Alimentation, santé globale 3 min

INRAE et MaaT Pharma concrétisent le succès de leur partenariat historique : entrée en essai clinique de Phase 3 du candidat-médicament MaaT013

COMMUNIQUE DE PRESSE - MaaT Pharma a annoncé le 28 mars 2022 le lancement d’une étude clinique pivot de Phase 3 pour MaaT013, sa microbiothérapie à écosystème complet dédiée au traitement de la maladie aiguë du greffon contre l’hôte. MaaT Pharma a été fondée sur la base de la science de haut niveau produite par INRAE dans le microbiote et en particulier grâce au concours scientifique du Dr Joël Doré, l’un des chercheurs du domaine les plus reconnus dans le monde. 7 ans seulement après la création de l’entreprise, MaaT Pharma devient donc la première biotech au monde à initier une Phase 3 en onco-hématologie avec une biothérapie issue du microbiote. Le partenariat est un exemple de transfert technologique réussi du laboratoire au chevet du patient qui ouvre des perspectives de traitement inédite pour des patients dont le pronostic vital est engagé.

Publié le 21 avril 2022

illustration INRAE et MaaT Pharma concrétisent le succès de leur partenariat historique : entrée en essai clinique  de Phase 3 du candidat-médicament MaaT013
© INRAE

MaaT Pharma (EURONEXT : « MAAT »), société française de biotechnologies en stade clinique avancé, pionnière dans le développement de médicaments dans la restauration du microbiote intestinal pour améliorer la survie des patients atteints de cancers, a annoncé le 28 mars 2022, l’inclusion du premier patient dans une étude clinique pivot de Phase 3, potentiellement la dernière étape de développement clinique avant l’autorisation de mise sur le marché, évaluant MaaT013 pour le traitement de la maladie du greffon contre l’hôte aiguë (aGvH) gastro-intestinale, une complication grave à la suite d’une greffe de cellules souches. Cette maladie touche annuellement plus de 10 000 personnes en Europe et aux Etats-Unis[1] et le pronostic des patients les plus avancés est sombre avec un taux de mortalité pouvant atteindre 80%[2] dès la première année. Cette nouvelle étape déterminante pour MaaT Pharma, première société spécialiste des médicaments à base de microbiote cotée sur Euronext, concrétise le succès du partenariat fondateur engagé avec INRAE depuis 2014, notamment via la mise en place d’une convention de concours scientifique[3] entre MaaT Pharma, INRAE et le Docteur Joël Doré, directeur de recherche INRAE, directeur scientifique de Métagénopolis, auteur de près de 500 publications, et qui fait aujourd’hui partie des auteurs les plus cités au monde dans le domaine du microbiote.

Fin 2014, après une période de maturation en tant qu'entrepreneur en résidence avec Seventure Partners, Hervé Affagard, aujourd’hui directeur général, a fondé MaaT Pharma aux côtés du Docteur Joël Doré, aujourd’hui également conseiller scientifique de MaaT Pharma. Dès 2015, MaaT Pharma et INRAE co-déposaient trois brevets, dont la Société détient aujourd’hui les droits d’exploitation exclusifs, et qui sont à l’origine du développement de ses produits natifs MaaT013 et MaaT033, tous deux actuellement en essais cliniques.

« La science du microbiote est au cœur de mes travaux de recherche depuis plus de 30 ans. INRAE s’est établi d’abord comme pionnier, puis comme centre d’excellence international dans le domaine. En 2021, INRAE occupait par exemple le 5ème rang mondial des acteurs académiques en termes de brevets sur le microbiote. A mes yeux, le développement rapide de MaaT Pharma, qui se concrétise aujourd’hui par une entrée en étude clinique de Phase 3, est la parfaite illustration de la transformation efficiente et réussie d’une science pionnière vers un développement thérapeutique innovant, au service des patients. A travers mes recherches, j’espère contribuer à faire émerger rapidement une nouvelle médecine, qui prendrait en compte la relation symbiotique entre la santé humaine et le microbiote. » souligne Dr Joel Doré.

Suite, en particulier, à l’avènement de la métagénomique[5], les travaux de recherche menés à INRAE sur le microbiote intestinal ont conduit à des résultats inédits, bouleversant la vision de l’écosystème digestif et ouvrant des perspectives innovantes afin d’améliorer la santé de millions de patients dans le monde souffrant de cancers, maladies métaboliques, ou maladies inflammatoires, pour ne citer que quelques-unes des applications potentielles.

Depuis sa création, MaaT Pharma a développé un portefeuille de trois produits, dont 2 en clinique, initié 5 essais cliniques de Phases 1 et 2, consolidé son portefeuille de brevets, aujourd’hui composé de 13 familles à la portée internationale et levé un total de 83 millions d’euros. La Société compte aujourd’hui 45 personnes, et le produit MaaT013 a été administré à ce jour à plus de 100 personnes atteintes d’aGvH dans le cadre d’un essai clinique de Phase 2 ou d’un programme d’accès compassionnel[6] en cours en France.

