Agroécologie 3 min

Collaboration scientifique Afrique - France : vers un grand programme de recherche commun entre les instituts de recherche et universités agricoles africains et le Cirad et INRAE

COMMUNIQUE DE PRESSE - En marge du Nouveau Sommet Afrique-France à Montpellier, Elisabeth Claverie de Saint Martin, PDG du Cirad et Philippe Mauguin, PDG d’INRAE, ont annoncé le 7 octobre travailler activement à l’élaboration, avec une vingtaine d’institutions africaines de recherche agricole, d’un programme de recherche, formation et innovation commun. Ce programme concentrera ses efforts sur les thématiques de l’agroécologie et de la préservation des ressources naturelles, de la santé, la sécurité alimentaire, du développement territorial et de l’emploi.

Publié le 07 octobre 2021

illustration Collaboration scientifique Afrique - France : vers un grand programme de recherche commun entre les instituts de recherche et universités agricoles africains et le Cirad et INRAE
© INRAE - Christophe MAITRE

De gauche à droite : Prisca Mugabe, professeure à l'Université du Zimbabwe, Elisabeth Claverie de Saint Martin, Présidente-Directrice générale du Cirad, Astou Camara, directrice du Bureau d'Analyse Macro Economique au sein de l'Institut Sénégalais de Recherches Agricoles (ISRA), Philippe Mauguin, Président-Directeur général d’INRAE

La plupart des pays africains aspirent à disposer de ressources suffisantes en matière de recherche et d’enseignement supérieur pour faire face aux défis majeurs dans les domaines de l’agriculture, de l’alimentation et de l’environnement, tels que la sécurité alimentaire dans un contexte de changement climatique intense.

Partenaire de longue date d’une centaine d’institutions de recherche africaines, le Cirad et INRAE allient leurs forces pour renforcer les échanges scientifiques - de compétences et de connaissances – entre l’Europe et l’Afrique, en vue d’augmenter l’impact des recherches agronomiques menés sur les deux continents.

« Fort de ses réseaux africains et très présent sur le continent avec une centaine de scientifiques expatriés, le Cirad croit beaucoup en l’intelligence collective pour affronter les enjeux planétaires liés à la sécurité alimentaire.  C’est donc tout naturellement que nous nous sommes tournés vers INRAE », indique Elisabeth Claverie de Saint Martin, Présidente directrice générale du Cirad.

« Pour faire face aux enjeux de santé et sécurité alimentaire tout en préservant les ressources de la planète, il est essentiel de conjuguer les connaissances de la recherche à l’échelle mondiale. Leader international de la recherche sur les liens entre agriculture, alimentation et environnement, INRAE souhaite renforcer ses échanges de savoir-faire et de compétences avec le Cirad et les organismes de recherche en Afrique. L’alliance de la recherche africaine et française est incontournable pour trouver des solutions durables au défi de la sécurité alimentaire », souligne Philippe Mauguin, PDG d’INRAE.

Une vingtaine d’université et d’instituts de recherche agricoles africains associés

Se fondant sur un état des lieux de leurs collaborations (et co-publications) avec leurs partenaires africains, les PDG d’INRAE et du Cirad ont ainsi initié début 2021 le montage avec une vingtaine d’universités et d’instituts de recherche agricoles  africains (voir la liste ci-dessous) d’un futur plan d’action conjoint de recherche en partenariat. Avec ces partenaires venant de l’ensemble du continent africain (francophones, lusophones et anglophones), la démarche engagée vise à co-construire un programme ambitieux de recherche, de formation et d’innovation. Il sera ouvert à d’autres partenaires africains, français et européens, notamment aux universités et aux écoles d’ingénieurs.

Les priorités identifiées par les partenaires concernent trois grandes thématiques : l’agroécologie, les ressources naturelles et le changement climatique ; une seule santé (santé des écosystèmes, santé végétale, santé animale et santé humaine) ; la sécurité alimentaire, les territoires et l’emploi rural.

Le lancement de ce plan d’action et la mise en place des instances de gouvernance sont prévus au premier semestre 2022. Ce plan s’inscrit dans le contexte du renforcement des coopérations entre les pays africains et la France, d’une part, et entre l’Union Africaine et l’Union Européenne, d’autre part. Il s’appuiera sur des initiatives internationales de recherche, comme l’initiative PREZODE sur la prévention des pandémies d’origine zoonotique et l’initiative 4 pour 1000 ‘Les sols pour la sécurité alimentaire et le climat.

Il prévoit la construction d’un portefeuille de projets de recherche, de formation et d’innovation, projets soutenus par des bailleurs de la recherche ou du développement. Enfin, il s’accompagnera du renforcement des dispositifs de coopération en partenariat, de la création de laboratoires internationaux et d’infrastructures de recherche, et d’un dispositif renforcé d’accueil et de mobilité à destination des doctorants et des chercheurs africains.

Pour Alioune Fall, ancien Directeur général de l’ISRA (Sénégal) et actuel Président du Forum pour la recherche agricole en Afrique (FARA) : « Les institutions africaines ont besoin d’un mécanisme de financement durable et équitable pour pouvoir poursuivre leurs actions, ainsi que d’échanges de compétences.  Nous comptons sur ce partenariat pour nous y aider. Nous en espérons aussi une meilleure reconnaissance et inclusion dans la recherche mondiale à travers les réseaux européens, ceux des pays émergents et de l’OCDE, pour un impact décuplé en terme d’efficacité de recherche, de formation et de force d’innovation ».

