Biodiversité 2 min

La recette génétique des champignons décomposeurs pour s’adapter au changement climatique

COMMUNIQUÉ DE PRESSE - Les mycènes sont un genre de champignons décomposeurs très communs dans les forêts. Un consortium international de recherche, dont font partie des scientifiques d’INRAE et de l’Université de Lorraine, de l’université d’Oslo et du Joint Genome Institute aux États-Unis, a découvert que les mycènes possèdent des génomes gigantesques leur permettant de s’adapter à une multitude de modes de vie et d’environnements jusque dans la zone arctique. Leurs résultats, publiés dans Cell Genomics, suggèrent que de très gros génomes codant de larges familles de gènes favorisent l'adaptabilité écologique de ces champignons décomposeurs, un atout dans le contexte de l’accélération des changements globaux.

Publié le 28 juin 2024

illustration La recette génétique des champignons décomposeurs pour s’adapter au changement climatique
© INRAE - Francis Martin

Présents sur tous les continents et comprenant plus de 400 espèces, les champignons décomposeurs du genre des mycènes1 sont capables de s’adapter à des environnements très variés. Ils jouent un rôle écologique crucial en tant que décomposeurs de litière (débris de matières organiques à la surface sur sol) dans les forêts, les pelouses et les prairies. Bien qu’historiquement considérés comme purement décomposeurs, certaines espèces sont capables de coloniser les racines des plantes, se comportant comme des champignons endophytes2, parasites ou symbiotiques, ce qui montre la polyvalence de ces champignons qui peuvent adopter plusieurs modes de vie. Mais les mécanismes génétiques qui déterminent ces surprenantes capacités d’adaptation sont mal connus. Dans le contexte actuel de réduction des habitats naturels, de diminution des forêts anciennes, d'augmentation des plantations monospécifiques et de changement climatique, les mycènes pourraient bien détenir la recette génétique et écologique nécessaire pour survivre dans ce monde en rapide évolution. Les scientifiques se sont intéressés à leurs génomes afin de comprendre comment ils ont évolué et se sont étendus au cours du temps.

L’équipe internationale a séquencé les génomes de 24 espèces de mycènes parmi lesquelles 6 types de décomposeurs : généralistes de tout type de litière, généralistes du bois, généralistes de litière de prairie, décomposeurs de bois de feuillus, de litière de feuillus et décomposeurs de litières de conifères. Les scientifiques ont également inclus 3 espèces de la zone arctique. Les analyses montrent que les génomes des mycènes présentent des expansions massives des familles de gènes impliqués dans la dégradation de la matière organique des sols et dans la colonisation des racines des plantes. Cette expansion s’explique par l’intégration et la conservation, au cours de l’évolution, de plusieurs centaines de gènes provenant d’autres champignons, malgré le coût associé, en termes de ressources et d’énergie, à la réplication d'un grand génome. Plus surprenant, les espèces de mycènes provenant de la zone arctique ont des génomes 2 à 8 fois plus gros que celles vivant en zone tempérées. Cette évolution est similaire à celle observée chez des plantes arctiques. Ces caractéristiques génomiques suggèrent que de très gros génomes codant de larges familles de gènes favorisent l'adaptabilité écologique de ces champignons décomposeurs. Ils peuvent ainsi adopter de multiples modes de vie et s’adapter à des environnements très différents. Cela est particulièrement avantageux dans des environnements extrêmes comme l'Arctique.

 

[1] Les champignons du genre Mycena sont des basidiomycètes, qui appartiennent à la famille des agaricales.

[2] Organismes qui peuvent vivre et se reproduire dans les espaces intercellulaires et/ou dans certaines cellules d’une plante.

Référence

Harder C.B., Miyauchi S. et al. (2024). Extreme overall mushroom genome expansion in Mycena s.s. irrespective of plant hosts or substrate specializations. Cell Genomics DOI : https://doi.org/10.1016/j.xgen.2024.100586

 

En savoir plus

Agroécologie

Les plantes font de la résistance

À INRAE d’Angers-Nantes, des chercheurs de l’IRHS étudient les mécanismes de résistance des plantes aux maladies, en particulier la tavelure du pommier. Dans le cadre d’un projet régional « Road Movie », un film d'animation a été réalisé pour expliquer la stratégie d'identification de gènes à résistance durable. À découvrir.

16 mars 2020

Biodiversité

L'odyssée des champignons

PARUTION - Les auteurs retracent la fabuleuse odyssée des champignons ainsi que les découvertes scientifiques les plus récentes. Cet ouvrage séduira le simple cueilleur de champignons comme le mycologue averti.

18 décembre 2019

Agroécologie

Le génome du petit pois assemblé pour la première fois

COMMUNIQUE DE PRESSE - Une équipe internationale composée notamment de chercheurs de l’Inra et du CEA, est parvenue à former la première séquence du génome du pois. Outre une meilleure connaissance du génome de cette plante par comparaison avec celui d’autres légumineuses, l’étude publiée le 2 septembre 2019 dans Nature Genetics va permettre d’améliorer les caractères d’intérêt chez le pois, comme la résistance aux maladies, la régularité du rendement ou la valeur nutritionnelle.

10 décembre 2019