2 min

Coronavirus COVID-19 : préparation de la reprise d’activité à INRAE

A la suite de l’annonce du Président de la République, INRAE entre dans une phase de préparation de la sortie progressive du confinement prévue le 11 mai. L’institut est mobilisé pour préparer la reprise du travail dans les meilleures conditions de sécurité pour chacune et chacun tout en s’ajustant en temps réel aux informations communiquées par le gouvernement et les autorités sanitaires. La reprise se fera en deux étapes.

Publié le 24 avril 2020

illustration Coronavirus COVID-19 : préparation de la reprise d’activité à INRAE
© INRAE

La direction générale travaille actuellement avec chaque président de centre et direction des services d'appui, DSA à l’adaptation du niveau D des plans de continuité d’activité (plan national et plans locaux) en incluant dès aujourd’hui une phase de préparation à la reprise, ainsi qu’au niveau E qui est celui de la reprise d’activité en contexte épidémique.

Ils encadreront la reprise du travail dans les meilleures conditions de sécurité pour chacune et chacun. Les situations individuelles de fragilité ou de difficultés d’organisation personnelle ou familiale seront bien sûr prises en compte.

Il y aura une reprise en deux étapes :

  • les jours suivants le 11 mai seront mis à profit pour permettre le redémarrage effectif des sites, la désinfection et l’adaptation des locaux le cas échéant dans le cadre d’une préouverture ;
  • les centres ouvriront leurs portes aux agents dans des conditions adaptées dès le 14 mai. En cas d’impossibilité, le président de centre pourra retarder cette ouverture de quelques jours.
    Les principes généraux ont été transmis aux centres qui vous les diffuseront très rapidement. Ils seront également présentés le 24 avril et le 6 mai en CCHSCT sur le plan national, et parallèlement en CHSCT dans les centres.

La direction de l’institut est par ailleurs heureuse de vous informer que suite à nos demandes, Frédérique Vidal, la Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation vient d’annoncer que les contrats doctoraux et post-doctoraux pourront être prolongés jusqu’à un an lorsque cela est nécessaire et sera soutenue financièrement par l’Etat. De la même manière, les chercheurs, ingénieurs, techniciens en CDD pourront voir leur contrat prolongé dans le cadre de projets financés par l’Etat.

Agents INRAE : plus d'information

Les gestes barrière

Direction générale INRAE

En savoir plus

Coronavirus : le dispositif de crise INRAE face à l'épidémie Covid-19 est en application

Comme tous les établissements, INRAE s'organise face à la progression de l'épidémie de Covid-19 causée par un coronavirus. Une cellule de crise mise en place depuis début mars, a préparé la continuité de service de l’institut. Une information régulière est assurée auprès des personnels. Les consignes de distanciation sociales, avec un recours généralisé au télétravail chaque fois qu’il est possible, sont appliquées dans l’ensemble de nos centres pour toutes les activités qui ne sont pas essentielles. INRAE prépare désormais la reprise d'activité.

24 avril 2020

Alimentation, santé globale

Influenza, coronavirus et autres : quand les virus d’origine animale contaminent l’homme

Depuis des siècles les maladies virales affectent le genre humain. Qu’ils infectent l’homme directement ou après avoir transité par des animaux domestiques, ces agents infectieux sont au cœur des recherches d’INRAE. Grippe aviaire, fièvre du Nil occidental ou encore hépatite E sont quelques-unes des maladies (et des agents) auxquelles se consacrent les scientifiques de l’Institut dans une approche intégrée où santé de l’homme, de l’animal et de l’environnement ne font plus qu’un.

20 février 2020

Alimentation, santé globale

Face aux maladies émergentes : repenser la veille sanitaire mondiale - INRAE participe au projet international MOOD coordonné par le CIRAD

COMMUNIQUE DE PRESSE - La maladie X est-elle déjà là ? L’arrivée du COVID-19 impose-t-elle de repenser nos systèmes de veille sanitaire ? C’est ce que font des chercheurs européens et nord-américains, dans le cadre du projet MOOD qui a débuté en janvier 2020, autour d’une question phare : comment identifier précocement les nouveaux signaux épidémiques ? Expert des maladies émergentes, dont la plupart ont une origine animale, le Cirad coordonne ce projet réunissant 25 instituts de recherche* et agences de santé publique, dont 4 autres organismes français : l’Anses, INRAE, l’Inserm, et l’Université de Montpellier.

19 mars 2020