 

Listes des premières institutions africaines ayant manifesté leur intérêt pour ce plan d’action :

Afrique du Sud : Université de Prétoria, Université de Western Cape, ARC South Africa,
Bénin : Université Abomey Calavi,
Burkina Faso : CIRDES, CNRST INERA, CILSS,
Cameroun : Université de Yaoundé, IRAD,
Egypte : ARC,
Kenya : ICIPE,
Madagascar : Université de Tananarive, FOFIFA,
Mali: IER,
Maroc: ENA Meknès,
Mozambique: Université Eduardo Molane,
Sénégal : ISRA ; Université Cheikh Anta Diop, CORAF,
Tunisie: Univ. Carthage, IRESA,
Zimbabwe : Université du Zimbabwe

Organisations régionales : NEPAD, CORAF, CILSS

 

Chiffres clés du Cirad et INRAE en Afrique

2e et 3e rang mondial respectivement pour Cirad et INRAE en terme de co-publications avec des chercheurs africains dans les domaines des sciences agricoles
Cirad et Inrae actuellement impliqués dans plus de 300 projets en Afrique, dont par exemple 13 projet DeSIRA (UE) de grande envergure coordonnés par le Cirad

6 directions régionales du Cirad mutualisée avec INRAE couvrant les 5 régions du continent
100 chercheuses et chercheurs du Cirad expatriés en Afrique, appuyés par de nombreuses missions Cirad de courte durée pour un équivalent de 30 autres temps pleins annuels.  
Environ 230 missions INRAE par an
Plus de 100 doctorants encadrés par le Cirad en Afrique
12 dispositifs en partenariat en Afrique, créés par le Cirad et implication d’INRAE avec ses partenaires dans des dispositifs et laboratoires internationaux en Afrique
120 doctorants africains accueillis à INRAE en France chaque année
INRAE parmi les 7 premières institutions mondiales publiant sur 4 objectifs de développement durable (ODD° pour l’agenda 2020 des Nations unies : 2 (faim zéro), 12 production et consommation durables), 13 (Climat) et 15 (vie sur terres)

En savoir plus

Alimentation, santé globale

One Planet Summit : lancement de PREZODE, une initiative internationale inédite pour prévenir de futures pandémies

COMMUNIQUE DE PRESSE - Sous l’égide de la France, et notamment du Ministère de l’Enseignement Supérieur de la Recherche et de l’Innovation et du Ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères, l’initiative PREZODE - Prévenir les risques d’émergences zoonotiques et de pandémies – vient d’être annoncée à l’occasion du One Planet Summit du 11 janvier consacré à la biodiversité. Initiée par trois instituts de recherche français - INRAE, le CIRAD et l’IRD - en concertation avec une dizaine d’autres organisations de recherche*, en France, en Allemagne et aux Pays-Bas, PREZODE regroupe déjà plus d’un millier de chercheurs. Cette initiative, qui se veut d’emblée globale, combinera projets de recherche et actions opérationnelles. Elle a été partagée en décembre 2020 avec plus de 400 participants de 50 pays des 5 continents dans l’objectif d’une co-construction très ouverte. Les organisations internationales comme l'OMS, l’OIE, la FAO, le PNUE**, la Banque Mondiale et la Commission Européenne ont manifesté leur vif intérêt pour cette initiative.

02 mars 2021

Changement climatique et risques

Stocker 4 pour 1000 de carbone dans les sols : le potentiel en France

INRAE a livré le 13 juin 2019 une étude, réalisée à la demande de l’Ademe et du ministère de l’Alimentation et de l'Agriculture, sur le potentiel de stockage de carbone dans les sols en France. En mobilisant une méthodologie originale, l’étude a pu évaluer ce potentiel et en estimer le coût de mise en œuvre région par région, au regard d’un objectif de 4 pour 1000. L’initiative « 4 pour 1000 sur les sols pour la sécurité alimentaire et le climat » avait été lancée lors de la conférence des parties sur le changement climatique organisée à Paris en 2015.

12 décembre 2019

Coopération internationale France/Afrique du Sud : signature d’un accord tripartite entre l’ARC, le Cirad et INRAE

COMMUNIQUE DE PRESSE - Vendredi 24 juillet 2020, Dr Shadrack Ralekeno Moephuli, PDG de l’ARC (Agricultural Research Council), Michel Eddi, PDG du Cirad (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le Développement) et Philippe Mauguin, PDG d’INRAE (Institut national de recherche en agriculture, alimentation et environnement) ont signé, pour la première fois et pour une durée de 5 ans, un accord tripartite pour renforcer et élargir les collaborations existantes entre les trois organismes. Ils affirment également leur volonté de contribuer ensemble aux enjeux se posant à l’échelle régionale de l’Afrique australe et à la réflexion sur les initiatives globales qui s’y développent. L’accord a été paraphé à distance par visioconférence, en présence d'Aurélien Lechevallier, Ambassadeur de France en Afrique du Sud, témoin de la signature.

27 juillet 2020