Hervé Affagard, CEO et co-fondateur de MaaT Pharma souligne « Dès notre création, nous avons cherché à développer l’écosystème du microbiote en France, afin d’entourer la société, et avons noué des partenariats avec des centres d’excellence cliniques et scientifiques ainsi qu’avec des industriels de renom. Notre première étude clinique a ainsi débuté en 2016, 18 mois seulement après la création de la société et nous avons depuis consolidé notre statut de pionnier des thérapies issues du microbiote en oncologie. Notre expertise translationnelle nous permet de transformer rapidement la science en candidats-médicaments innovants et sûrs, avec l’aide de nos partenaires scientifiques, dédiés à améliorer la survie des patients atteints de cancers. »

La collaboration entre ces deux pionniers se poursuit également autour de la structuration de la filière et de la valorisation des expertises nationales dans le microbiote en Europe avec l’Alliance Promotion Microbiote (APM) dont les deux organisations sont parmi les co-fondateurs, une association loi 1901 composée d’environ 25 acteurs privés et publics (entreprises, pôles de compétitivité, instituts de recherche, fonds d’investissements) dont Hervé Affagard a été élu président en janvier 2022. L’objectif de l’APM est de contribuer à faire de la France, nation pionnière de la recherche et de l’industrie du microbiote, un leader européen et ainsi répondre aux enjeux actuels et futurs de cette filière qui a été reconnue en 2021 comme prioritaire dans le cadre du « Plan Innovation Santé 2030 ». 


 

[1] Microbiome Ecosystem Therapy (MET)
[2] Source : Global Data GVHD Epidemiology Report, Jan 2020
[3] Source : Essai REACH1
[4] Dispositif L 531-8 et 9 du Code de la Recherche permettant la participation des personnels de la recherche à la création d’entreprises ou aux activités d’une entreprise et la valorisation de leurs travaux

[5] Métagénomique : méthode d'étude du microbiote -   Qin, J., Li, R., Raes, J. et al. A human gut microbial gene catalogue established by metagenomic sequencing. Nature 464, 59–65 (2010)
[6] Les programmes d'usage compassionnel permettent l'utilisation thérapeutique de médicaments sans autorisation de mise sur le marché (AMM) pour des malades en impasse thérapeutique.

 

220104_CP_MaaT_Collaboration_INRAE_VF.pdfpdf - 163.89 KB

Service de presse INRAE

Pauline RICHAUD Senior PR & Corporate Communications ManagerMaaT Pharma – Relations médias

Hervé AFFAGARD Co-fondateur et Directeur GénéralMaaT Pharma – Relations investisseurs

Siân CROUZET Directeur Administratif et financierMaaT Pharma – Relations investisseurs

Jacob VERGHESE et Gretchen SCHWEITZER Trophic Communications Communication corporate et médicale

En savoir plus

Alimentation, santé globale

Microbiote, la révolution intestinale - Bien nourrir son microbiote

DOSSIER DE PRESSE - Voici l’un des paradoxes de nos sociétés modernes : jamais dans l’Histoire, il n’a été aussi facile de se nourrir. Jamais nous n’avons eu à portée de fourchette une telle abondance d’aliments. Et pourtant, les nutritionnistes ne cessent de nous alerter sur nos mauvaises habitudes alimentaires. Les régimes trop riches en graisses et en sucres, trop pauvres en fibres ont augmenté l’incidence de maladies telles que le diabète, l’obésité, ou les maladies inflammatoires de l’intestin. Or, les chercheurs observent à quel point notre microbiote intestinal souffre d’une alimentation déséquilibrée et perd ses pouvoirs protecteurs. Une bonne alimentation, riche en fibres issues d’aliments variés, contribue à la diversité et à la richesse des populations bactériennes, à l’équilibre de leur écosystème, et donc, à notre santé.

16 décembre 2019

Alimentation, santé globale

Microbiote intestinal : fonctionnement d’une bactérie vampire

COMMUNIQUE DE PRESSE - « Les antibiotiques, c’est pas automatique ! … » Ils sont essentiels pour lutter contre les maladies infectieuses, mais utilisés à mauvais escient, ils déciment les bactéries du microbiote, laissant place à des bactéries infectieuses résistantes aux traitements. Parmi elles, Enterococcus faecalis, une bactérie présente dans l’intestin et normalement inoffensive qui peut devenir pathogène et responsable d’infections urinaires et cardiaques. Pour se développer, elle a besoin d’une molécule de l'hôte qu’elle ne sait pas fabriquer, mais qui lui est toxique à forte dose : l’hème. Des chercheurs d’INRAE, en collaboration avec le CEA, ont montré qu’Enterococcus faecalis piège et utilise l’hème présent dans l’intestin tout en évitant sa toxicité. Leurs travaux, publiés le 2 février 2021 dans mBio, mettent en lumière l’existence d’un capteur qui permet à la bactérie de détecter la présence d’hème, et de contrôler finement ses apports pour ne pas subir sa toxicité. Bloquer ce mécanisme pourrait constituer une piste pour le développement de traitements contre cette bactérie.

18 janvier 2021

Alimentation, santé globale

Microbiote et contaminants alimentaires : une mycotoxine amplifie l’action génotoxique d’une bactérie intestinale

COMMUNIQUE DE PRESSE - Des chercheurs de l’Inra et leurs partenaires* ont étudié chez l’animal les conséquences de la présence simultanée dans l’intestin d’un certain groupe de bactéries du microbiote et d’un contaminant alimentaire courant, le déoxynivalénol (DON). Ils montrent que la présence de cette mycotoxine renforce le caractère génotoxique des bactéries, c’est-à-dire augmente le nombre des cassures sur les brins d’ADN des cellules intestinales, phénomène pouvant conduire à l’apparition de cellules cancéreuses. Ces travaux posent en particulier la question de la synergie entre contaminants alimentaires et microbiote intestinal vis-à-vis du processus de cancérogenèse colorectale.

06 juillet 2020