Alimentation, santé globale 20 min

Dossier de presse : One Health, une seule santé pour la Terre, les animaux et les Hommes

DOSSIER DE PRESSE - Le concept One Health, « une seule santé », initié au début des années 2000, fait suite à la recrudescence et à l’émergence de maladies infectieuses, en raison notamment de la mondialisation des échanges. Il repose sur un principe simple, selon lequel la protection de la santé de l’Homme passe par la santé de l’animal et celle de l’ensemble des écosystèmes. Des chercheurs d’INRAE se sont réunis pour proposer un éclairage autour du concept One Health, en intégrant la notion d’EcoHealth : leurs expertises sont rassemblées au sein de ce dossier de presse.

Publié le 09 juillet 2020

illustration Dossier de presse : One Health, une seule santé pour la Terre, les animaux et les Hommes
© INRAE

Le virus SARS-CoV-2, qui a fait plier tous les états de la planète, y compris les plus avancés, montre toute la pertinence du mouvement One Health, « une seule santé ». Ce concept, initié au début des années 2000, fait suite à la recrudescence et à l’émergence de maladies infectieuses, en raison notamment de la mondialisation des échanges. Le principe est simple : la protection de la santé de l’Homme passe par la santé de l’animal et celle de l’ensemble des écosystèmes. La situation actuelle montre bien que des disciplines telles que la médecine humaine et vétérinaire, mais aussi biologie, écologie, économie ou sciences sociales travaillent ensemble pour répondre à des problématiques de santé, en accord avec le concept d’écologie de la santé ou EcoHealth. Comment pourrait-il en être autrement, quand 60% des maladies infectieuses humaines ont une origine animale, et que 70% d’entre elles sont transmises par la faune sauvage! Seule une approche interdisciplinaire peut permettre de faire face aux enjeux majeurs de santé.

A INRAE, les projets interdisciplinaires constituent désormais la norme. Les scientifiques de différentes disciplines ont ainsi pu mettre à profit leurs expertises des coronavirus, qui touchent les animaux d’élevage et de compagnie, au service de la lutte contre le SARS-CoV-2. Une équipe de biostatisticiens de l’institut a aussi été la première à calculer le taux de létalité liée à la Covid-19 dans un pays autre que la Chine. Des exemples de travaux INRAE parmi tant d’autres qui illustrent le concept One Health en réunissant plusieurs disciplines au service d’un même objectif : produire des connaissances et éclairer dans leur prise de décisions l’ensemble des acteurs concernés par ces enjeux de santé publique.

Sommaire du dossier de presse :

1. Des pressions multiples
2. Conséquences directes et indirectessur la santé animale végétale et humaine
3. Les réponses de la recherche
4. Evaluer et gérer les risques

Web-conférence de presse « One Health » du 08/07/2020

 

Pour aller plus loin : dossier web One health, une seule santé

En savoir plus

Alimentation, santé globale

Des protéines artificielles en guise de vaccin

COMMUNIQUE DE PRESSE - Des scientifiques de l’EPFL et d’INRAE ont développé une nouvelle approche pour créer des protéines artificielles, dont les résultats in vivo, en tant que vaccins, s’avèrent prometteurs. Cette démarche ouvre la possibilité de concevoir des vaccins plus sûrs et plus efficaces. L'étude est publiée dans la revue Science.

20 mai 2020

Alimentation, santé globale

Perte d’odorat : le SARS-CoV-2 n’infecterait pas les nerfs olfactifs

COMMUNIQUE DE PRESSE - L’anosmie, ou perte d’odorat, est un des symptômes fréquemment rencontrés chez les patients atteints de la Covid-19 et le personnel de santé inclut ce paramètre pour diagnostiquer des patients infectés par SARS-CoV-2. Des études très récentes (1) émettent l’hypothèse que le virus infecte les nerfs olfactifs dans le nez. Mais des chercheurs d’INRAE, en collaboration avec l’Anses, ont démontré dans le contexte d’un modèle expérimental chez le hamster que le virus infecte d’autres cellules de la muqueuse nasale, mais pas les nerfs olfactifs. Leurs travaux sont parus le 3 juillet dans la revue Brain Behaviour and Immunity.

08 juillet 2020

Alimentation, santé globale

Développement d’un modèle mécanistico-statistique pour calculer le taux de létalité réel du COVID-19

COMMUNIQUE DE PRESSE - Dès fin mars, une équipe INRAE a pu calculer le taux de létalité lié au COVID-19 pour la première fois au monde dans un pays autre que la Chine. Ils ont obtenu un taux de 0,5% sur la base des données hospitalières françaises, et de 0,8% en intégrant les données issues des EHPAD. Leurs résultats sont confirmés fin avril par les calculs de l’Institut Pasteur et une étude menée à New York. Leur étude vient d’être publiée le 8 mai 2020 dans la revue MDPI Biology.

12 mai 2020