Agroécologie 3 min

INRAE et planet A® s’associent pour créer le premier indicateur mondial d’évolution du stock de carbone dans les sols agricoles

COMMUNIQUE DE PRESSE - Basés sur les recherches d’une équipe d’INRAE, les premiers résultats observés à l’échelle nationale seront dévoilés courant 2021. L’indicateur SOCCROP devrait être ensuite mis à disposition des acteurs du monde agricole au début de l’année 2022.

Publié le 09 avril 2021 (mis à jour : 16 avril 2021)

illustration INRAE et planet A® s’associent pour créer le premier indicateur mondial d’évolution du stock de carbone dans les sols agricoles
© INRAE

Les terres agricoles occupent près de 38 % des terres émergées du globe. Souvent accusées d’être sources d’émission de gaz à effet de serre, leur utilisation raisonnée et le recours à des pratiques agricoles vertueuses peuvent néanmoins contribuer à lutter contre le changement climatique grâce au stockage de carbone. L’Institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement (INRAE), représenté par son vice-président à l’international Jean-François Soussana, et l’association planet A®, sous l’impulsion de son président du conseil scientifique Jean-Pierre Rennaud, s’engagent dans un partenariat pour développer un indicateur permettant de mesurer l’évolution des stocks de carbone dans les sols agricoles. Baptisé SOCCROP, il devrait être mis à disposition du monde agricole dans sa première version début 2022.

Un partenariat dans la lignée du forum planet A® de 2019

Annoncé à l’issue du forum planet A® de 2019, qui avait pour thème « Terre, matière, planète : la qualité des sols pour la santé du vivant », ce partenariat s’inscrit dans la continuité des travaux de l’initiative « 4 pour 1000 »[1]. L’association planet A®, créée en 2017 comme un véritable « hub » croisant disciplines et perspectives économiques, démographiques, sociétales et environnementales, place l’agriculture au cœur des solutions collectives. La collaboration avec INRAE, dont le vice-président à l’international est également membre du conseil scientifique et technique du « 4 pour 1000 », illustre la volonté de planet A® de faire émerger des solutions concrètes pour le monde agricole, proposées par des organismes de recherche de premier plan, experts non seulement des sciences de l’agriculture et de l’alimentation mais également à la pointe de la recherche en matière d’environnement.

« Ce projet apportera une avancée dans la compréhension des dynamiques internationales à l’œuvre dans la gestion des sols cultivés et de leurs stocks de carbone. Il préfigure les travaux qui devraient être conduits à partir de 2022 par le consortium international sur le carbone du sol, qui a été préparé par le projet CIRCASA coordonné par INRAE », Philippe Mauguin, Président directeur général d’INRAE.

« La création de cet indicateur est l’aboutissement d’un engagement fort pris par planet A® lors du 2ème Forum International en 2019 à Châlons-en-Champagne. Il sera le tout premier du genre et permettra de mettre à disposition du monde agricole un réel outil au service de la qualité de leurs sols. Il sera, je suis convaincu, à terme, un outil majeur pour la protection de notre environnement, et ce à l’échelle internationale », Benoist Apparu, maire de Châlons-en-Champagne.

Une équipe INRAE, sous la direction d’Éric Ceschia (Centre d'Études Spatiales de la BIOsphère, CESBIO), a mis en évidence un lien direct entre durée annuelle de couverture végétale des sols cultivés et accumulation de carbone pour les grandes cultures en Europe. C’est sur la base de ces premiers résultats que repose le projet d’indicateur de l’évolution de stockage de carbone dans les sols agricoles.

« Ce partenariat permettra de réaliser pour la première fois un indicateur objectif, à la parcelle et sur l’ensemble du globe, de la quantité de CO2que peuvent absorber ou émettre les parcelles agricoles en fonction des systèmes de production mis en place par les agriculteurs. SOCCROP facilitera l’estimation des bilans de carbone à la parcelle dans une optique de gestion durable des sols et de lutte contre le réchauffement climatique », Jean-François Soussana, vice-président à l’international d’INRAE et membre du conseil scientifique et technique de l’initiative « 4 pour 1000 ».

Un indicateur mondial pour suivre l’évolution des stocks et permettre une gestion durable des sols agricoles

Les variations de la couverture végétale des sols affectent directement le carbone fixé par la végétation et donc par le sol. En effet, la variation du stock de carbone d’une parcelle agricole dépend du bilan des entrées (photosynthèse et fertilisation organique) et des sorties (des récoltes, pâturage, la respiration du sol, lessivage de carbone sous forme organique). Le bilan de carbone du sol peut être modélisé en fonction des apports nets. Cette méthode, utilisable à différentes échelles (parcelle, exploitation, région, globe) doit permettre de suivre la ligne de base du carbone du sol et l’éventuel stockage additionnel.

