Changement climatique et risques 3 min

INRAE organise un atelier scientifique international sur les besoins de recherche et les enjeux mondiaux

INRAE a mené une démarche originale visant à explorer les contributions de la recherche internationale aux Objectifs de Développement Durable (ODD), sur les thématiques des terres et des systèmes alimentaires. Mobilisant une trentaine de chercheurs de haut niveau du monde entier, ces réflexions alimenteront le projet stratégique de l’Institut pour 2030.

Publié le 13 octobre 2020

illustration INRAE organise un atelier scientifique international sur les besoins de recherche et les enjeux mondiaux
© Yann Monel

Réfléchir à long terme et à l’échelle mondiale

La recherche scientifique est interpellée pour contribuer à atteindre d’ici 2030 les Objectifs de développement durable (ODD), approuvés par tous les États en 2015. Les connaissances attendues devront aider à caractériser et à résoudre les grands défis environnementaux et sociaux qui se posent aux humains : changement climatique, désertification, dégradation des terres et des ressources en eau douce, perte de biodiversité, insécurité alimentaire, pauvreté, malnutrition et maladies chroniques, mais aussi maladies infectieuses émergentes et zoonoses dont la COVID 19. Dans son domaine - les terres et les systèmes alimentaires - INRAE orientera sa stratégie pour 2030 de manière à y contribuer.

Actuellement, force est de constater que les cadres économiques et politiques ont tendance à négliger les enjeux à long terme et à l'échelle mondiale et à se concentrer sur les intérêts à court terme aux échelles nationales et locales. Face à la montée en puissance de l’expertise scientifique internationale sur des enjeux comme le changement climatique ou la biodiversité, les attitudes de déni se sont renforcées, souvent avec l’appui de groupes d’intérêt, ce qui peut contribuer à ralentir les transformations nécessaires pour atteindre les ODD.

Face à ce constat, INRAE a pris l’initiative de structurer une réflexion interdisciplinaire avec des scientifiques dont l’expertise est mobilisée au niveau international. La première phase de cette démarche s’est conclue par un séminaire à l’abbaye de Royaumont (voir encadré).

Des pistes à porter au niveau international

Les compétences des scientifiques sollicités couvrent un spectre étendu de disciplines. Ils participent aussi pour la plupart à des instances à l’interface entre science et politique, telles que le Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC). Ils ont identifié ensemble des voies pour progresser dans l’accompagnement de l’action, notamment via :

  • L’élaboration de trajectoires quantitatives de moyen et long terme intégrant les enjeux de nombreux ODDs selon des méthodes transparentes et des données accessibles à tous, en associant des échelles mondiales et nationales.
  • La production de connaissances « actionnables », ce qui nécessite de lever les barrières limitant les recherches interdisciplinaires et transdisciplinaires et de coordonner les expérimentations de solutions socio-techniques à l’échelle locale, puis leur passage à une plus grande échelle.

Ils ont aussi dégagé des messages sur la contribution des savoirs, de la recherche et de l’innovation à l’agenda international en vue du Sommet des Nations Unies sur les Systèmes Alimentaires qui se tiendra en 2021. Ce Sommet constitue en effet une échéance importante pour la réalisation de plusieurs ODDs, qu’il s’agisse de sécurité alimentaire, de santé, de pauvreté, ou de l’ensemble des objectifs environnementaux dont le climat et la biodiversité.

Une réflexion en écho à INRAE 2030

Lors de cet atelier international, une session a été dédiée à la présentation et à la discussion d’une version préliminaire du projet stratégique d’orientation d’INRAE d’ici à 2030. La qualité des échanges a souligné l’intérêt des experts internationaux pour le projet de l’établissement et le rôle que celui-ci pourrait jouer dans la structuration des orientations internationales de la recherche et dans la contribution de cette dernière à l’agenda 2030 du développement durable.

 

Contacts

Claire WeillDirection Relations Internationales INRAE

Jean-François SoussanaVice-Président en charge de la politique internationale à INRAE

En savoir plus

INRAE s’associe à ses partenaires pour un village des Sciences et Techniques

A l’occasion de la Fête de la Science 2019 et de ses 70 ans, INRAE Antilles-Guyane, présentera au grand public, les travaux de recherche du centre au sein d’un Village des Sciences et Techniques, avec la présence de certains de ses partenaires, le samedi 9 novembre 2019 de 9h00 à 16h00, sur le Domaine de Duclos (Petit-Bourg).

19 décembre 2019

Changement climatique et risques

Rapport spécial du GIEC sur les terres émergées : l’urgence d’agir

Expert auprès du GIEC, Jean-François Soussana, Vice-Président en charge de la politique internationale de l’Inra, a participé à l’élaboration du rapport spécial paru ce 8 août 2019 et consacré aux liens entre le changement climatique, la désertification, la dégradation des terres, la sécurité alimentaire et les flux de gaz à effet de serre. Interview en quatre questions.

02 janvier 2020