Agroécologie 2 min

1er millésime certifié bio pour le domaine Château Couhins

COMMUNIQUE DE PRESSE - Le vignoble de Château Couhins, grand cru classé de Graves et propriété d’INRAE depuis 1968, met en vente son 1er millésime certifié bio. Vignoble de production et de commercialisation, Couhins est aussi un terrain d’expérimentation privilégié pour les chercheurs et techniciens d’INRAE, et permet des échanges réguliers avec les viticulteurs de la région bordelaise et au-delà. Il se positionne ainsi comme un lieu clé pour concevoir des systèmes viticoles agroécologiques et performants, capables de donner des vins de très grande qualité.

Publié le 18 septembre 2023

illustration 1er millésime certifié bio pour le domaine Château Couhins
© INRAE - Bertrand NICOLAS

Après l’étape de conversion, Château Couhins met en bouteille son premier millésime certifié agriculture biologique de Château Couhins blanc qui sera mis en vente en octobre 2023. Depuis 1999, le domaine de Couhins est engagé dans une démarche de développement d’une viticulture durable pour limiter au maximum son impact environnemental. Parfaitement intégré dans la région, le domaine constitue depuis des dizaines d’années un terrain d’expérimentation pour les chercheurs INRAE. Château Couhins est aussi une véritable exploitation viticole qui commercialise sa production. Longtemps réservés aux agents INRAE, ses vins sont également proposés à la vente en-dehors de l’institut depuis 2008, sur les marchés français et internationaux. En 2019, le domaine se lance dans la démarche officielle pour la certification en agriculture biologique et commercialise cette année son premier millésime bio. L’exploitation va au-delà en mettant en place des pratiques agroécologiques innovantes, toujours en lien avec les scientifiques INRAE et dans le but de partager les résultats avec les autres exploitations viticoles.

En 2022, INRAE a lancé une thèse[1] pour caractériser ce qu’est l’agroécologie en viticulture et enrichir les démarches de conception d’un système viticole agroécologique. Château Couhins est le terrain privilégié de l’étude pour travailler cette conception agroécologique en exploitation viticole. Des viticulteurs de la région sont également associés au projet pour transiter, aux côtés des chercheurs, vers plus d’agroécologie en tenant compte du cadre, des contraintes et des enjeux économiques des exploitations. 3 axes principaux sont envisagés : l’agroforesterie et la mise en place de haies pour favoriser la biodiversité et la régulation des ravageurs, l’intervention d’animaux dans les parcelles comme des poules ou des moutons, l’entretien de la santé et de la biodiversité du sol. Parallèlement, un travail d’enquête est mené dans plusieurs régions de France pour comprendre les logiques des viticulteurs derrière la mise en place de pratiques agroécologiques en viticulture et les conséquences de l’introduction de ces pratiques sur l’ensemble de l’exploitation. Les premiers résultats sont attendus pour 2025.

Château Couhins en chiffres

  • Propriété d’INRAE depuis 1968
  • 30 hectares de vignes (20 ha vin rouge/10 ha vin blanc)
  • Production annuelle moyenne de 110 000 bouteilles de rouges et 60 000 bouteilles de blanc
  • Niveau de production de 37 hL/ha (pour un maximum autorisé de 54 hL/ha)
  • Répartition du chiffre d’affaire : 40 % des ventes au personnel INRAE, 50 % ventes aux négociants de Bordeaux et 10 % des ventes aux professionnels de la restauration et issues des activités touristiques du domaine
  • Commercialisation du premier millésime certifié AB (agriculture biologique) en octobre 2023

 


[1] Thèse financée par le projet PPR VITAE et par INRAE directement

En savoir plus

Agroécologie

Cultiver la vigne sans pesticides : lancement du projet VITAE

COMMUNIQUE DE PRESSE - Le projet VITAE est l’un des 10 lauréats de l’appel à projets de l’ANR présentés le 23 septembre 2020 dans le cadre du programme prioritaire de recherche «Cultiver et protéger autrement». Doté de 3 millions d'euros sur 6 ans, VITAE est un projet interdisciplinaire qui aborde des fronts de science peu explorés jusqu’ici tout en questionnant l’ampleur des changements sociaux nécessaires pour favoriser cette rupture agroécologique. Coordonné par INRAE, il présente la particularité d’être centré sur une seule filière afin de garantir la pertinence de recherches interdisciplinaires tout en couvrant l’ensemble des régions viticoles françaises. Pour la première fois, il va permettre de fédérer la communauté nationale de recherche sur cette thématique de la sortie des pesticides dans le secteur de la vigne et du vin. VITAE est fondé sur la production de nouvelles connaissances et leur transfert notamment via la formation et la proximité avec les acteurs concernés. VITAE intègre également un travail de prospective pour proposer des scénarios de sortie des pesticides à l’échelle des filières et des territoires.

25 septembre 2020

Changement climatique et risques

LACCAVE : 10 ans de recherche en partenariat pour l’adaptation de la viticulture au changement climatique

COMMUNIQUÉ DE PRESSE - Après 10 ans de travaux sur l’adaptation de la viticulture au changement climatique, le projet LACCAVE s’est achevé fin 2021. Rassemblant depuis 2012 une centaine de chercheurs pour étudier les conditions de l’adaptation au changement climatique dans le secteur de la vigne et du vin, ce projet a été financé et coordonné par INRAE, et mené en partenariat avec le CNRS, des universités, l’institut Agro et Bordeaux Sciences Agro, ainsi que les principales organisations de la filière, l’INAO, FranceAgriMer, les chambres d’Agriculture, l’IFV, les interprofessions et syndicats d’appellation. Le projet a été clôturé à Montpellier par un séminaire scientifique (24-26 novembre) puis une série de conférences et d’ateliers participatifs au salon professionnel du SITEVI (30 novembre-2 décembre). Les conclusions des chercheurs réunis le soulignent : les impacts du bouleversement climatique sur les vignobles s’accentuent, mais des solutions pour l’adaptation sont possibles si l’augmentation de la température moyenne est contenue à moins de 2 °C et si la mobilisation conjointe des acteurs de la filière, des pouvoirs publics et de la recherche se poursuit.

07 décembre 2021

Agroécologie

Les vignes font de la résistance durable

Des vignes qui résistent naturellement aux maladies et permettent une diminution importante de traitements antifongiques pour des vins de qualité ; tel est le défi qu’a relevé le collectif « Vignes résistantes ». Des femmes et des hommes mus par leurs convictions, dont les travaux ont abouti à l’inscription au Catalogue officiel des espèces et variétés de plantes cultivées en France de 9 variétés de vignes résistantes au mildiou et à l’oïdium. Une innovation majeure au bénéfice de l’environnement, la santé, l’économie et un levier pour les politiques publiques que récompense le Laurier collectif Impact de la recherche 2022 d’INRAE.

29 novembre 2022