Agroécologie 3 min

Consommation spontanée d’huiles essentielles : un effet bénéfique durable pour les poussins

COMMUNICATION PRESSE - Dès éclosion, les poussins d’élevage peuvent être soumis à différents facteurs de stress qui affectent leur bien-être et leur santé. Par leurs multiples propriétés médicinales et antibactériennes, les huiles essentielles peuvent être un moyen de préserver la santé des poussins, et de diminuer l’usage d'antibiotiques. Dans une précédente étude, des scientifiques INRAE avaient montré que les poussins choisissaient spontanément de consommer des huiles essentielles mises à disposition quand ils avaient subi des conditions stressantes à l’éclosion. Dans cette nouvelle étude, ils ont étudié les conséquences à long-terme du stress à l’éclosion et cherché à connaître les effets de la consommation, par les poussins, d’huiles essentielles disponibles en accès libre. Leurs résultats montrent que le stress post-éclosion modifie de façon durable l’expression de certains gènes et que l'ingestion spontanée d’huiles essentielles a un effet bénéfique en atténuant ces modifications ou en les compensant. Leur étude est publiée le 26 novembre dans Scientific Reports.

Publié le 30 novembre 2020

illustration Consommation spontanée d’huiles essentielles : un effet bénéfique durable pour les poussins
© INRAE - VASSEUR DELAITRE Gilles

Dans les élevages de poulet de chair, les poussins peuvent être, dès l’éclosion, exposés à différents facteurs de stress comme le transport à jeun vers les lieux d’élevage ou des variations de température. Ces conditions stressantes dès leurs premiers jours de vie ont des effets à long-terme, notamment en ralentissant leur croissance, mais également en altérant leur bien-être et leur santé ce qui nécessite souvent un recours aux antibiotiques. La recherche de pratiques d’élevage pour préserver le bien-être et la santé des animaux est cruciale pour limiter l’utilisation des produits médicamenteux. Les huiles essentielles sont produites par les plantes pour se défendre contre des pathogènes. Elles sont connues pour avoir de multiples propriétés médicinales comme des activités antimicrobiennes, anti-inflammatoires ou des propriétés régulatrices du système immunitaire. Dans cette étude les scientifiques ont analysé les effets à long-terme des conditions post-natales stressantes sur les poussins et l’impact de l'ingestion d’huiles essentielles.

Des huiles essentielles en libre-service

L’étude a porté sur deux groupes de 192 poussins. Le premier groupe ne subissait aucune condition stressante à l’éclosion et le second groupe était soumis durant 24h à des conditions stressantes comme la mise à jeun, des changements de température ou des mouvements simulant un transport avant d’être placés en enclos d’élevage. Chaque groupe a été divisé en deux sous-groupes : un sous-groupe qui avait à disposition 4 abreuvoirs contenant uniquement de l’eau et un deuxième sous-groupe 4 abreuvoirs dont un contenait uniquement de l’eau, et les trois autres de l’eau mélangée avec soit une huile essentielle de verveine, soit de cardamome, soit de marjolaine durant 12 jours. Les poussins qui avaient ces huiles essentielles à disposition pouvaient donc choisir ou non de les consommer. Premier constat, qui confirme l’étude précédente, les poussins ayant subi des conditions postnatales stressantes choisissaient spontanément de consommer les eaux mélangées avec une huile essentielle (Guilloteau et al, 2019). Les poussins n’ayant pas subi de stress à l’éclosion consommaient également les breuvages contenant une huile essentielle mais en quantité différente du groupe ayant subi des conditions stressantes.

Les effets à long terme du stress post-natal sur l’expression des gènes et les effets bénéfiques des huiles essentielles

La régulation de l’expression des gènes est un mécanisme fondamental pour le fonctionnement d’un organisme vivant et affecte de multiples fonctions comme la croissance osseuse ou musculaire, la réponse immunitaire ou le métabolisme. En analysant de façon globale l’expression des gènes dans le sang des poussins 34 jours après l’éclosion, les chercheurs ont constaté que les poussins soumis à un stress post-éclosion, présentaient des modifications durables dans l’expression de certains gènes avec des différences selon le sexe. Les mâles étaient les plus affectés, avec des modifications de l’expression des gènes impliqués dans la réponse cellulaire à un stress oxydant (indispensable à l’équilibre interne des cellules), le métabolisme énergétique et le métabolisme des os qui influe sur leur croissance. Les femelles étaient moins affectées par le stress post-éclosion que les mâles, mais elles présentaient néanmoins des modifications de l’expression de gènes impliqués dans la croissance et la reproduction.

