose pour les singes Saïmiris

Les Saïmiris, petits singes d’Amérique du Sud, sont particulièrement sensibles à la toxoplasmose, une infection parasitaire due au protozoaire Toxoplasma gondii. Une campagne de vaccination de Saïmiris a débuté en septembre 2017 dans cinq parcs zoologiques français. Le vaccin contre T. gondii a été développé par l’équipe BioMédicaments Anti Parasitaires (BioMAP) de l'unité mixte de recherche Infectiologie et santé publique (UMR ISP, Inra-Université de Tours), en collaboration avec la société Vaxinano.

19 décembre 2019

Changement climatique et risques

La puissance des avalanches

Avec des valeurs pouvant atteindre 100 tonnes par m2 – soit le poids d’environ 20 éléphants sur une surface de 1 m2, la pression des avalanches constitue une donnée centrale pour appréhender le risque. À Irstea, les travaux visent à évaluer toujours mieux cette pression qui s’exerce sur les obstacles. À la clé : une meilleure anticipation du risque et une meilleure protection.

17 décembre 2019