Biodiversité 2 min

Nouveau projet BrasExplor : explorer la diversité génétique des Brassica présents sur le pourtour méditérranéen

Le projet BrasExplor sur l’identification de la variabilité génétique des navets et choux présents sur le pourtour méditerranéen a été retenu par l’Agence Nationale de la Recherche dans le cadre de l’appel à projets Prima. D’une durée de 3 ans, il est coordonné par Anne-Marie Chèvre, directrice de recherches INRAE à l’Unité Mixte de Recherche « Institut de génétique, environnement et protection des plantes ».

Publié le 18 février 2020

illustration Nouveau projet BrasExplor : explorer la diversité génétique des Brassica présents sur le pourtour méditérranéen
© MathiasKarner_stock.adobe_.com_.jpg

Les navets et les choux, qui représentent une part importante de la production légumière mondiale, sont originaires du pourtour méditerranéen. Du nord de l’Europe à la zone subsaharienne, populations sauvages et variétés fermières sont présentes dans des environnements très contrastés en terme de climat et de nature de sol. Explorer cette diversité peut apporter des réponses d’ordre génétique à l’agriculture du bassin méditerranéen dont le développement durable est mis à rude épreuve par le changement climatique.

Utiliser et gérer la biodiversité pour des systèmes agricoles durables
Les objectifs du projet BrasExplor sont de collecter et d’analyser cette diversité pour identifier les déterminants génétiques clés qui permettent aux Brassica de s’adapter à des conditions climatiques sub-optimales. Pour les variétés locales, les échanges avec les agriculteurs permettront de préciser le système de culture le plus approprié et de développer un marché de niche. A partir de 100 populations identifiées, chaque population de choux (Brassica oleracea) et de navets/navettes (Brassica rapa) sera séquencée afin de rechercher les liens entre le polymorphisme nucléotidique, les variables environnementales ou la nature et le microbiome du sol. Ces données génétiques pourront être exploitées pour préciser la structure des populations, le lien entre formes domestiques et sauvages, l’impact des pratiques agricoles et des contraintes environnementales. Elles seront complétées par des données de caractérisation physiologique. Ces travaux permettront de conserver la diversité génétique des Brassica in situ et ex situ grâce à des méthodes culturales adaptées afin de développer des populations fermières et produire de nouvelles populations.

Ce projet associe 12 partenaires académiques et privés, issus de 7 pays du bassin méditerranéen. Il est financé par le programme Prima sur 3 ans à hauteur de 864 897€.

Prima, pour Partnership on research and innovation in the mediterranean area, est un programme pour la recherche et l’innovation sur la gestion de l’eau, les systèmes agricoles et la chaîne de valeur agro-alimentaire.
 

Service communication

Contact scientifique

Anne-Marie Chèvre UMR Institut de génétique, environnement et protection des plantes

Le centre

Le département

En savoir plus

Biodiversité

Parution ouvrage Quae - Oiseaux sentinelles de la nature

COMMUNIQUE DE PRESSE - Creuser le bois avec sa tête sans faire une syncope comme le pic, ne pas mourir de soif en mer comme l’albatros ou dormir en volant tel le martinet… Mais comment font-ils ? Dans ce beau livre, remarquablement illustré, Frédéric Archaux, ingénieur-chercheur au centre Irstea de Nogent-sur-Vernisson, nous invite à découvrir la biologie des oiseaux et leur incroyable adaptation aux contraintes de l'environnement à travers les différents milieux dans lesquels ils vivent. Un ouvrage s'adresse à tous les amoureux des oiseaux, sensibles aux beautés et secrets de ces irremplaçables sentinelles de la nature.

20 décembre 2019

Agroécologie

Une bactérie du sol championne de l’évolution rapide

COMMUNIQUE DE PRESSE - La compréhension des mécanismes d’évolution génétique pourrait permettre de mieux comprendre la capacité d’adaptation et d’interaction des bactéries à leur environnement. Des chercheurs de l’Inra et de l’Université de Lorraine ont mis en évidence une vitesse d’évolution insoupçonnée chez des bactéries présentes autour des racines (rhizosphère), les Streptomyces. Cette particularité permettrait aux individus de bénéficier de nombreux gènes supplémentaires, en combinant différents gènes d’intérêt. Cet enrichissement génétique promeut une coopération au sein de la population afin d’assurer sa cohésion. Ces travaux sont publiés le 3 septembre 2019 dans la revue mBio.

10 décembre 2019