Alimentation, santé globale 3 min

[Infographie] Elevage et occupation des terres

L'élevage occupe majoritairement des terres non cultivables (prairies, montagnes, steppes, savane). De plus, si tout le monde adoptait un régime végétalien, il faudrait plus de terres pour nourrir l'humanité, car les coproduits des cultures ne pourraient pas être valorisés par les animaux pour produire des protéines (viande, lait, oeufs) consommables par l'homme.

Publié le 18 mars 2019

illustration [Infographie] Elevage et occupation des terres
© B. and E. Dudziński

Infographie: élevage et occupation des terres, mars 2019.

 Si toutes les populations du monde adoptaient un régime végétalien, il faudrait plus de terres cultivées pour nourrir la planète. En effet, il faudrait consommer plus de produits végétaux pour satisfaire les besoins humains en calories, en protéines et en certains micronutriments. Les simulations du nombre d’hectares cultivés nécessaires pour nourrir une population montrent que ce nombre est plus faible avec un régime alimentaire contenant entre 9 et 20 g/j de protéines d’origine animale (ce qui est également cohérent avec les apports de 25-30 g/j conseillés par l’Organisation Mondiale de la Santé).

Ce seuil correspond à la quantité d’animaux qui peuvent être nourris en utilisant seulement les surfaces agricoles non cultivables et les coproduits végétaux non consommables par l’homme. Au-dessous de ce seuil, ces ressources sont « gaspillées » et un surplus de terres cultivées est nécessaire pour fournir les produits végétaux apportant l’énergie et les nutriments nécessaires à l’être humain. Au-dessus de ce seuil, il faut mobiliser de plus en plus de terres cultivées pour nourrir les animaux, en compétition avec l’alimentation humaine.

Retour au sommaire du dossier

Pascale MollierRédactrice

Véronique GavaldaInfographiste

En savoir plus

Agroécologie

Un taureau d'avance

Grâce aux travaux de l’équipe « Génétique et génomique bovine » d'INRAE de Jouy-en-Josas, une révolution se joue dans les élevages. En élaborant pour la filière une nouvelle méthode de sélection des reproducteurs, elle met à la portée du plus grand nombre la possibilité de renouveler son troupeau, au plus près de ses choix. Au quotidien, elle permet d’améliorer la compétitivité de l’élevage, la qualité des produits, le bien-être animal et contribuera à réduire les impacts de l’élevage sur l’environnement.

19 décembre 2019

Alimentation, santé globale

Les délices de l’œuf : exquises protéines

Mollets, mimosa, à la coque, pochés, brouillés, cocotte, sur le plat, voire même Bénédicte... les œufs se dégustent à toutes les sauces ! Et pour cause : peu onéreux, ils sont consommés dans le monde entier et comptent parmi les aliments les plus nutritifs pour l’Homme. Conçu pour nourrir l’oiseau à l’état embryonnaire, l’œuf compte moins de 100 kilocalories pour 60 grammes dont 75 % d’eau, 13 % de protéines et 10,5 % de lipides (pour la partie comestible).

17 décembre 2019