Alimentation, santé globale 5 min

Comprendre les mécanismes du dépérissement de la vigne

Le dépérissement de la vigne, c'est un processus aux causes multiples de baisse de rendement et de mortalité des ceps de vigne. Entretien avec Chloé Delmas, chargée de recherche INRAE au sein de l'unité Santé et agroécologie du vignoble du Centre de recherche Nouvelle-Aquitaine Bordeaux qui en explore les raisons.

Publié le 27 juillet 2020

illustration Comprendre les mécanismes du dépérissement de la vigne
© INRAE

 

Quels sont les enjeux autour des maladies du bois de la vigne ?

Les maladies du bois, causées par un cortège d’agents pathogènes, sont un des facteurs principaux du dépérissement de la vigne - baisse de rendement subie et mortalité des ceps, particulièrement depuis ces vingt dernières années en l’absence de moyens de lutte curatifs.

Il reste de nombreux aspects inexplorés de l’interaction entre la vigne, son environnement et les pathogènes du bois conduisant à des lacunes dans la compréhension de l’expression des symptômes foliaires de ces maladies, en particulier de l’esca.

Il reste de nombreux aspects inexplorés del’interaction entre la vigne, son environnement et les pathogènes du bois

Les hypothèses avancées pour expliquer l’apparition erratique des symptômes foliaires d’esca au vignoble ont été peu testées du fait de limites techniques. La première de ces limites est que l’on ne peut pas reproduire les symptômes foliaires en conditions contrôlées. Cependant, comprendre l’étiologie de ces maladies est primordial pour pouvoir mettre en place les pratiques culturales de prévention ou de gestion adaptées.

 

Quelles approches expérimentales avez-vous mobilisées dans vos travaux de recherche ?

Afin de lever les verrous scientifiques pour la compréhension du processus de dépérissement, nous avons mobilisé deux aspects originaux.

D’abord la création d’un dispositif expérimental à l’aide de plantes âgées issues d’un vignoble atteint par l’esca, transplantées du vignoble en pots et pouvant donc être étudiées en conditions contrôlées et déplacées au laboratoire. Ensuite la microtomographie à rayons X, notamment au synchrotron SOLEIL, permettant l’observation directe, non invasive, de l’appareil vasculaire de ces ceps de vigne. Ce projet collaboratif et interdisciplinaire, associant la pathologie et la physiologie végétales à des techniques d’imagerie innovantes, nous a permis d’explorer pour la première fois l’hypothèse qu’un dysfonctionnement hydraulique serait associé aux symptômes foliaires de l’esca.

 

Quelles sont les perspectives ouvertes pour vos résultats ?

 

Le principal défi pour la recherche est de pouvoir identifier la séquence exacte d’évènements précédant la chute de rendement - pertes des feuilles et des fruits - et la mort de la plante ainsi que les pratiques culturales et les conditions environnementales influençant le développement de ces maladies. Il s’agit pour cela de réaliser un changement de paradigme dans lequel on ne considère plus le dépérissement de la vigne comme la maladie, la maladie du bois en particulier, mais comme un problème systémique causé par un ensemble de facteurs en interactions.

 

Projet s’inscrit dans le Plan national de dépérissement du vignoble soutenu par le Ministère de l’agriculture et de l’alimentation.

 

Contacts

Chloé Delmas UMR Santé et agroécologie du vignoble (INRAE, Bordeaux Sciences Agro)

Le centre

Le département

En savoir plus

Agroécologie

Vigne/Esca : nécroses internes du bois et dégâts sur feuille sont désormais liés par un même symptôme vasculaire

L'enquête qui a permis de le démontrer à été réalisée entre 2003 et 2008 sur près de 700 ceps à travers 41 vignobles européens et libanais. Les résultats sont publiés dans la revue APS Journal (juillet 2012).Des chercheurs de l'Inra Bordeaux-Aquitaine, en collaboration avec leurs collègues espagnols de Neiker-Tecnalia, confirment l’existence d’un troisième type de symptôme affectant les vaisseaux du bois de la vigne. Celui-ci permet d'établir le lien entre nécroses internes du bois et dégâts sur feuille de vigne. L'enquête qui a permis de le démontrer à été réalisée entre 2003 et 2008 sur près de 700 ceps à travers 41 vignobles européens et libanais. Les résultats sont publiés dans la revue APS Journal (juillet 2012).

01 juin 2020

Agroécologie

Impact de l’esca sur les feuilles de vigne

Une collaboration scientifique entre trois unités de recherche d’INRAE a permis d’explorer l’origine des symptômes foliaires chez la vigne infectée par l’esca, une maladie du bois causée par un cortège de champignons. Des occlusions dans les vaisseaux, altérant le transport de l’eau seraient associées au flétrissement des feuilles. Cette recherche constitue un début de compréhension des mécanismes sous-jacents de l’esca chez la vigne.

16 avril 2020

Changement climatique et risques

Des sècheresses plus sévères modifieront-elles les dégâts causés par les maladies de la vigne ?

La vigne et la viticulture doivent faire face au changement climatique, et plus particulièrement à l’accroissement de la fréquence et de l’intensité des sécheresses. Ces modifications de l’environnement abiotique de la vigne pourraient avoir des effets indirects sur sa santé via des effets sur la résistance et la physiologie des feuilles. Une expérimentation inédite est en cours à l’Inra Bordeaux-Aquitaine afin d'étudier les épidémies d’oïdium de la vigne en condition de sécheresse. Les résultats de cette recherche pluridisciplinaire permettront de mieux comprendre et d’anticiper les effets du réchauffement climatique sur la santé des vignobles.

31 mai 2020