Pour les groupes ayant accès à des abreuvoirs contenant une huile essentielle, la consommation d’huiles essentielles a permis, de façon durable, d’atténuer voire de supprimer une partie des modifications de l’expression des gènes induites par le stress post-éclosion et de réguler l'expression d'autres gènes impliqués dans les mêmes fonctions. Chez le groupe n’ayant pas subi de condition stressante, les chercheurs ont constaté que la consommation d’huiles essentielles induisait également des modifications durables dans l’expression de leurs gènes, en majorité différentes de celles induites par les conditions stressantes, nécessitant des études supplémentaires pour comprendre les effets de ces modifications.

 

Ces travaux montrent que les poussins sont capables de consommer spontanément un produit bénéfique à leur santé et leur bien-être s’il est mis à leur disposition. Les huiles essentielles peuvent contribuer à atténuer les effets du stress post-éclosion et pourraient ainsi participer à réduire l’utilisation des antibiotiques en élevage. Ceci ouvre de nouvelles perspectives pour des pratiques d’élevage plus durables offrant aux animaux la possibilité de se soigner eux-mêmes.

Références

Foury A, Collin A, Helbling JC, Leterrier C, Moisan MP, Guilloteau LA. Spontaneous intake of essential oils after a negative postnatal experience has long-term effects on blood transcriptome in chickens. Scientific Reports 2020, 10:1-14. https://doi.org/10.1038/s41598-020-77732-5

Guilloteau LA, Collin A, Koch A, Leterrier C. Spontaneous intake and long-term effects of essential oils after a negative postnatal experience in chicks. Front. Vet. Sci. 2019, 6:72. doi: 10.3389/fvets.2019.00072

 

En savoir plus

Agroécologie

Bien-être animal : humains, objets ou leurs congénères, les porcelets nous disent ce qu’ils préfèrent

COMMUNIQUE DE PRESSE - Surprise, peur, joie ou stress, les humains ne sont pas les seuls à exprimer leurs émotions par la voix. En étudiant les grognements des porcelets, une équipe de recherche INRAE a pu évaluer leur état émotionnel, suscité par leurs congénères, des humains ou des objets manipulables. Résultat : si les porcelets ont une préférence pour leurs congénères, l’humain qui s’occupe d’eux est une véritable source d’apaisement, bien plus que les objets manipulables généralement utilisés en élevage. Ces travaux, qui ont pour objectif de comprendre comment favoriser le bien-être des animaux en élevage font l’objet de deux publications dans Scientific reports et Frontiers in Veterinary Science.

27 novembre 2020

Alimentation, santé globale

Poulets en plein air : dis-moi comment tu raisonnes, je saurai comment tu explores

COMMUNIQUE DE PRESSE - Au sein d’un élevage en plein air de poulets de chair, certains animaux explorent beaucoup le parcours extérieur alors que d’autres l’explorent très peu. Des chercheurs d’INRAE et de ISA Lille - Yncréa Hauts-de-France révèlent que cette différence de comportement est associée à des capacités cognitives distinctes. Pour la première fois, ils montrent que - de manière contre-intuitive - les poulets qui explorent le moins le parcours traitent les informations de leur environnement avec plus d’attention, ce qui se traduit par une plus forte inhibition comportementale. Publiés dans Biology Letters le 22 janvier 2020, ces résultats mettent en évidence l’importance d’étudier les capacités cognitives des animaux d’élevage pour mieux comprendre leur comportement dans différentes situations et à terme concevoir des élevages encore plus adaptés et ainsi, plus respectueux du bien-être animal.

22 janvier 2020

Agroécologie

MOOC Bien-être des animaux d'élevage

Ce MOOC a été conçu par une équipe pédagogique regroupant des enseignants-chercheurs, des chercheurs et des vétérinaires spécialistes du bien-être des animaux d’élevage. Il est structuré en trois modules : "comprendre" qui pose les bases théoriques, "évaluer" qui propose des éléments utilisables sur le terrain, et "améliorer" qui présente quelques solutions.

01 décembre 2019