Le projet d’indicateur comprend deux volets complémentaires. Le premier, reprenant les données de l’étude « 4 pour 1000 », vise à analyser et modéliser la relation entre la durée de couverture du sol et le potentiel de stockage de carbone à l’échelle de la France. Ses résultats donneront lieu à un rapport au cours de l’année 2021.  Le second volet aura pour objectif de quantifier la durée de couverture des sols agricoles par les cultures annuelles ou les couverts végétaux à l’échelle parcellaire et sur l’ensemble des régions du monde. L’étude utilisera les données satellitaires « Sentinel » de l’Agence Spatiale Européenne et les premières analyses seront rendues fin 2022.

Grâce à l’indicateur SOCCROP, on pourra ainsi observer dans quelles régions du monde l’augmentation de la durée de couverture végétale des sols cultivés se développe ou régresse. En complétant cet indicateur par des données sur les pratiques agricoles (fertilisation organique, gestion des résidus de culture…), il sera possible d’obtenir un tableau de bord mondial pour suivre l’évolution des stocks de carbone dans les sols agricoles et comprendre à quel rythme les pratiques compatibles avec l’objectif « 4 pour 1000 » se déploient dans le monde.

 
Un indicateur de stockage de carbone basé sur le calcul des flux nets annuels de CO2 des parcelles agricoles

Pour construire cet indicateur, une cartographie des flux annuels de dioxyde de carbone échangés entre les parcelles et l'atmosphère sera établie à l’échelle de la parcelle en s'appuyant sur des travaux réalisés dans le cadre de précédents projets (CarboEurope-IP, NIVA). Le flux net de CO2 est une des trois variables (avec les amendements organiques et la quantité de carbone exporté à la récolte) qui permet de quantifier des bilans Carbone. Cette étude s’appuiera sur l’analyse des images Satellite Sentinel 2 permettant d'estimer la durée de couverture des sols. Les satellites nouvelle génération Sentinel 2 de l'ESA fournissent en effet des données de couverture globale à haute résolution depuis 2016. L’étude s’attachera ensuite à valider les flux de CO2 estimés par cette approche grâce à un réseau de stations expérimentales (ICOS, FLUXNET...) et en les comparant aux résultats déjà obtenus par modélisation dans le cadre de l'étude "4 pour 1000".

Pour plus de détails, consulter la présentation d'Eric Ceschia lors de la conférence de presse (en pièce jointe).

 



[1] L’initiative « 4 pour 1000 », lancée à l’issue de la COP21 et représentée au conseil scientifique de planet A® par la voix de son secrétaire général Paul Luu, a pour objectif d’augmenter chaque année les stocks mondiaux de matières organiques dans les sols de 4 pour 1000 (ou 0,4 %) afin de compenser par ces stocks une partie des émissions anthropiques mondiales de gaz à effet de serre.

En savoir plus

Agroécologie

Étude de faisabilité de « 4 pour 1000 » en France : préserver et augmenter les stocks de carbone dans le sol

COMMUNIQUE DE PRESSE - À la demande de l’Ademe et du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, l’Inra a conduit une étude sur le potentiel de stockage en carbone des sols français (hors outre-mer) et dévoile les résultats de celle-ci ce 13 juin 2019. Ces travaux se réfèrent aux termes de l’initiative 4 pour 1000, lancée lors de la COP 21 à Paris en 2015 qui consiste à accroître la teneur en carbone organique des sols mondiaux d’au moins 4‰ par an. Ce niveau de stockage équivaut aux émissions actuelles de gaz à effet de serre dans l’atmosphère, mais ne doit pas laisser penser que la réduction des émissions soit devenue facultative. Elle reste même l’objectif principal.

24 décembre 2019

Société et territoires

L'Initiative 4 pour 1000 : les sols pour la sécurité alimentaire et le climat s'étend à l'Outre-Mer

COMMUNIQUE DE PRESSE - Un accord-cadre de quatre ans vient d’être signé entre le Ministère des Outre-Mer, le Cirad, INRAE, l’IRD et le secrétariat de l’initiative « 4 pour 1000 », le 24 février au Salon de l’agriculture à Paris. En accompagnement de la « trajectoire 5.0 » portée par la Ministre, cet accord vise à déployer en outre-mer français l’initiative internationale « 4 pour 1000 : les sols pour la sécurité alimentaire et le climat ».

24 février 2020

Biodiversité

Atténuer les pertes de rendements par le maintien d’une diversité d’adventices

COMMUNIQUE DE PRESSE - Des chercheurs de l’Inra et de la Scuola Superiore Sant’Anna à Pise (Italie) ont démontré que toutes les communautés adventices - la flore spontanée des champs cultivés - ne génèrent pas de perte de rendement, même en situation d’absence de désherbage, et qu’une forte diversité d’adventices est associée à un risque plus faible de perte de rendement. Publiés dans la revue Nature Sustainability, ces résultats ouvrent des perspectives pour une gestion durable des adventices.

19 décembre 2019