Société et territoires 3 min

De la mission scientifique à l’impact sociétal

Les impacts sont le résultat des recherches menées sur de longues périodes par l’Inra en partenariat avec de nombreux acteurs publics et privés. Ils peuvent être classés en cinq catégories : économique, environnemental, politique, sanitaire, et territorial/social.

Publié le 20 juillet 2015

illustration  De la mission scientifique à l’impact sociétal
© INRAE, V. GAVALDA

Production et diffusion de connaissances scientifiques, conception d’innovations ou transmission d’un savoir-faire : la recherche agronomique a pour missions d’améliorer l’agriculture, l’environnement et l’alimentation. Acteurs économiques, pouvoirs publics et grand public bénéficient de ses travaux, directement ou indirectement. Tout le monde est donc concerné ! Mais à quel niveau et jusqu’à quel point ? Quelle est la part identifiable de l’Inra dans ces impacts multiformes ? Difficile de répondre a priori, car le bénéfice ne peut être attribué à un seul acteur. 

20 ans, le « temps » moyen de l’impact

Convertir les travaux de recherche en produits

Même si l’Inra joue un rôle de premier plan, il s’associe à un grand nombre de partenaires qui interviennent tout au long du processus de production ou de diffusion des connaissances. Et ce processus est long, ce qui complique encore la tâche : 19 années et 5 mois séparent en moyenne le début des recherches de la matérialisation de l’impact. La complexité de cette évaluation tient aussi au fait que les impacts sont variés. L’équipe du projet Asirpa en a déterminé cinq : économique, environnemental, politique, sanitaire et territorial/social.
Ces impacts sont aussi le résultat des investissements importants réalisés depuis des décennies dans les infrastructures, les collections génétiques et autres troupeaux expérimentaux. Et bien sûr, ces impacts proviennent aussi de la capacité de l’Inra à produire des connaissances dites actionnables, c’est-à-dire permettant de convertir les travaux de recherche en produits (logiciels, objets techniques, méthodes…) 

Un impact potentiel de 1 à 2 milliards d’euros pour la sélection génomique bovine

L’impact économique est sans doute le plus évident à concrétiser. Mesurer l’impact économique d’une recherche suppose d’identifier la contribution des différents acteurs qui s’y sont investis et de déterminer les retombées économiques pour les bénéficiaires. Prenons le cas de la sélection génomique. Cette technique, utilisée depuis 2009, consiste à  croiser les animaux porteurs des gènes les plus améliorateurs en termes de fertilité, de résistance aux maladies, de qualité du lait ou de viande, de manière à obtenir une nouvelle génération meilleure que la précédente. L’impact économique de ces recherches devrait s’élever de 1 à 2 milliards d’euros (sur la base des impacts déjà constatés), uniquement pour les vaches laitières. Et ce n’est que le début, puisque la sélection génomique sera bientôt étendue aux autres espèces animales (bovins viande ou allaitants, ovins lait, truites d’élevage…)

Méthanisation : un impact environnemental ET économique

200 000 tonnes de déchets convertis en énergie renouvelable

Mais les recherches de l’Inra n’ont pas que des retombées économiques, loin de là. L’impact environnement est tout aussi remarquable. Le Laboratoire des Biotechnologies de l’Environnement (LBE) de Narbonne, une L'unité de recherche de l’Inra, a ainsi développé Provéo, un procédé de traitement des déchets agricoles, organiques ou animaux par méthanisation, qui permet non seulement de produire de l’énergie, mais aussi de réduire l’impact sur l’environnement. Notamment en limitant les émissions de gaz à effet de serre et en évitant le rejet des polluants dans les nappes d’eau. En 2005, l’institut a concédé à la jeune start-up Naskéo (aujourd’hui Naskéo environnement) la licence exclusive d’exploitation du procédé. Et les impacts ne se sont pas faits attendre. Aujourd’hui, Naskéo traite plus de 200 000 t/an de déchets en France, qui génèrent une puissance électrique de plus de 5 Millions Watts électriques renouvelables. Cet exemple est intéressant car il se traduit par un impact environnemental en plus d’un impact économique.

Priorités à l’environnement et à la décision politique

C’est d’ailleurs l'un des enseignements du projet Asirpa : 79 % des 30 cas évalués dans le cadre de l’étude ont généré un impact « multidimensionnel ». Et dans certains cas, par exemple la tremblante du mouton, toutes les dimensions d’impact étaient concernées. Notons aussi que, bien que remarquable, l’impact économique n’est pas systématique. Il ne concerne que 53 % des cas, contre 63 % pour l’impact environnemental, par exemple. Rien de surprenant ici : l’Inra n’a pas vocation à valoriser ses recherches d’un point de vue économique uniquement. L’impact de l’Institut dans les politiques publiques est notamment aussi fréquent que l’impact économique, avec là encore une implication très importante de ses laboratoires de recherche, comme le démontrent les travaux sur le Bisphénol A. Dans ce dernier cas, l’impact est aussi sanitaire.

L'utlisation d'engrais minéraux en France depuis la fin du XIXe siècle. En vert : azote, en violet : potasse, en bleu phosphore.
L'utlisation d'engrais minéraux en France depuis le XIXe siècle. En vert : azote, en violet : potasse, en bleu phosphore.

 

En savoir plus

Les lauriers de l'Inra 2019

Le 19 novembre 2019, six parcours d’exception et un collectif ont été récompensé par un laurier Inra lors d'une cérémonie organisée à Paris à la Bellevilloise, en présence de Frédérique Vidal, Ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation. Cette cérémonie se tenait à la veille du lancement de l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (INRAE), fruit de la fusion de l’Inra et d’Irstea, cette 14e édition est la dernière d’une longue et belle série initiée en 2006. Dès 2020, de nouveaux lauriers, INRAE, seront créés.

19 décembre 2019

Société et territoires

Rôles, impacts et services issus des élevages européens

À la demande des ministères en charge de l’Écologie et de l’Agriculture, et de l’Ademe, l’Inra (Délégation à l'Expertise scientifique collective, à la Prospective et aux Etudes) a conduit une expertise scientifique collective sur les systèmes d’élevage européens et leurs produits. Leurs rôles, leurs impacts économiques, sociaux et environnementaux, ainsi que les services marchands ou non marchands qu’ils rendent à la société ont été analysés sur la base d’un important travail de synthèse bibliographique internationale. Les résultats, qui suggèrent aussi des leviers d’action pour les différents systèmes d’élevage, sont présentés et mis en débat lors d’un colloque le 30 novembre 2016 à Paris, avec plus de 200 participants.

12 décembre 2019